Revenir à la rubrique : Faits divers

Assises : Il violait ses deux fils

Un père de famille, accusé de viols, agressions sexuelles et corruption de mineurs sur ses deux fils a été condamné à 5 ans de prison dont 2 avec sursis. Ayant déjà effectué deux ans d’emprisonnement, il ne lui reste réellement plus qu’une année de détention.

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 31 octobre 2008 à 15H05

Hier et aujourd’hui, un père comparaissait devant la cour d’Assises pour avoir violé, agressé sexuellement et corrompu ses deux fils, de 2000 à 2004. Audience particulière car l’accusé est sourd et muet. Il a donc fallu clarifier les débats avec l’aide d’interprètes.
Toutefois, et l’a rappelé l’avocat de la partie civile « il ne faut pas victimiser l’accusé ». Son handicap ajouté à un passé lourd ont été largement évoqués lors du procès. L’accusé aurait reproduit ce qu’il avait lui-même vécu pendant son enfance, les viols subis par son père.
Quad on lui demande pourquoi il commettait ces actes, l’homme répond, « je ne sais pas, mon père le faisait avec moi ».
Son fils aîné, à la barre, a demandé à la cour de ne pas l’envoyer en prison, souhaitant juste qu’il ne recommence plus « et que cela serve d’exemple ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.