Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Comment expliquer le désamour profond des Français pour la politique ?

- Courrier des lecteurs -

Ecrit par Jean Claude Comorassamy – le lundi 18 décembre 2023 à 10H12

Devenue le cauchemar de nos politiques, l’abstention s’était déjà invitée en force lors des dernières élections. À toutes les explications données ici et là, il faut rajouter d’autres, rarement évoquées par nos politiques.

 

Pour ceux qui ne veulent pas voir la réalité en face trouveront toujours des excuses pour ne rien voir. Mais voilà, le phénomène existe et s’est déjà aggravé aux présidentielles et aux législatives. Et, l’on peut trouver des réponses par le manque de confiance en la parole de certains de nos élu(e)s politiques et à un rejet de la politique tout court. Alors que faire pour stopper cette hémorragie abstentionniste ?

 

Dans ce cas, restaurer la confiance de la population, refonder l’éthique et de renforcer la transparence de la vie politique sont devenues des priorités. D’un même élan, communiquer aux électeurs l’importance de ces élections, que dans un peu moins de 6 mois, le 9 juin 2024 auront lieu les élections européennes au suffrage universel direct à un tour dans toute la France dont la Réunion.

 

Elles se dérouleront selon les règles de la représentation proportionnelle à un scrutin de liste et vont permettre aux électeurs de désigner leurs représentants au Parlement européen pour une durée de 5 ans.  Et qu’aujourd’hui, chaque sujet important à l’échelon national et régional, a également un angle européen.

 

A noter qu’à la Réunion en 2019, il y a 5 ans (source presse locale), le taux de participation a été très faible de 30,66%, un taux d’abstention de 69,34%, avec l’élection de deux eurodéputés (Stéphane Bijoux et Younous Omarjee) pour la Réunion. Alors que la liste du Rassemblement National arrivait en tête dans presque toutes les communes de l’île et des Outre-Mer.

 

Quoiqu’il en soit, à moins d’un sursaut de dernière minute, la conjoncture s’y prête pour que nous battons un record d’abstentionniste aussi l’année prochaine lors ces élections européennes et que la montée du rassemblement national risque d’être totalement inflexible puisque la « digue » semble s’effondrer un peu plus chaque jour. D’ailleurs, le dernier sondage IFOP-FIDUCIA, le place très largement en tête.

 

-Le non-cumul des mandats pour plus d’efficacité et de démocratie-

 

De ce fait, force est de constater que la représentation nationale qui était composée dans le passé par une quantité non négligeable d’ouvriers et d’employés c’est à dire la classe populaire, ne cesse aujourd’hui de se réduire en peau de chagrin. Par contre, la composition professionnelle actuelle est marquée par une surreprésentation des classes supérieures (médecins, avocats, patrons, intellectuels, technocrates…).

 

À en croire, la composition sociale des candidat(e)s n’intéresse peu nos partis politiques, alors que nous constatons que nos agriculteurs, pêcheurs, employés, ouvriers, chômeurs, étudiants…les milieux populaires ont très peu de représentants. Est-ce la bonne stratégie des partis politiques pour lutter contre l’abstention ?

Heureusement qu’à la Réunion à l’Assemblée Nationale, avec les députés Jean Hugues Ratenon titulaire d’un baccalauréat en électrotechnique (site de l’assemblée) lui qui a été technicien en froid et climatisation, Frédéric Maillot et Perceval Gaillard travailleurs sociaux, le milieu populaire est quand même représenté. Mais se trouve en voie d’extinction au fur et à mesure des élections. Peut-être que demain un amendement viendrait enjoindre la parité sociale pour les élections futures, qui sait ?

 

Dit autrement, si la majorité de l’Assemblée Nationale était de milieu populaire, est-ce que certains sujets concernant le code du travail, assurance chômage, voie professionnelle, égalité salariale, réforme du RSA  ….. auraient été adoptés sans contraints ?

 

Pour terminer, je ne vous dirai qu’une chose. A l’heure où la parole politique est discréditée, que le cumul des mandats semble être nuisible à notre démocratie…etc, etc. Alors que la démocratie participative s’invite de plus en plus dans le champ de l’action publique (gilet jaune, bonnet rouge…). Dans ces circonstances tout porte à croire que la verticalité des décisions à tous les niveaux semble entretenir un fossé entre nos dirigeants et les citoyens. Maintenant, à nos partis politiques d’y trouver les remèdes nécessaires avant que le mal ne devienne un poison pour notre démocratie.

 

Jean Claude Comorassamy

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires