Revenir à la rubrique : Social

ARAST : Les ex-salariés du Sud fixés le 18 novembre

Après deux reports d'audience, les ex-salariés de l'Arast avaient à nouveau rendez-vous ce jeudi matin devant le Conseil des Prud'hommes de Saint-Pierre. Face à l'AGS, la centaine de salariés réclame toujours ses indemnités de licenciement. Après plus de trois heures de plaidoiries, les conseillers prud'hommaux ont fixé le délibéré au 18 novembre prochain.

Ecrit par Ludovic Robert – le jeudi 16 septembre 2010 à 12H45

Près d’une matinée, c’est le temps qu’il aura fallu ce jeudi aux différentes parties pour exposer leurs arguments dans le dossier Arast. Un dossier qui aura mené une centaine d’ex-salariés, anciennement en fonction dans le Sud, à déposer une requête dédiée à l’obtention de leurs indemnités de licenciement.

« Tout ce que ces personnes demandent, c’est leur dû« 

Neuf mois après la décision de liquidation judiciaire de l’Arast, les salariés présents ce matin attendent beaucoup des Prud’hommes. Après avoir connu deux reports d’audience, les différents avocats ainsi que la CFDT ont enfin pu s’exprimer. Seul hic, certaines ex-salariées ont entamé une démarche individuelle ou en partie groupée ce qui a, par exemple, mené Me Fernande Anhila a défendre six plaignantes à part. Même constat pour Me Nathalie André-Robert et Me Jean-Maurice Nassar. Les autres ex-salariés ayant été défendus par la CFDT à travers Béatrice Renard.

Du côté des 108 requérants et de leurs avocats, le constat est clair, il n’y a jamais eu reprise des ex-salariés de l’Arast par le Conseil général, les licenciements économiques conditionnant le versement d’indemnités de licenciement. « De qui se moque t-on ?« , a lancé Fernande Anhila devant le Conseil des Prud’hommes de Saint-Pierre. « Tout ce que ces personnes demandent, c’est leur dû« , a-t-elle poursuivi en milieu de matinée avant d’évoquer l’obligation d’une avance de fonds par l’AGS.

« L’AGS n’est pas une société d’assurance« 

Restait aux avocats de l’AGS, Me Nathalie Jay et son confère, à se lancer dans une plaidoirie longue d’une bonne heure. « L’AGS n’est pas une société d’assurance« , a expliqué l’avocate aux conseillers prud’hommaux. « Elle est basée sur l’entraide« , a ajouté Nathalie Jay. Selon la défense de l’AGS, l’annonce d’une reprise des ex-salariés de l’Arast, par le Département, ne permet pas une avance des indemnités. Un constat que n’a pas partagé l’avocat du Conseil général : « C’est une escalade dans les moyens que l’AGS déploie. Il est même question d’une reprise clandestine et d’une opposition public-privé« , selon Jacques Bellot. « Il n’y a jamais eu de reprise« , a-t-il lancé avant de rallier la cause des ex-salariés en demandant le versement des indemnités de licenciement. Une demande applaudie par l’assemblée.

Reste qu’il faudra encore patienter deux mois, jusqu’au 18 novembre prochain, pour connaître le sort des ex-salariés et de l’AGS. Une chose apparaît néanmoins sûre, en cas de victoire des plaignants, l’AGS risque de payer le prix fort.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.