Revenir à la rubrique : Social

Crise canne : Pas d’accord, nouvelle réunion demain

Les échanges en préfecture n'ont pas permis aux planteurs et aux industriels de trouver un accord sur la convention canne. Les négociations reprennent demain.

Ecrit par NP – le mercredi 06 juillet 2022 à 12H20


Les syndicats sont ressortis mitigés de la réunion en préfecture. Ils saluent les propositions d’Albioma et des rhumiers, mais leur demandent de revoir les enveloppes proposées à la hausse. Le Département leur a apporté un soutien financier supplémentaire et l’Etat leur a apporté des garanties. Le point de blocage reste le même, celui entre les planteurs et Tereos, au niveau du prix de la tonne de canne par rapport à sa richesse en sucre ainsi que la répartition des bénéfices.

Le récapitulatif des avancées obtenues

Pierre-Emmanuel Thonon, co-président du Comité paritaire de la canne et du sucre liste ce qu’un planteur qui produit jusqu’à 700 tonnes de canne va obtenir : « Il va gagner 11,50 euros sur les premiers 14 millions. Sur les reliquats de la production, on récupère encore 4,50 euros. Avec le point de fibre, on va récupérer 3 euros. Cela, c’est fait ».

Les propositions des industriels

« Albioma a mis sur la table une enveloppe de 600 à 700.000 euros. On lui a dit de revoir l’enveloppe à la hausse et de modifier le seuil de déclenchement« , a-t-il ajouté.

« Les rhumiers ont fait une nouvelle proposition avec un seuil de déclenchement plus bas autour de 1,5 ou 1,6 million de tonnes. On pourrait avoir des centimes dès cette année. Leur contribution pourra être multiplié par 7 selon la production de mélasse« , explique Pierre-Emmanuel Thonon.

Que les planteurs ne doivent pas d’argent à Tereos

« Sur la canne longue machine, il faudra mettre les deniers nécessaires pour que les planteurs ne soient pas redevables, le principe est acté« , annonce-t-il, « il nous reste à revoir les leviers. » Pour ce qui est de la répartition de la richesse, Tereos doit revenir demain avec une nouvelle proposition.

Une aide du Département, un objectif de signature

Une enveloppe de 4,8 millions d’euros a été décidée par le Département pour combler le manque à gagner sur le plan de résilience de l’Etat. « À la fin du mois de juillet, ils vont acter le volet végétal pour la canne à sucre, ce qui va compenser les intrants« , ajoute-t-il.

Jean-Michel Moutama ajoute que le préfet vise une signature de l’accord vendredi durant la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-Mer, Gérald Darmanin et le ministre délégué aux Outre-Mer, Jean-François Carencon.

Le maire de Petite-Île et vice-président du Département, Serge Hoareau, est ressorti le premier de la réunion en préfecture. Il explique que la réunion n’a pas abouti à un accord. « Il y a eu quelques avancées du côté des rhumiers et d’Albioma, mais c’est toujours fermé du côté de Tereos« , déplore-t-il avant d’ajouter, « Le Département sera présent pour accompagner les planteurs. »
Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.

Une « déficience de l’organisation générale » à l’origine des problèmes de l’association Croix Marine

Dans un rapport de la Direction du travail daté du 24 mai, les manquements de la direction et les mauvaises relations avec l’ancienne présidente de l’association figurent au premier plan des explications sur les dysfonctionnements de la Croix Marine. La mission d’inspection a ainsi constaté un nombre élevé de démissions ou d’arrêts maladie dans les différents services, avec pour conséquence la difficulté que rencontrent les majeurs protégés pour joindre leur tutrice.