Revenir à la rubrique : Communiqué | Santé | Société

[Communiqué] « Protéger les jeunes contre l’ingérence de l’industrie du tabac »

À la veille de la journée mondiale sans tabac, le 31 mai, SAOME, Santé Addictions Outre-mer, demande que des mesures de prévention soient mises en œuvre pour protéger la santé des adolescents.

Ecrit par N.P. – le jeudi 30 mai 2024 à 15H18
Photo : Pixabay

Chaque année, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) impulse la Journée mondiale sans tabac le 31 mai.

Cette année, le thème choisi « Protéger les jeunes contre l’ingérence de l’industrie du tabac » offrira une tribune aux jeunes du monde entier, qui exhortent les gouvernements à les protéger des tactiques de marketing prédatrices de l’industrie du tabac.

Selon des données de 2022 de l’OMS, au moins 37 millions de jeunes âgés de 13 à 15 ans consomment une forme de tabac dans le monde. En Europe, environ 11,5 % des garçons et 10,1 % des filles de 13 à 15 ans consomment du tabac, soit environ 4 millions de jeunes.

Un jeune sur cinq a récemment utilisé des cigarettes électroniques, dépassant même la consommation de cigarettes conventionnelles chez les adolescents. L’industrie du tabac opère une stratégie de marketing offensive visant à normaliser le tabagisme chez les jeunes et les inciter à commencer à fumer.

Les cigarettes électroniques, les sachets de nicotine et d’autres produits similaires gagnent en popularité parmi les jeunes, avec des taux d’utilisation souvent supérieurs à ceux des adultes. Discrets, faciles à utiliser, avec une variété de saveurs attractive, ces produits sont facilement disponibles en ligne ou dans les points de vente, parfois sans restriction d’âge et en l’absence de réglementation stricte. Ceci contribue à entretenir l’impression d’une moindre nocivité en comparaison à la cigarette traditionnelle alors que ces produits contiennent souvent de la nicotine et de nombreux additifs (pour changer les goûts, augmenter l’absorption de la nicotine…).

La promotion de ces produits sur les réseaux sociaux et les plateformes de streaming, ainsi que leur présence dans les médias populaires tels que Netflix, contribuent à normaliser le tabagisme et à le rendre socialement acceptable, en particulier chez les jeunes. Les dispositifs de vapotage jetables, tels que la « Puff », ont ainsi été promus de manière spectaculaire sur des plateformes telles que TikTok et Instagram, attirant ainsi l’attention des jeunes consommateurs.

Selon le tableau de bord « Les comportements addictifs à La Réunion » (ORS, décembre 2023), 27% des 18-30 ans fument quotidiennement à La Réunion et 47% ont expérimenté le vapotage. Si la prévalence du tabagisme diminue sensiblement depuis quelques années, les dernières enquêtes réalisées auprès des lycéens montrent à l’inverse que l’usage de la chicha a tendance à croître (Usages de drogues chez les adolescents à La Réunion Résultats de l’enquête EnCLASS 2021. Rapport de l’ORS. Septembre 2022), avec un niveau d’usage dans l’île bien supérieur à ce qui peut être observé en métropole.

Le principal danger du tabagisme réside dans la combustion, ce qui concerne l’ensemble des produits chauffés (cigarette, tabac à rouler, cannabis, chicha, tabac chauffé…).

Il est important de rappeler qu’une séance de chicha correspond à l’équivalent de 30 à 40 cigarettes.

En réponse à ces défis, des mesures de prévention doivent être mises en œuvre pour protéger la santé des adolescents.

Des programmes éducatifs essentiels

Des programmes éducatifs, tels que « Unplugged », qui renforcent les compétences psychosociales des jeunes, sont également essentiels pour les aider à résister aux pressions sociales en faveur du tabagisme.

L’association Addictions France Réunion a réalisé en 2022 un spot sur le tabac dans le cadre de la campagne “Les interdits protègent. Respectons-les !” (voir le spot en suivant ce lien).

Plus d’informations en ligne

– Une sélection de ressources utiles aux professionnels et au public
– Exemple d’initiative menée à La Réunion : Actions dans le cadre de la journée mondiale sans tabac 2024, par l’équipe de l’ELSA, au CHOR, le 31 mai 2024

Données épidémiologiques complémentaires

Source : Enquête EnCLASS DROM 2021 – Exploitation OFDT, ORS LA REUNION

Extraits du rapport de l’ORS, Usages de drogues chez les adolescents à La Réunion – Résultats de l’enquête EnCLASS 2021 – https://www.ors-reunion.fr/IMG/pdf/ors_rap_addiction_enclass_2022.pdf :

« D’autres constats en lien avec l’accessibilité aux produits par les jeunes posent question. Dans un contexte où les interdictions de vente et d’offre de boissons alcoolisées, de tabac, de produits de vapotage et autres produits psychoactifs aux mineurs sont des priorités du plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022, les résultats en région révèlent le non-respect de ces interdits protecteurs, particulièrement chez les lycéens, qui s’approvisionnent sans difficulté auprès des débitants et commerçants. Un constat préoccupant au vu de l’importance de ces interdits dont le but est de protéger les adolescents des expérimentations précoces et des risques sanitaires, sociaux et familiaux ultérieurs. »

L’usage de la chicha est aussi répandu que celui des cigarettes avec respectivement 19,4% et 18,0% des expérimentations chez les collégiens. L’expérimentation de la chicha et son usage dans l’année sont des pratiques davantage masculines, les écarts sont significatifs.

Qui est SAOME

Basée à La Réunion, SAOME est le Centre de ressources et d’expertise sur les usages et addictions. Son objectif : promouvoir la santé par la prévention, la réduction des risques et des dommages, l’accompagnement, la formation et la recherche dans le champ des usages et addictions. Ceci en s’appuyant au préalable et de façon transversale sur l’observation, et en prenant appui sur des dynamiques de communication.

SAOME conduit différentes missions confiées par l’ARS Réunion mais également par d’autres institutions, que ce soit en régions (ARS Mayotte, Préfectures Réunion et Mayotte, Région Réunion) ou au national (MILDECA, Santé Publique France, Ministère de l’Outre-Mer).

Ses activités déclinent quatre orientations stratégiques, interactives et complémentaires :
– Favoriser la synergie entre acteurs œuvrant à La Réunion et plus largement, dans l’océan Indien
– Au développement des compétences
– Contribuer au déploiement d’une expertise, à la recherche et au développement
– L’élaboration et à la mise en œuvre des politiques publiques

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un mauvais sort s’acharne contre le JIR

A croire que quelqu’un a jeté un sort sur le JIR. Alors que ça fait une semaine que le journal du Chaudron n’est plus imprimé et n’est accessible qu’en version numérique, on pensait le conflit résolu après l’accord des deux parties pour la signature d’un protocole. Le journal aurait donc dû être imprimé hier soir et mis en distribution ce matin. C’était compter sans un dernier problème de dernière minute qui renvoie la sortie du journal en version « papier » au début de semaine prochaine.

27 nouveaux cas de choléra en une semaine à Mayotte, 142 morts aux Comores

Selon le dernier bulletin de Santé Publique France, le nombre total de cas de choléra recensés à Mayotte s’élève désormais à 193, avec l’apparition d’un nouveau foyer à Doujani comprenant 12 personnes malades. La situation s’avère encore plus dramatique sur l’archipel voisin des Comores où les autorités font état d’un bilan de 142 morts.