Revenir à la rubrique : Politique

Bilan de l’atelier 1 des Etats généraux : « Les Réunionnais se mobilisent trop peu »

Le bilan à mi-parcours des États généraux de l'atelier n°1 sur la formation des prix, les circuits de distribution et le pouvoir d'achat est peu probant à en croire les rapporteurs. En cause, une trop faible mobilisation des Réunionnais. Certaines revendications ressortent tout de même : la transparence des prix, la suppression ou modification de l'Octroi de mer et une reconsidération de la continuité territoriale.

Ecrit par Karine Maillot – le vendredi 12 juin 2009 à 19H22

« Est-ce parce qu’il n’y a rien de nouveau que les Réunionnais se manifestent peu, ou est-ce parce qu’ils ne se mobilisent pas qu’il n’y a rien de nouveau? « , se demande l’un des rapporteurs. Le président de l’atelier n°1, Jean-Yves Rochoux, ainsi que les rapporteurs Florence Rataud, Jean-Alain Cadet, Patrick Guillaumin, Hervé Marodon, Philippe Jean-Pierre et de Serge Menhak sont unanimes : « les Réunionnais ne se mobilisent pas suffisamment ».

La presse s’attendait à un premier bilan de l’atelier n°1 des Etats généraux dont la thématique principale est la formation des prix, les circuits de distribution et le pouvoir d’achat. Mais la conférence de presse fut d’abord un prétexte pour les rapporteurs pour faire passer un message aux Réunionnais : « Venez nous faire vos propositions! »

« Certains demandent une chose et son contraire »

En effet, Jean-Yves Rochoux, président de l’atelier 1, fait remarquer que « la composition des propositions est à chaque fois la même, et certains demandent une chose et son contraire ». Florence Rataud, également porte-parole de la grande distribution attend « des propositions cohérentes, afin d’établir une vision fédératrice qui donne de l’espoir ». Elle cite même une déclaration du président Nicolas Sarkozy : « Trouver le potentiel de gisement de valeur à optimiser »

Les rapporteurs rappellent que les enjeux sont importants pour l’avenir de la Réunion : « un système économique plus équitable, orienté vers le développement durable par exemple » suggère le président de l’atelier, même si « ce n’est pas à nous de faire des propositions », souligne t-il.

Ces derniers constatent tout de même des propositions récurrentes : des prix moins opaques dans la grande distribution, la suppression ou la révision de l’Octroi de mer, et une vraie continuité territoriale.

« Plus le produit vient de loin, plus il serait taxé »

Les propositions qui méritent réflexion selon les rapporteurs : établir une taxe de type carbonne, qui se substituerait à l’Octroi de mer : « plus le produit vient de loin, plus il serait taxé » suggère Jean-Alain Cadet, qui est également président de l’association Consom’acteur .

Toujours selon Jean-Alain Cadet,  la surrémunération des fonctionnaires est souvent sur les lèvres. « La surrémunération des fonctionnaires aurait une incidence indirect sur les prix. Le référentiel est souvent en fonction des salaires indexés, ce qui donne une impression de l’existence de deux factions au sein de la population réunionnaise ».

Pour la continuité territoriale, deux propositions sortent du lot : copier le modèle de la continuité territoriale de la Corse, ou créer une agence de mobilité financé par l’État, et ou le billet ne dépasserait pas 400 euros.

Une journée Dom-Tom de tous les ateliers se tiendra lundi 15 juin à Paris, où le ministre de l’Outre-mer, Yves Jego, recueillera l’ensemble des propositions des ateliers de l’Outre mer, et où Jean-Alain Cadet représentera La Réunion.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.