Revenir à la rubrique : International

Arabie saoudite : 4 décapitations prévues cette semaine

De nombreuses voix se sont élevées, notamment en Grande-Bretagne et dans une moindre mesure en France, contre les déplacements des dirigeants occidentaux en Arabie saoudite à l’occasion du décès du roi Abdallah, au motif que le royaume est un des pires pays au monde en matière d’application des Droits de l’Homme. Et l’année 2015 qui […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 28 janvier 2015 à 11H33
De nombreuses voix se sont élevées, notamment en Grande-Bretagne et dans une moindre mesure en France, contre les déplacements des dirigeants occidentaux en Arabie saoudite à l’occasion du décès du roi Abdallah, au motif que le royaume est un des pires pays au monde en matière d’application des Droits de l’Homme.

Et l’année 2015 qui débute ne devrait pas déroger à la règle.

Il y a déjà eu l’incident de jeudi dernier où la télévision du royaume n’a pas hésité à [flouter complètement Michelle Obama]urlblank:http://www.zinfos974.com/Michelle-Obama-refuse-de-porter-le-voile-la-television-saoudienne-la-censure_a80962.html car elle avait osé assister aux obsèques du roi Abdallah sans porter de voile.

Les exécutions par décapitation font partie des autres sujets qui braquent régulièrement les projecteurs internationaux sur le royaume. On compte déjà 16 exécutions depuis le début de l’année et 4 autres sont prévues cette semaine. Ultraconservateur, le royaume applique une version des plus rigoristes de la charia. Selon Amnesty international, il a pratiqué le troisième plus grand nombre d’exécutions au monde en 2014.
Le vol à main armée, le viol, le meurtre, l’apostasie [renoncer à sa foi publiquement] ou le trafic de drogue sont passibles de la peine capitale.

Dernier sujet de polémique : la condamnation à dix ans de prison et 1.000 coups de fouet du blogueur Raif Badaoui, parce-qu’il avait osé critiquer la politique du royaume et l’implication de la religion dans la vie de la société. De nombreux dirigeants occidentaux sont venus au secours de Raif Badaoui qui avait déjà reçu 100 coups de fouet. Son état de santé n’a pas permis qu’il soit re-fouetté la semaine suivante et, depuis, la sentence a été suspendue et le cabinet du roi a annoncé vendredi soir que le dossier de Raif Badaoui allait être réexaminé par la Cour suprême dans les prochains jours.

image: http://static.mediabong.com/img/628/left_btn.png
image: http://static.mediabong.com/img/628/right_bt

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mozambique : TotalEnergies aurait cessé de payer directement les forces armées pour sa protection

Il y a un an, un rapport indépendant commandé par TotalEnergies préconisait au groupe de ne plus financer directement la Joint Task Force, composée de soldats rwandais et mozambicains, pour assurer la protection de ses installations dans la région du Cabo Delgado. Selon le site Zitamar, le géant français pétro-gazier verserait désormais sa contribution au gouvernement mozambicain, afin d’éviter que son argent ne puisse être associé à d’éventuels crimes de guerre.

Iran : La mort du président annoncée par les médias d’Etat

Les opérations de recherches se poursuivent dans nord-ouest du pays où a disparu l’hélicoptère transportant plusieurs officiels iraniens, dont le président Ebrahim Raïss. Pour autant, plusieurs médias d’Etat ont déjà annoncé la mort de ce dernier, avec celle de Hossein Amir-Abdollahian, le ministre des Affaires étrangères.

Vladimir Poutine assure que l’armée russe n’a pas l’intention de conquérir Kharkiv

Vladimir Poutine a déclaré vendredi que l’objectif de l’offensive russe dans la région de Kharkiv, en Ukraine, n’était pas la conquête de la ville. Selon le président russe, cette opération militaire répond à des attaques ukrainiennes contre le territoire russe, notamment à Belgorod, et vise à établir une « zone de sécurité » le long de la frontière. Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse à Harbin, en Chine.

Poutine a précisé que bien que les forces russes progressent quotidiennement, la conquête de Kharkiv n’est pas actuellement envisagée. « Nous créons une zone sanitaire en réponse aux agressions subies sur notre territoire », a-t-il ajouté, en faisant référence aux bombardements ukrainiens sur des zones résidentielles russes.

Du côté ukrainien, le président Volodymyr Zelensky a affirmé que la situation autour de Kharkiv avait été « stabilisée » malgré la nouvelle offensive russe lancée le 10 mai. Lors d’une conférence de presse, Zelensky a indiqué que les troupes russes n’avaient pénétré que jusqu’à 10 kilomètres de la frontière ukrainienne et que dans certains secteurs, il n’y avait eu aucune avancée russe significative.

Zelensky a également expliqué que la construction de fortifications à la frontière avait été rendue impossible à cause des bombardements continus. Il a visité la région jeudi et confirmé que la première ligne de défense ukrainienne, plus au sud, n’avait pas été atteinte par les forces russes. Ces informations ont été rapportées par plusieurs sources médiatiques ukrainiennes, dont RBK Ukraine et Ukrainskaïa Pravda.