Revenir à la rubrique : Social

Convention canne : Après leur rencontre avec le conseiller du ministre, les planteurs « gardent grand espoir »

Les planteurs ont rencontré ce samedi le conseiller du cabinet du ministre et fait leurs contre-propositions.

Ecrit par N.P – le samedi 09 juillet 2022 à 15H35

Après une rencontre infructueuse avec le ministre délégué aux Outre-mer ce vendredi soir, les planteurs ont rencontré ce samedi après-midi le conseiller du cabinet du ministre lors d’une réunion en présence de la Daaf, mais sans l’industriel Tereos.

« On a échangé sur ce qu’ils nous ont proposé hier, on a fait des contre-propositions, on a fait des propositions pour la canne longue machine qui viendraient renforcer les dispositifs proposés dans les dernières discussions », réagit Pierre-Emmanuel Thonon, co-président du CPICS, le comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre, à l’issue de cette rencontre. « On espère que le dispositif va être accepté. Si demain le dispositif est accepté, le problème de la canne longue machine devrait être réglé, donc là-dessus on garde grand espoir dans les discussions qu’on vient d’avoir. Un meilleur partage des richesse, une canne longue machine avec des garanties derrière… La suite au prochain épisode. Sur le partage des richesses, on est prêt à faire des consensus, on attend de voir la réponse de Tereos ». 

« L’Etat commence à comprendre qu’il n’y a pas de partage »

« La réunion était plus constructive qu’hier. Le ministre va transmettre nos propositions à Tereos et je pense qu’à un certain moment, l’Etat va arbitrer dans ce débat-là », commente Isidore Laravine, membre du Comité paritaire de la canne et du sucre, pour qui« l’Etat commence à comprendre qu’il n’y a pas de partage.

« J’ai expliqué que si on fait 20 millions de bénéfices, Tereos en prend 18. J’ai demandé au conseiller du ministre ‘est-ce que ça c’est un partage ?’ et il a rigolé ». Il précise : « La nouvelle proposition, c’est 7 millions, après on laisse un curseur, et à partir de ce montant-là, on partage 50/50. »

Régis Labrousse sur place

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.