Revenir à la rubrique : Social

C.Joseph/Civis: ATR-Fnaut s’inquiète d’un risque de corruption

"Le réseau Alternéo de la CIVIS menacé de désorganisation par un risque de corruption ?" s'interroge l'association ATR-Fnaut alors que la commission d’appels d’offre de la CIVIS va, ce mardi après-midi, décider de l’attribution de la délégation de service public (DSP) pour son territoire. Depuis vendredi dernier, le PDG de Transport C Joseph, Eric Caroupapoullé, est entré dans une grève de la faim pour protester contre "le monopole des grands groupes de transport". ATR-Fnaut en appelle à "la vigilance des élus pour éviter une concentration des transports de l’île aux mains d’un seul groupement".

Ecrit par Zinfos974 – le mardi 08 août 2017 à 14H57

« Ce jour doit se réunir la Commission d’appels d’offres de la CIVIS qui va décider de l’attribution de la délégation de service public (DSP) pour son territoire.
 
ATR-Fnaut met en garde les élus contre les pressions exercées par les grosses entreprises de transports de voyageurs constituées en groupement, dans le but de peser sur l’attribution du marché.

La décision des élus ne devra pas conduire à désorganiser le réseau de transport des usagers.
Cinquante emplois de chauffeurs du réseau Sud « Cars Joseph », et leurs familles, sont aussi directement menacés.
 
La responsabilité de nos élus est engagée pour répartir équitablement le marché des transports, en faisant respecter « une concurrence libre et non faussée » : quels sont les justes critères financiers, techniques et sociaux nécessaires à une entreprise réunionnaise pour assurer cette délégation de service public ?
 
Nous comptons sur la vigilance des élus pour éviter une concentration des transports de l’île aux mains d’un seul groupement. »
 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.