Revenir à la rubrique : Economie

Comment s’en sortent les artisans?

Baisse des immatriculations et hausse des radiations, le climat de morosité qui s’est installé depuis la fin de l’année 2008 est visible dans les chiffres de la Chambre des métiers et de l’artisanat. Face à un tel constat, les attentes sont diverses.

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 29 mai 2009 à 07H51

Hier le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Bernard Picardo, participait à l’inauguration de la plateforme réunionnaise d’orientation relative au financement en fonds propres, à la Chambre de commerce. Il rappelait une nouvelle fois que le secteur de l’artisanat est fragilisé par le contexte économique et que toute aide destinée aux entreprises, comme cette plateforme, est bonne à prendre.

Sur les dix dernières années à la Réunion, le secteur de l’artisanat a connu un taux de croissance intéressant. Mais force est de constater qu’en comparant le mois de janvier 2008 à celui de 2009, la situation est clairement différente.

Si le nombre d’inscriptions à la Chambre des métiers et de l’artisanat reste supérieur au nombre de radiations, il reste vrai que ce nombre d’inscriptions augmente au ralenti alors que les radiations sont de plus en plus nombreuses.  A titre d’exemple, les immatriculations étaient au nombre de 601 au premier trimestre 2008, elles s’élèvent à 427 au premier trimestre 2009. On dénombre 352 radiations au premier trimestre 2008, ce chiffre passe à 380 au premier trimestre 2009.

Les conséquences de cet « essoufflement » sont diverses : achèvement des grands travaux routiers et changements de majorités politiques issues des élections municipales pour les artisans du BTP, l’attentisme provoqué par les discussions autour du projet de loi pour l’Outre-mer et bien sûr la crise financière qui laisse peu de place à la prise de risque.

Les entrepreneurs sont donc dans l’expectative. La LODEOM est à leurs yeux une véritable bouffée d’oxygène qu’ils scrutent avec impatience, et attentisme ce qui a par ailleurs tendance à freiner l’activité…

Le secteur de l’artisanat est fragilisé, il faut compter depuis le début de cette année près d’une centaine d’entreprises liquidées, mais rappelons qu’aujourd’hui il représente aussi 1,4 milliards de chiffre d’affaire et 148 millions d’euros d’investissement. Le mois dernier, la Chambre des métiers et de l’artisanat passait la barre des 15.000 entreprises inscrites.

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.

Matinées de l’Emploi Agricole spéciales « Canne »

À l’approche de la campagne sucrière, la Chambre d’agriculture et ses partenaires organisent les Matinées de l’emploi agricole les 16 et 18 juillet prochains dans le Sud et l’Ouest de l’île. L’objectif : informer, accompagner et mettre en relation les demandeurs d’emploi et les exploitants agricoles à la recherche de main d’œuvre.

Chambre d’agriculture : “Une élection sans la CGPER, c’est comme un rougail sans tomate”

La CGPER de Jean-Michel Moutama a officiellement annoncé ce mercredi sa candidature pour les élections professionnelles de janvier prochain à la Chambre d’Agriculture. Pour “donner une nouvelle dynamique à l’agriculture réunionnaise” et revenir à la tête de l’instance agricole, la CGPER propose “une liste d’ouverture” à l’attention également des militants qui ne se retrouvent plus dans les organisations syndicales adverses.