Revenir à la rubrique : Social

André Thien Ah Koon : « La vie est chère pour tout le monde »

André Thien Ah Koon, s'exprime en tant que président de France Réunion Avenir sur le mouvement du personnel hospitalier et le débat sur l’indexation. Il appelle au "respect des principes" tout en estimant que "l’indemnité de vie chère est parfaitement justifiée indépendamment de la question discutée de l’index de correction". Selon Thien Ah Koon, "la vie étant chère pour tout le monde, le gouvernement doit appliquer la même indemnité de vie chère aux minimas sociaux (RSA, petites retraites)". Voici son communiqué :

Ecrit par A.D – le mercredi 16 mai 2018 à 17H05

Mouvement du personnel hospitalier et débat sur l’indexation : Le respect des principes
 
Le CHU de La Réunion est actuellement confronté à de sérieuses difficultés provoquées par la mise en œuvre du « Plan de Retour à l’Équilibre » (PRE).
 
C’est dans ce contexte de tension déjà très vives qu’est intervenue l’initiative de suppression de l’indexation des primes du personnel hospitalier.
 
On voudrait que le personnel soit la variable d’ajustement des contraintes budgétaires du CHU, on ne s’y prendrait pas autrement !
 
La réaction des organisations syndicales et du personnel pour défendre leurs intérêts est tout à fait légitime.
 
Le débat sur l’indexation des agents de la fonction publique hospitalière est inséparable du débat global sur la fonction publique d’État et territoriale outre-mer.
 
France Réunion Avenir tient à rappeler que cette question controversée ne peut trouver une issue positive dans des conditions de sérénité nécessaires qu’à partir du respect absolu d’un certain nombre de principes, qu’il convient ici de rappeler.
 
1°) Premièrement, les droits et avantages acquis des personnels actuellement en poste doivent être respectés.
 
Cela signifie qu’aucune diminution de la rémunération, sous quelque motif que ce soit, ne peut être acceptée et imposée unilatéralement par l’employeur.
 
Le contrat de travail qui engage les deux parties doit être respecté.
 
2°) Deuxièmement, toute réforme concernant l’indexation ne peut donc concerner que les futurs entrants dans la fonction publique d’État, hospitalière, ou territoriale.
 
Là encore, un principe clair doit être affirmé : celui de la compensation de la « chèreté de la vie ».
 
Sur la base de ce principe, l’indemnité de vie chère est parfaitement justifiée indépendamment de la question discutée de l’index de correction.
 
Cette indemnité de vie chère qui est actuellement de 35% pour La Réunion, doit être sauvegardée, au-delà des différentes évaluations des différentiels de coût de la vie qui sont souvent divergentes.
 
3°) Troisièmement, la vie étant chère pour tout le monde, le gouvernement doit appliquer la même indemnité de vie chère aux minimas sociaux (RSA, petites retraites). S’agissant des salariés du privé, la revalorisation des salaires doit être accompagnée par le Gouvernement de l’allègement des charges pour les employeurs.

France Réunion Avenir considère que l’application de l’indemnité de vie chère à tous les revenus est une mesure de justice en application du principe d’Egalité.

André Thien Ah Koon, président de France Réunion Avenir

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial