Revenir à la rubrique : Social

C’est pas la joie à l’auberge de jeunesse

Actuellement, la maison Morange à Salazie, qui fait partie de l’AJOI (Auberges de Jeunesse Océan Indien) n’est plus en mesure de payer ses loyers. A cause du blocage par le maire de l'unique compte des structures, 12 familles ne reçoivent plus de salaires depuis le mois dernier.

Ecrit par Karine Maillot – le mercredi 03 décembre 2008 à 12H05

Selon Stéphane Fouassin, maire et conseiller général de Salazie dans uen interview accordée le jeudi 20 novembre à Zinfos, l’AJOI lui doit 150.000 €.
Si les « murs » des autres structures du département ont été vendues à l’association AJOI par le conseil général pour l’euro symbolique (l’auberge du Bernica et celle de l’Entre-Deux), celle d’Hell-Bourg appartient toujours à la mairie de Salazie.
L’auberge n’étant plus en mesure de payer ses loyers, c’est-à-dire 1.500 € par mois, la mairie souhaite en récupérer la gérance pour d’autres projets…
Jean-Claude Boldoduck, président du conseil d’administration de l’auberge de Salazie s’y oppose formellement, s’indignant de devoir payer un loyer aussi élevé, alors que l’activité de l’auberge de jeunesse est d’intérêt général. « Le maire Fouassin nous prend en otage! Nous gérons cette structure communale 24h/24, tous les jours de l’année. Nous faisons venir des touristes de La Réunion, de la métropole et même d’ailleurs. Nous sommes un maillon parmi plus de 4.000 auberges de jeunesse à travers le monde. Mais nos structures de tourisme social n’ ont qu’un seul compte, qui a été bloqué par le Trésorier payeur général de Saint-André, à la demande du maire. J’ai proposé aux administrateurs d’étaler le paiement. Je suis donc allé au Trésor Public de Saint-André auquel j’ai remis un premier chèque de 1.500 €. Aujourd’hui, le maire de Salazie n’a toujours pas levé la main mise sur le compte de l’ensemble des auberges. Nous serons dans l’obligation de licencier du personnel, car la maison Morange pénalise l’ensemble des structures. Avec un tel loyer, nous ne pourrons plus garder cette auberge, à mon grand regret ».

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.