Revenir à la rubrique : Politique

Cyrille Melchior : « Continuer à cheminer sur la voie de la prospérité pour les jeunes et les familles »

Le président du conseil départemental, Cyrille Melchior, a présenté ce mardi ses vœux à la presse. L'occasion pour le président du Département de dévoiler sa feuille de route pour l'année à venir et d'échanger autour des enjeux liés au territoire.

Ecrit par S.I. – le mercredi 31 janvier 2024 à 09H54

Le président du Département a tout d’abord rendu hommage à la presse réunionnaise, en particulier la presse écrite. Il appelle de ses vœux à ce que les rédactions du Journal de l’île et du Quotidien soient préservées « dans leur pluralisme » mais aussi, plus globalement, à la diversification de l’offre de l’information. « Vous êtes des instruments de l’expression démocratique, des piliers de l’offre de l’information. Une société sans information n’est une société (…) J’exprime le vœu que chaque rédaction puisse surmonter tous leurs problèmes », a déclaré Cyrille Melchior.

Il a ensuite eu un mot pour les familles endeuillées suite au passage du cyclone Belal et aux dernières intempéries. Il a assuré que les services du Département étaient pleinement mobilisées, notamment sur les routes départementales et les équipements dont il a la charge. « Nous mettrons tout en œuvre pour faire en sorte que nos moyens routiers et sociaux soient mis à disposition des communes, notamment à Saint-Pierre. Nous devons faire preuve de solidarité dans l’accomplissement de nos efforts. C’est mon credo, ma marque de fabrique depuis 2017 : travailler dans l’unité et surmonter tous les problèmes devant nous », a déclaré le locataire du Palais de la Source. Celui a chiffré les dégâts causés par Belal à près de 33 millions d’euros pour le territoire. À ce titre, la commission permanente qui se tiendra ce mercredi validera une aide exceptionnelle en faveur des agriculteurs sinistrés.

Belal : C.Melchior appelle le gouvernement à mettre fin à « l’incompréhension » sur l’état de catastrophe naturelle

Cyrille Melchior a ensuite détaillé sa feuille de route pour 2024, avec un accent mis sur la poursuite du développement de l’offre médico-sociale. Un développement rendu possible par le soutien de l’Etat et qui se traduira à terme par la création de places supplémentaires dans les structures sous la responsabilité du Département, aussi bien pour les personnes âgées (759 places), l’accompagnement des personnes en situation de handicap (1.060 places), sans oublier la petite enfance (203 places). Mais pour conduire une telle stratégie, Cyrille Melchior a indiqué que certains préalables devront être remplis comme la nécessité d’un plan de formation pour les métiers du médico-social, mais aussi, trouver les fonciers nécessaires pour accueillir ces différentes structures. « Si nous voulons une société plus inclusive, nous devons nous donner les moyens d’accompagner ces publics qui présentent des difficultés. J’appelle de mes vœux à ce que le plan de formation régional puisse intégrer les métiers de l’aide à la personne. Nous devons prévoir les embauches qu’il y aura dans ces structures d’accueil et ce plan de formation est un sujet essentiel. Nous travaillons avec la Région pour cela », confie-t-il.

Le président du Département compte également poursuivre en 2024 l’engagement de la collectivité auprès des 24 communes de l’île via la troisième mouture du Pacte de solidarité territorial (PST), qui avoisinera sur les trois prochaines années plus de 100 millions d’euros. Pour rappel, sur le PST 1, d’un montant de 90 millions d’euros, le Département avait accompagné les communes dans leurs projets en lien avec les infrastructures et l’action sociale. Le PST 2 (107 millions d’euros), était quant à lui axé sur les projets en lien avec le développement durable et la préservation de l’environnement avec la poursuite de l’action sociale. Avec ce nouveau PST 3, l’accent sera mis par le conseil départemental sur l’accompagnement médico-social de proximité en soutenant la construction de structures d’accueil, mais aussi sur la poursuite de l’accompagnement de projets en lien avec la Transition écologique et solidaire.

