Revenir à la rubrique : Social

CHU de La Réunion: Préavis de grève illimitée à partir de vendredi

La CFDT Santé, pour soutenir les Urgences (CHU CHOR et GHER), a déposé un préavis de grève illimitée auprès du Préfet, de l’ARS et des Directions hospitalières concernées pour couvrir juridiquement toutes les mobilisations. Ce préavis a pour but de permettre à tout le personnel des Urgences de soutenir le mouvement national qui touche leur […]

Ecrit par Zinfos 974 – le mardi 25 juin 2019 à 15H07
La CFDT Santé, pour soutenir les Urgences (CHU CHOR et GHER), a déposé un préavis de grève illimitée auprès du Préfet, de l’ARS et des Directions hospitalières concernées pour couvrir juridiquement toutes les mobilisations.

Ce préavis a pour but de permettre à tout le personnel des Urgences de soutenir le mouvement national qui touche leur secteur ainsi que toutes les actions des agents concernés visant à dénoncer les conséquences néfastes à La Réunion de la politique de santé menée actuellement. En somme, il donne la possibilité à tous les agents de se solidariser avec les manifestations conduites au niveau national. 

Les hôpitaux sont sous tension et le personnel en souffre 

Le CHU entre dans sa deuxième année de Plan de retour à l’équilibre, et les conséquences néfastes de ce plan voté par les membres du Conseil de Surveillance en janvier 2018, se constatent de plus en plus. Cela fait plus désormais plus de 3 ans que les conséquences sont dénoncées. 

 
La CFDT, qui était alors en grève, les avait pourtant avertis des risques sur la dégradation de la qualité de prise en charge des patients et sur les conditions de travail des personnels.
 
Si les services d’urgences menés par un Collectif National sont aujourd’hui mis en avant, la CFDT estime qu’avec les Urgences, tout l’Hôpital est sous tension et mérite des moyens pour améliorer les conditions de travail. Le syndicat tient à rappeler aux autorités, le risque d’embrasement général, car cela devient inacceptable et intenable pour les agents.

Des revendications connues, mais pas entendues 

 
La CFDT Santé revendique notamment une prime du risque, car les agents sont sans cesse exposés au sang, à l’agressivité ou encore au risque infectieux. Ils demandent également des moyens supplémentaires pour remplacer les matériels médicaux dégradés. 

Ils souhaitent que le ratio patient/soignant soit enfin respecté, que les contrats courts laissent place à des contrats longue durée ou encore une meilleure prise en charge de la vie privée des agents ainsi que de leur quotidien sur leur lieu de travail. 
 

Le syndicat tient alors à manifester pour montrer aux membres du Conseil de Surveillance qui ont voté les mesures de fermetures de lits et de postes ou encore la fin des RTT, qu’ils seront là pour leur rappeler leur traître décision. « Ils doivent assumer leur vote et arrêter de mentir à la Population: rien n’est impossible, mais après leur vote favorable au PRE, c’est plus dur! », déclare un représentant de la CFDT Santé. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.