Revenir à la rubrique : Faits divers

Assises : Verdict aujourd’hui sur le meurtre de Sandro Lallemand

La première journée de procès a été l’occasion d’éclaircir les faits et dresser un portrait de chacun des accusés. Aujourd’hui, place au verdict. Ils seront jugés pour homicide volontaire.

Ecrit par Melanie Roddier – le mardi 04 novembre 2008 à 07H00

Les accusés, Jean-Freddy Fontaine et Joyce Smith, ont reconnu les faits.
Le 8 août 2006, Sandro Lallemand, 22 ans, meurt après avoir reçu plusieurs coups de galets dans la tête. Les circonstances du drame ne sont pas explicites: vieilles querelles ou participation à un viol dans lequel Sandro aurait pris position?
Hier, malgré la présence de la mineure qui avait subi un viol collectif le soir du drame, la Cour a décidé de se concentrer sur le meurtre et d’examiner cette partie de l’affaire dans quelques semaines. Pour les accusés, tout est lié à des querelles anciennes de lycée entre Joyce Smith et Sandro Lallemand. Il n’existerait aucun viol collectif.
Le 8 août 2006, ils sont plusieurs à errer devant l’église de la Petite-Ile, tous alcoolisés. Médicaments et zamal font même partie de la fête. Une dispute éclate entre Sandro Lallemand et Joyce Smith. Jean-Freddy Fontaine tente de s’interposer. Sandro Lallemand ne se calme pas et demande à Fontaine de rester à l’écart. Jean-Freddy Fontaine donne un coup de poing à Sandro Lallemand. Il récupère un galet de dix kilos et lui jette en plein visage une première fois, puis en haut de la poitrine. C’est à ce moment que les versions des accusés sont différentes: Cette fois c’est Smith qui prend le galet mais il explique à la Cour que c’est Fontaine qui lui a ordonné. Selon les témoins, Fontaine aurait dit de faire pareil en les menaçant de les tuer s’ils vont voir la police. Fontaine nie.
La personnalité des accusés a notamment montré des déviances nettes. Le père de Fontaine était très violent avec sa mère, et il est tombé très tôt dans l’alcool. Son père avait été emprisonné pour agressions sexuelles. Fontaine rejette tout sur l’alcool.
Concernant Joyce Smith, il a perdu son père très tôt, vers l’âge de 12 ans. Il tombe alors dans diverses déviances, et vit comme un SDF car il ne s’entend pas avec son beau-père.
Aujourd’hui, plaidoirie des avocats. Ils y en aura deux pour la partie civile et trois pour la défense puisqu’aux côtés de Fontaine et Smith comparait également Joseph Thiancourt, accusé d’avoir dissimulé des preuves dont l’arme du crime. Il dit lui aussi avoir été obligé de le faire par Fontaine.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.