À noter que ces Pactes de solidarité prendront le relais de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, autre grand engagement du Département en 2024. À ce titre, quatre axes stratégiques ont été définis. La première concerne l’investissement social pour prévenir la reproduction de la pauvreté et dont l’une des actions phares sera la mise en place de 5 Pôles Ressources dans chaque intercommunalité de l’île. Deuxième axe défini, celui de la sortie de la pauvreté par le travail en lien avec France Travail. Il s’agira d’améliorer le parcours d’insertion professionnelle et d’emploi des jeunes et des publics fragilisés, notamment auprès des plus jeunes. « Nous avons accompagné 400 jeunes en très grande difficulté qui ont pu parfois se former, passer leur permis de conduire, trouver un logement, voire même un emploi. Le chômage n’est pas une fatalité : si nous nous accordons les uns les autres, on arrive à des résultats », confie le président du conseil départemental, qui salue au passage « l’esprit citoyen qui anime les entreprises réunionnaises ». Sur la lutte contre la grande pauvreté, le Département veut poursuivre son « aller-vers » en renforçant l’accès aux droits des publics fragiles. Les éducateurs de jeunes enfants et des auxiliaires de puériculture au sein des Caravanes d’accès aux droits seront ainsi mobilisés ainsi que les conseillers en économie sociale familiale (CESF) de la DAS pour un accompagnement renforcé dans la lutte contre le non-recours. Enfin, et pour aider les agriculteurs locaux à écouler leur production, le conseil départemental compte augmenter la part de produits frais et locaux dans les repas distribués dans les collèges de l’île, passant de 61% à 70%.

Du côté des actions déjà engagées, le Département va amplifier sa lutte contre les violences intra-familiales en finalisant dès cette année son Plan départemental de lutte contre les VIF. La collectivité expérimentera par ailleurs une plateforme téléphonique spécifiquement pour les enfants et les professionnels et lancera une grande campagne de sensibilisation dédiée aux VIF. Dans le domaine de l’aménagement, l’effort se poursuivra pour sécuriser les 750 kilomètres de routes départementales avec la suppression à venir de 8 nouveaux radiers. « Nous maintenons également les travaux préventifs de traitement des falaises notamment à Salazie », ajoute Cyrille Melchior, qui ajoute que deux nouveaux chantiers sont à l’ordre du jour avec la poursuite des études pour le radier du Ouaki et le lancement opérationnel du chantier des 3 Ravines, toujours à Saint-Louis. Sur le bâti scolaire, la livraison du collège de la Plaine-des-Palmistes est attendue cette année et celui des Avirons devrait être reconstruit. « Il y aura aussi beaucoup de travaux de réhabilitation pour que les conditions d’accueil des enfants soient les meilleures possibles ».

Sur le plan culturel, le Département souhaite un rééquilibrage du territoire en matière de diffusion culturelle, d’où l’installation prochaine à Saint-Pierre d’une nouvelle antenne départementale. La collectivité poursuivra par ailleurs la mise en œuvre de son projet de transformation du Musée de Villèle en Musée de l’habitation et de l’esclavage, dont la livraison est attendue pour 2026.

« Si je devais résumer notre ambition pour 2024, ce serait de faire de La Réunion un territoire heureux, un moteur des solidarités et du développement durable du territoire, un modèle de bien-vivre ensemble et de concorde », conclut Cyrille Melchior.

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pitou
24 jours il y a

Nassimah revient il se dit , et il vous reste peu de temps à ce poste. MF va vous dégager !

DOGUS
24 jours il y a

Prospérons, prospérons et tous à la rigolade pendant que nos radiers tuent sous l’oeil goguenard du président du machin, le comité des eaux et de la bio-insignifiance de La Réunion. Parle à mon ventre, mon tet lé malad !

Dans la même rubrique

Sainte-Marie fait un grand pas sur la résorption de son déficit

Le second conseil municipal de l’année à Sainte-Marie s’est déroulé ce vendredi et a été principalement marqué par les discussions autour des orientations budgétaires. Avec des marges de manœuvres financières quasi retrouvées, le maire de Sainte-Marie, Richard Nirlo, annonce que la commune pourra enfin relancer de nombreux chantiers à l’arrêt, comme l’école de Beauséjour, dont la livraison est attendue pour 2025.

Une délégation de sénateurs en visite pour deux missions d’étude à La Réunion

Quatre sénateurs multiplient cette semaine les visites de terrain et les rencontres avec les représentants des institutions et collectivités dans le cadre de deux études portant sur l’« Adaptation des moyens d’action de l’État dans les Outremer » et la « coopération et l’intégration régionales des Outremer ». Des propositions de loi sont attendues avant la fin de l’année.

La complexe campagne des Européennes

C’est l’heure de la rentrée politique. Les partis lancent à reculons, à demi-mot ou en misouk leur campagne pour une élection qui a la particularité de ne vraiment pas passionner les Réunionnais.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial