Revenir à la rubrique : Politique

Christian Estrosi à la Réunion

C’est un passage éclair que Christian Estrosi, député-maire de Nice et conseiller politique de l’UMP, a prévu d’effectuer sur notre île. Le mercredi 3 juin au matin il posera les pieds sur le sol réunionnais, et repartira dès le soir… Entretemps? Christian Estrosi se rendra au meeting de soutien à Yolaine Costes. Organisé à Saint-Pierre, […]

Ecrit par Melanie Roddier – le mardi 26 mai 2009 à 17H29

C’est un passage éclair que Christian Estrosi, député-maire de Nice et conseiller politique de l’UMP, a prévu d’effectuer sur notre île.
Le mercredi 3 juin au matin il posera les pieds sur le sol réunionnais, et repartira dès le soir… Entretemps? Christian Estrosi se rendra au meeting de soutien à Yolaine Costes.
Organisé à Saint-Pierre, au parc Exotica, le rassemblement permettra à tous les militants UMP d’échanger avec la tête de liste UMP de la section Océan indien pour les élections européennes.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Après avoir écarté Huguette Bello, le PS pousse pour Laurence Tubiana

Après le retrait contraint d’Huguette Bello en raison du refus du PS de soutenir sa candidature, c’est désormais au tour des socialistes, soutenus par les écologistes et les communistes, de proposer Laurence Tubiana, patronne de la décriée Fondation européenne pour le climat, pour le poste de première ministre du gouvernement du Nouveau Front populaire.

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.