Revenir à la rubrique : Economie

CCIR : Quorum atteint, mais Magamootoo mis en minorité

L’assemblée générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion (CCIR) s’est tenue normalement hier en début d’après-midi, contrairement à la semaine dernière où l’ordre du jour de la précédente assemblée générale n’avait pas pu être examinée par absence de quorum. Toutefois, le dossier le plus important à traiter n’a pas pu être voté, pour "dysfonctionnements".

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 14 novembre 2008 à 07H38

Par deux fois déjà la semaine dernière, le président de la CCIR (Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion), Eric Magamootoo, n’avait pas réussi à réunir son assemblée plénière par défaut de quorum, alors même qu’un dossier majeur devait faire l’objet d ‘un vote.
Hier, suite à sa reconvocation, le quorum n’était plus nécessaire et Eric Magamootoo devait soumettre au vote une avance à la société Infoport, une société dans laquelle on retrouve les plus grosses sociétés travaillant sur le port et dans laquelle CCIR est très minoritaire. Pourtant, le président souhaitait qu’elle soit la seule à faire une avance en compte courant de 300.000 euros dont la société a absolument besoin pour éviter un dépôt de bilan.
Pour cette nouvelle assemblée plénière, le débat a été houleux sur cette partie de l’ordre du jour mais le président de la Chambre de Commerce a réussi à calmer le jeu, prétextant d’un « dysfonctionnement dans les statuts ».
Les groupes de l’opposition ont bien fait sentir au président leur mécontentement, situation qui a provoqué d’autres réactions, notamment du côté des membres de la commission portuaire: « N’instrumentalisons pas ce dossier pour régler d’autres problèmes« .
 Ainsi, il a été décidé de reporter l’examen du dossier au 4 décembre en attendant de pouvoir le réétudier.  Décision prise à l’unanimité. Les élus de la Chambre ont bien fait comprendre au Président qu’aucun passage en force n’était possible. Eric Magamootoo a assuré que « au regard de la sensibilité des informations recensées sur cet outil, la Chambre de Commerce, qui a pour mission de veiller à l’équilibre des entreprises, doit piloter de A à Z le dossier« , répondant ainsi au souhait de ses opposants qui affirmaient que si la CCIR est la seule à faire une avance en compte courant alors qu’elle est très minoritaire au capital, il faut donc qu’elle devienne actionnaire majoritaire.
Pour le moment donc, la société Infoport ne bénéficiera donc pas de l’avance en compte courant de 300.000 euros.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« L’octroi de mer : c’est n’importe quoi ! » selon l’UCOR

L’Union des Consommateurs de La Réunion (UCOR) publie une lettre ouverte critiquant l’octroi de mer pour son impact sur le coût de la vie et exige sa suppression immédiate, ainsi que le financement des communes et de la région par l’État, pour protéger le pouvoir d’achat des Réunionnais.

Dérogation pour les produits de construction : « Une victoire écologique et sociale » pour Gaillard et Ratenon

Dans un communiqué, les députés Jean Hugues Ratenon et Perceval Gaillard saluent la décision du Parlement européen d’autoriser La Réunion et les autres territoires ultramarins à importer des produits de construction de pays tiers sans marquage CE. Une mesure permettant de réduire les coûts pour les entreprises et les consommateurs, tout en réduisant l’impact écologique associé au transport.

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.