Revenir à la rubrique : Economie

Colas (filiale de Bouygues) : « Il existe toujours un risque que le Tram Train ne se fasse pas »

Colas est la filiale de construction de routes de Bouygues, société choisie pour la construction du Tram Train. Hier, l’entreprise présentait son bilan 2009 et ses perspectives pour 2010. Si son chiffre d’affaire a baissé, sa rentabilité reste importante et, surtout, son carnet de commande ne désemplit pas. Au cours de ce bilan, Hervé Le […]

Ecrit par Benjamin Postaire – le mercredi 03 mars 2010 à 10H44

Colas est la filiale de construction de routes de Bouygues, société choisie pour la construction du Tram Train. Hier, l’entreprise présentait son bilan 2009 et ses perspectives pour 2010. Si son chiffre d’affaire a baissé, sa rentabilité reste importante et, surtout, son carnet de commande ne désemplit pas.

Au cours de ce bilan, Hervé Le Bouc, PDG de Colas, s’est exprimé sur le Tram Train, signifiant sa crainte qu’il ne se fasse pas : « il existe toujours un risque que le Tram Train de La Réunion ne se fasse pas, soit par absence de volonté politique, soit que les financements ne soient pas bouclés », explique-t-il sur le site LesEchos.fr, qui précise que cela dépendra en partie du résultat des élections régionales.

Sur Zonebourse.com, on évoque la possibilité que le projet soit abandonné. Selon le site web, Colas compte « participer au projet à condition que l’enveloppe de financement soit intégralement disponible. (…) Si la signature n’intervient pas d’ici à la fin de l’année, le projet ne se fera sans doute pas, a souligné Hervé Le Bouc ».

La participation de Colas au projet pourrait lui rapporter 682 millions d’euros de chiffre d’affaires sur plusieurs années.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.