Revenir à la rubrique : Faits divers

Antananarivo à feu et à sang

Cela faisait plusieurs jours que les relations étaient tendues entre le maire d'Antananarivo, Andry Rajoelina, surnommé "TGV" pour son côté fonceur, et Marc Ravalomanana, le président de la République malgache. L'objet du litige: la décision de Marc Ravalomanana de fermer le 13 décembre 2008, la télévision du maire de "Tana". En réaction, Andry Rajoelina a appelé aujourd'hui à une grève générale avec une manifestation sur la Place du 13 Mai, une place hautement symbolique où déjà, de précédentes manifestations avaient abouti à la destitution de Didier Ratsiraka et indirectement l'arrivée au pouvoir de Marc Ravalomanana qui était à l'époque maire de Antananarivo.

Ecrit par Karine Maillot – le lundi 26 janvier 2009 à 18H55

La manifestation d’aujourd’hui a dégénéré quand les pro-Rajoelina ont appris l’incendie de la radio du maire, Radio Viva, par des hommes de main de Marc Ravalomanana. Certains parlent même de mercenaires sud-africains (ils parlaient anglais entre eux…).
En réaction, plusieurs milliers de manifestants pro-Rajoelina ont incendié la radio et la télévision nationale à Antananarivo.
Des ressortissants français sur place évoquent la mort de cinq personnes, mais ces informations n’ont pu être confirmées pour le moment. La presse elle, parle de deux manifestants tués lors de l’attaque de la radio, tués par les balles des mercenaires avant qu’ils ne soient obligés de s’enfuir devant la colère de la foule.
Les établissements scolaires publics et privés d’Antananarivo ont été évacués.
Les ressortissants étrangers sont assignés à résidence.
On peut voir sur la photo du site de RadioMada.com, une épaisse fumée émanant des médias nationaux. Les entrepôts d’approvisionnement de l’entreprise Tiko, appartenant au président, auraient également été incendiés.
L’hôtel Carlton (ex Hilton) serait aussi la proie des flammes.
Les opposants gouvernementaux se dirigent désormais vers la résidence du président.
Un appel à la médiation a été lancé pour éviter que la situation ne s’envenime encore plus.

Vendredi, M. Rajoelina avait dénoncé « une dictature » dans la Grande-Ile où, selon lui, « le président n’écoute plus la population« . Le maire dénonce en particulier l’absence de liberté d’expression et la « spoliation » des paysans dans le cadre d’un gigantesque projet agricole mené par le sud-coréen Daewoo.
Ecourtant un voyage en Afrique du Sud où il devait assister à un sommet de la Communauté de développement d’Afrique australe sur le Zimbabwe, le président Ravalomanana est rentré hier soir à Antananarivo. Il a déclaré vouloir « rétablir l’ordre » et « sauvegarder la République » à Madagascar. « Je ne suis pas d’accord avec ceux qui ont manifesté. Madagascar est un Etat de droit. C’est de la désobéissance« , a-t-il déclaré à son arrivée.
Selon des sources locales, un mandat d’arrêt a même été lancé contre Andry Rajoelina, qui se cacherait pour le moment.
Cette prise de position fait sourire à Madagascar ceux qui se souviennent dans quelles conditions Marc Ravalomanana était lui même arrivé au pouvoir en 2002. La Grande Ile avait été bloquée pendant plusieurs mois par des manifestations, qui avaient abouti à des élections. Arrivé en tête au premier tour, mais ne bénéficiant pas de la majorité absolue, Marc Ravalomanana s’était auto-proclamé vainqueur à la suite d’un coup de force que certains lui reprochent encore aujourd »hui.
Samedi dernier, Andry Rajoelina avait de son côté annoncé qu’il était prêt à diriger la transition qui fera suite à la démission du gouvernement, déclarant que c’est « la volonté du peuple« .

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.

Etang-Salé : Un adolescent emporté par les vagues, mais retrouvé sain et sauf

Un adolescent a été emporté par les vagues à l’Etang-Salé au cours de la nuit, ont rapporté nos confrères de Linfo.re ce mardi matin. Un dispositif de recherches a été déployé par les pompiers et les forces de l’ordre.
L’adolescent a finalement réussi à regagner le rivage et à retrouver ses proches. Les pompiers n’en ayant pas été immédiatement informés, les recherches se sont poursuivies alors que l’adolescent était sain et sauf.