Revenir à la rubrique : Outremer

Assises UMP de l’Outre-Mer à l’Assemblée Nationale

Alors que les États généraux de l’Outre-mer battent leur plein depuis le mois d’avril, le groupe parlementaire UMP a décidé d’y apporter sa contribution en organisant les Assises de l’Outre-mer à l’Assemblée Nationale. Ainsi, hier, les députés, mais aussi des sénateurs, des dirigeants de groupe ou d’entreprises et des professeurs, se sont réunis, à la demande de Jean-François Copé, pour discuter ensemble de l’avenir des Outre-mer. Pendant quatre heures, ils ont pu à la fois répondre aux questions des auditeurs et exposer leurs point de vue et idées au gouvernement.

Ecrit par Bérengère Lefèvre – le mercredi 01 juillet 2009 à 09H24

Les travaux se sont ouverts par les discours de Marie-Luce Penchard, secrétaire d’Etat chargée de l’Outre-mer, et de Patrick Karam, délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer. Ce dernier a rappelé son souhait que les ultramarins soient un jour enfin considérés comme des français à part entière et non comme français complètement à part, reprenant a contrario une citation d’Aimé Césaire. La ministre, quant à elle, a précisé  les points qui lui tenaient plus particulièrement à cœur, notamment celui de voir les Outre-mer passer d’une économie d’assistanat à une économie de production. Elle a également évoqué l’importance à ses yeux du développement durable de l’Outre-mer grâce à une politique « d’écocroissance », et la nécessité d’instaurer une relation « gagnant/gagnant » entre les Outre-mer et les pays qui les entourent.

 

Des questions et quelques réponses…

L’échange était organisé en deux temps, sous forme de deux tables rondes. Chacune correspondait à des thèmes généraux englobant divers sujets.

Lors de la première partie, il a été question de l’atout géostratégique de l’Outre-mer pour la France et l’Europe. A cette occasion, ont été abordées les problématiques liées aux identités, aux institutions et aux coopérations. La question des institutions a été rapidement balayée, le député réunionnais Didier Robert estimant d’ailleurs qu’elle ne se posait plus, au moins pour la Réunion.

Celle de l’identité a, en revanche, fait débat plus longuement. Comment la respecter au mieux lorsque dans un même archipel on peut parler jusqu’à cinq langues différentes ? Comment appliquer des solutions audacieuses et adaptées à chaque collectivité alors que les métropolitains connaissent mal l’Outre-mer ? Que faire pour que le regard des métropolitains à l’égard des ultramarins change ? Autant d’interrogations auxquels invités, comme intervenants, ont tenté de répondre.

Ainsi ont pu émerger quelques solutions parmi lesquelles revoir les programmes scolaires ou encore, faire en sorte que la ministre de l’Outre-mer soit systématiquement accompagnée de métropolitains lors de ses déplacements en Outre-mer. Concernant la coopération, il a été proposé de dispenser les Outre-mer des règles parfois trop contraignantes imposées par les Traités en matière d’échanges internationaux.

 

La Réunion fait valoir son avance écologique

La seconde partie s’est portée sur le développement durable. Comment protéger la biodiversité tout en se développant économiquement ? Comment parvenir à un développement endogène ? Et la culture dans tout cela ? Cette seconde table ronde a aussi  été l’occasion, pour les réunionnais, de mettre en avant les atouts de l’île en ce domaine. François Caillé a rappelé l’objectif de la Réunion de devenir autonome en énergie à l’horizon 2030 et les énormes progrès économiques qu’elle a effectué ces dernières années. Il a toutefois fait comprendre que pour continuer dans cette voie, le département aurait besoin de soutiens financiers.

Là encore, les remarques et idées ont été nombreuses, chacun tentant d’apporter sa pierre à l’édifice et de réfléchir ensemble, à des solutions spécifiques. Pourquoi, par exemple, ne pas fédérer le tourisme, créer un district ultramarin transmaritime comme l’a proposé Marc-Philippe Daubresse, député du Nord ?

…mais beaucoup de travail à accomplir encore

Cependant le bilan de ces assises reste mitigé, les uns étant frustrés par une trop grande place accordée à la Réunion, les autres, comme le député de Seine Saint-Denis Eric Raoult, restant simplement sur leur faim. C’est pourquoi Jean-François Copé a proposé de fixer une feuille de route, de « réfléchir à des points qui peuvent rassembler tout en sauvegardant ce qui fait la diversité ». Par ailleurs il a insisté pour que l’ensemble de la population cessent de fonctionner sur des systèmes anciens et moralisateurs qui « n’amènent qu’à des tensions ». Le Président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, a conclu, après avoir remercié les parlementaires, qu’il faudra poursuivre le travail par thèmes.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une délégation de sénateurs en visite pour deux missions d’étude à La Réunion

Quatre sénateurs multiplient cette semaine les visites de terrain et les rencontres avec les représentants des institutions et collectivités dans le cadre de deux études portant sur l’« Adaptation des moyens d’action de l’État dans les Outremer » et la « coopération et l’intégration régionales des Outremer ». Des propositions de loi sont attendues avant la fin de l’année.

Les Forces vives de Mayotte réclament l’instauration d’un « état d’urgence sécuritaire »

Environ 2.000 Mahorais ont défilé ce mardi dans les rues de Mamoudzou, selon les médias locaux, qui relatent que les forces de l’ordre ont dispersé avec du gaz lacrymogène des manifestants qui tentaient de forcer les portes du palais de justice. Dans un communiqué, le collectif les Forces vives de Mayotte demande « la fin de l’Apartheid réglementaire et juridique appliqué » dans l’île et l’instauration d’un « état d’urgence ». Après deux semaines de blocage, c’est désormais le tissu économique de l’île qui entre en crise.