Revenir à la rubrique : Social

Avec le Point Conseil Budget, la CAF s’engage contre le surendettement

La CAF de la Réunion a officiellement présenté sa structure Point Conseil Budget (PCB) du Chaudron afin de prévenir le surendettement et favoriser l’éducation budgétaire. Ces lieux d’accueil labellisés vont accompagner les personnes qui rencontrent des difficultés financières afin d’éviter qu’elles ne tombent dans la spirale du surendettement.

Ecrit par – le vendredi 08 janvier 2021 à 14H04

Dans le cadre de sa stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, le gouvernement a lancé les Points Conseil Budget (PCB). Ces lieux d’accueil labellisés par l’État ont pour objectif de prévenir le surendettement et favoriser l’éducation budgétaire. Ce vendredi, Camille Dagorne, sous-préfète en charge de la cohésion sociale et de la jeunesse, Frédéric Turblin, directeur de la Caf de La Réunion et Florence Mar-Picart, directrice adjointe de l’Institut d’Émission des Départements d’Outre-mer (IEDOM) ont présenté celui situé à la CAF du Chaudron.

En 2020, le PCB du Chaudron a accompagné 300 personnes en situation d’endettement. Si l’accompagnement était alors uniquement par téléphone, la structure va à présent pouvoir accueillir physiquement le public. 

Un accompagnement pour tous les publics

Les PCB sont ouverts à tous publics et pas uniquement aux personnes bénéficiant d’aide de la CAF. Les professionnels priseront des conseils confidentiels, gratuits et personnalisés concernant la gestion d’un budget.

Le PCB s’oriente sur deux types de missions. La première consiste en l’accueil physique des personnes dont la situation financière se dégrade. La deuxième va porter sur une analyse des dossiers plus complexes avec une prise de contact auprès des créanciers afin de trouver des solutions et un accompagnement des démarches auprès de la commission de surendettement piloté par l’IEDOM.

L’endettement à La Réunion

La Réunion est l’une des régions les plus affectées par la précarité. En 2020, 1100 dossiers de surendettement ont été déposés. 58% des ménages n’ont aucune capacité de remboursement. L’endettement global déclaré s’élève à 35 millions d’euros.

À présent, l’île compte 2 PCB. Trois autres vont ouvrir dans les prochaines semaines afin de couvrir l’ensemble du département.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.