Revenir à la rubrique : Faits divers

« Je l’ai frappée accidentellement »

Difficile parfois d'entendre les arguments développés par les prévenus jugés dans le cadre de violences conjugales pour justifier leurs actes. C'est le cas de Ludovic, déjà condamné pour avoir violenté sa compagne. Malgré leur séparation, il s'est introduit la nuit dans le domicile de celle-ci. La faute à "une relation secrète".

Ecrit par I.S – le dimanche 11 février 2024 à 06H30

Dans la nuit du 1er au 2 décembre 2023, en rentrant chez elle assez tardivement, Sandy découvre son ex-conjoint endormi sur son canapé. L’homme n’a pas à être là puisque ils sont séparés et qu’il sait qu’elle ne souhaite plus le rencontrer. Il aurait cependant gardé une clé du domicile. Sandy récupère sa fille et s’apprête à quitter les lieux afin d’éviter une nouvelle dispute. Mais Ludovic la rejoint au moment où elle monte dans la voiture.

Il l’agresse physiquement et la ramène de force dans le logement par les cheveux. Pour tenter de préserver son enfant qui assiste à la violente scène, Sandy va la mettre au lit. Pendant ce temps, Ludovic fait des allers-retours entre la chambre à coucher et le salon. Jusqu’à ce que la tension monte à nouveau d’un cran et qu’il se mette à donner des coups de tête au front de son ex-compagne et la menace de mort.

En garde à vue, il assure aux policiers l’avoir frappée accidentellement et se présente comme la victime agressée par son ex. Malheureusement pour lui, des SMS d’excuses sont retrouvés dans son téléphone au cours de l’enquête qui est ouverte pour des violences volontaires sur conjoint. Des textos dans lesquels il s’excuse et d’autres qu’il a adressés à son frère en ces termes : « j’ai vu noir ».

En confrontation, les versions s’opposent et chacun reste sur ses positions. Sauf que Ludovic est déjà connu pour avoir violenté cette victime. Il doit en effet être jugé devant le tribunal correctionnel en septembre prochain pour des faits similaires.

À la barre du tribunal correctionnel ces derniers jours, Ludovic fait face aux magistrats qui insistent pour savoir ce qu’il faisait chez son ex-compagne alors qu’il n’aurait pas dû s’y trouver. Il se justifie en expliquant qu’ils ont « une relation secrète » et que le soir des faits, elle était rentrée alcoolisée. « Je voulais pas qu’elle conduise avec la petite », lance le prévenant prévenu.

Malgré les éléments qui plaident en faveur de la victime, Ludovic n’en démord pas. C’est sa faute à elle s’il l’a frappée. Un discours relevé par le ministère public qui s’inquiète devant le trentenaire « sans limite ni remise en question ».

« Il faut qu’il soit aidé dans sa séparation et dans sa consommation d’alcool », rétorque l’avocate de la défense, Me Catherine Moissonnier. La robe noire a été entendue. Le conjoint violent a été condamné à six mois de prison qui pourront être aménagés. Il devra se faire soigner s’il veut éviter la prison et indemniser la victime.

 

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Erik
20 jours il y a

La violence devient une expression de la société, la sociétè devient une expression de la violence.

Royal Bourbon
20 jours il y a

L’éducation des parents issue des traditions familiales en est la cause !

La permissivité exagérée des garçons par rapport aux filles reléguées aux tâches ménagères et formées déjà à être de bonnes épouses « sois belle et tais toi ! »… dont les hommes raffolent !

Lui a droit de sortir, faire de la moto, jouer les machos, ramener un maximum de filles à la maison, qui font le bonheur des mères qui voient en lui un futur patriarche solide pour assurer la descendance !

Il y a aussi les familles monoparentales dont les pères n’ont été que des géniteurs d’un soir et les mères dépassées par le comportement machiste de leur(s) garçon(s) !

Dominants, ils vont instaurer la loi du patriarcat, terroriser leurs mères et leurs soeurs que l’on constate malheureusement dans certaines religions !

Dieu merci, mes parents étaient des libéraux, loin de nous ces éducations à la con ! Par contre, les études étaient le maître mot pour les garçons comme les filles !

Je comprends les zoreils sur cette priorité !

Ouais...
Répondre à  Royal Bourbon
20 jours il y a

Pas faux, après il faut ramener d un point de vue statistique, que la majorité des hommes ne sont pas dans cette extrême. Au vue des plaintes déposées et le nombre d habitants. Mais je suis assez d accord avec vous, il y a aussi malgré l éducation, la sensibilité des enfants à être formaté par la société,par l Assimilation de préjugés societal, comme par exemple dans une famille ou on a jamais parlé des gros, mais que pour l enfants le gros est jovial, l infirme intello ect…

Erik
Répondre à  Royal Bourbon
20 jours il y a

🤣🤣🤣🤣🤣🤣
On est au XXI siècle…
Sortez de votre réserve d’infériorité culturelle.
C’est pas possible d’écrire cette conclusion…

Tim
20 jours il y a

?????
Elle a récupéré sa fille. ?? Qui était donc seule avec lui alors qu’il n’était pas censé être là..??
Et elle rentre tard en laissant seule sa fille à la maison… et en plus apparemment alcoolisée…
N’y aurait-il pas un sérieux problème d’éducation de la part de la mère également..???

Nene
20 jours il y a

C’est le bourreau qui doit être aidé le pauvre.
Super l’argument de l’avocat.

Vache à Lait
20 jours il y a

Moi je piquerai accidentellement

Hoareau
20 jours il y a

Faudrait le mettre en prison..10 ans, accidentellement.

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.