Revenir à la rubrique : Société

Comment le rectorat traite les cas avérés, les cas contact et contact-contact dans les écoles?

Depuis la rentrée, les appels de parents et personnels inquiets se multiplient au rectorat. Personnes testées positives au Covid-19, cas-contact, personnes en contact avec des cas-contact... Face à la multiplication des contaminations et à l'inquiétude des parents, le rectorat s'appuie sur l'expertise de l'ARS.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 21 août 2020 à 14H00

Les affres de la rentrée ont, cette année, été décuplés par la recrudescence de cas Covid-19 sur le département. Aux cas avérés ([foyers de contaminations confirmés dans certains quartiers du chef-lieu entrainant le report de la rentrée]urlblank:https://www.zinfos974.com/La-rentree-reportee-pour-10-autres-ecoles-dionysiennes_a158717.html , [agent de l’Organisme de gestion de l’école catholique à St-André testé positif]urlblank:https://www.zinfos974.com/Fermeture-de-l-ecole-primaire-privee-Notre-Dame-de-la-Salette-Les-explications-de-la-mairie-de-St-Andre_a158862.html ou [encore lycéen positif à Bras Panon]urlblank:https://www.zinfos974.com/Bras-Panon-Un-eleve-du-lycee-Paul-Moreau-positif-au-Covid-19_a158864.html …) s’ajoutent depuis lundi, des suspicions et des rumeurs propagées sur les réseaux sociaux alimentées par les retours ou arrivées de voyageurs. 

Mardi, les services du rectorat ont dû faire face à une dizaine de signalements. Et ce rythme s’est encore accéléré ces dernières 24 heures. Pour la plupart, les inquiétudes viennent de personnes ayant été en contact avec des cas-contact, indique le rectorat qui s’appuie, pour y faire face, sur l’expertise de l’Agence régionale de santé. La procédure est désormais rodée. 

« Lorsque l’on a par exemple un personnel ou un parent d’élève qui appelle et qui annonce que ‘mon enfant a été testé positif’ ou que ‘j’ai été testée positif et j’ai mon enfant qui a été contact’ ou alors que ‘je connais un collègue qui a été testé positif’, à chaque fois le chef d’établissement, dès qu’il a connaissance de la situation, commence par isoler la personne en question. Le chef d’établissement prévient alors le médecin du rectorat qui lui pose déjà des questions pour délimiter le périmètre. Une fois qu’il a fait ça, les informations sont transmises à l’ARS. Et c’est l’ARS qui, au vu des éléments, adresse recommandation que le rectorat applique », expose le rectorat. 

« Au cas par cas »

Imaginons qu’un élève soit dépisté Covid. Une série de questions permet de déterminer le degré de personnes potentiellement exposées en sa présence. « Est-ce que l’élève a porté le masque tout le temps ? Est-ce que ses camarades portaient le masque aussi? », prend comme exemple le rectorat.

Une fois que la batterie de questions est posée et la situation évaluée, « l’ARS peut considérer qu’il n’y a pas de risque et que les personnes qui ont côtoyé la personne contaminée peuvent continuer à venir travailler. Si l’élève était par exemple allé manger avec ses copains au camion-bar en baissant la garde sur la distanciation notamment, là il va falloir repérer avec lui avec qui il est allé manger au camion-bar et c’est véritablement là que commence le contact tracing », confirme le rectorat.

L’instance rappelle que lorsqu’il y a un cas Covid, « on ne ferme pas tout » mais « on étudie vraiment chaque situation au cas par cas ».

C’est effectivement au vu de la configuration des lieux, le respect des gestes barrière et la durée pendant laquelle les personnes se sont côtoyées que l’ARS décide d’appliquer un degré de précaution sanitaire qui peut aller de la fermeture d’une partie d’un site ou de sa totalité.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Salon VivaTech – Maya Césari : « On est le seul stand de cette dimension des départements d’Outre-mer »

Le salon VivaTech, plus grand événement européen dédié aux start-ups, bat son plein à Paris. Au milieu des géants des hautes technologies, une petite dizaine de start-ups péi sont prêtes à démontrer le talent local. Cette délégation a été sélectionnée par la Région Réunion pour représenter les innovations de l’île. Maya Césari, conseillère régionale responsable de l’innovation et de la croissance bleue, explique pourquoi elle a tenu à cette présence réunionnaise.

Salon VivaTech : « La Réunion a sa place dans cet écosystème »

Hanifah Locate, directrice de la recherche et de l’innovation à la Région Réunion, s’est rendue au salon VivaTech à Paris. Elle accompagne une dizaine de start-ups qui sont venues présenter leurs produits et affirmer la volonté régionale d’être un futur hub pour l’innovation.

Bouteille de gaz à 15 euros : La Région va prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Les élus de la commission permanente de la Région ont voté ce vendredi une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros afin de garantir le dispositif de plafonnement du prix la bonbonne de gaz à 15 euros jusqu’au mois prochain. Si Huguette Bello appelle les pétroliers à une participation à cet effort de solidarité, la présidente de la Région va proposer le vote d’un budget supplémentaire afin de garantir le dispositif jusqu’à fin 2024.