Revenir à la rubrique : Social

Contrats aidés non payés : le Préfet met les points sur les « i »

Il n’est pas courant de voir un Préfet règler ses comptes sur la place publique avec une présidente de Conseil général, surtout le jour du réveillon du Nouvel an. L’affaire a dû sembler suffisamment grave pour que la Préfecture se fende d’un communiqué, en cet après-midi de 31 décembre, histoire de bien préciser les responsabilités […]

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mercredi 31 décembre 2008 à 16H57

Il n’est pas courant de voir un Préfet règler ses comptes sur la place publique avec une présidente de Conseil général, surtout le jour du réveillon du Nouvel an.
L’affaire a dû sembler suffisamment grave pour que la Préfecture se fende d’un communiqué, en cet après-midi de 31 décembre, histoire de bien préciser les responsabilités de chacun dans l’affaire révélée par la presse de ce matin de plusieurs dizaines de contrats précaires relevant du lycée hôtelier de Saint-Paul qui n’ont pas reçu leurs payes de décembre.
Dans son communiqué, le Préfet constate que « plusieurs dizaines de personnels en CUI-TOS gérés par le
lycée hôtelier de Saint-Paul n’ont pas perçu leur salaire de décembre.  
Le Préfet déplore cette situation, qui ne relève pas de la responsabilité de l’État.
Il faut en effet rappeler que ces contrats ont été accordés à la suite d’une dérogation qu’avait obtenue le Haut Commissaire aux solidarités actives Martin HIRSCH alors en visite à la Réunion en février dernier, sur demande expresse et réitérée de la Présidente du Conseil Général. Il s’agissait en effet, de maintenir notamment, des agents alors en contrats d’avenir ou contrats d’accompagnement dans l’emploi et
parvenus au terme de leur contrat, en leur accordant des contrats uniques d’insertion de manière dérogatoire.
En contrepartie de cet accord, engageant des crédits d’État versés au Département, le Département s’était engagé à financer la part résiduelle.
A ce titre, deux courriers du Préfet en date du 10 mars et du 30 avril 2008 adressés à la Présidente du Conseil Général ont confirmé ce dispositif. 
Si l’État a bien versé sa part, force est de constater que le Département n’a pas encore versé la sienne, mettant ainsi plusieurs dizaines de CUI/TOS et leurs familles en difficultés financières.
Le Préfet, ayant été informé incidemment, le 18 décembre, de cette décision contraire aux engagements, a adressé, le 19 décembre, un courrier à la Présidente du Conseil Général lui demandant de revenir sur sa position.
Par courrier en réponse du 26 décembre 2008, la Présidente du Conseil Général a indiqué au Préfet qu’elle proposerait à sa commission permanente lors de sa prochaine réunion d’abonder les crédits attribués au lycée hôtelier de Saint-Paul afin de couvrir intégralement la part résiduelle due au titre de l’exercice 2008.
Cette affaire devrait donc trouver une issue favorable dans les prochaines semaines.
Le Préfet ne peut cependant que regretter ces retards qui ne sont imputables ni au lycée hôtelier de Saint-Paul, ni aux services de l’État« .
Voilà qui a au moins le mérite d’être clair…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.

Une « déficience de l’organisation générale » à l’origine des problèmes de l’association Croix Marine

Dans un rapport de la Direction du travail daté du 24 mai, les manquements de la direction et les mauvaises relations avec l’ancienne présidente de l’association figurent au premier plan des explications sur les dysfonctionnements de la Croix Marine. La mission d’inspection a ainsi constaté un nombre élevé de démissions ou d’arrêts maladie dans les différents services, avec pour conséquence la difficulté que rencontrent les majeurs protégés pour joindre leur tutrice.

Les salariés de la Croix Marine alertent sur l’abandon par l’Etat des 1.500 personnes placées sous leur protection

En grève depuis ce vendredi, les salariés de l’association la Croix Marine ont témoigné des situations parfois dramatiques de personnes dont ils sont les mandataires et qui se retrouvent désormais privées d’accès à leurs ressources financières. Pour l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, les services de l’État ont failli à leur mission de contrôle, conduisant à la mort annoncée de l’association.