Revenir à la rubrique : Faits divers

Airbus 330: les capteurs de vitesse mis en cause

L'enquête sur les causes du crash de l'Airbus A 330 du vol Rio-Paris s'oriente vers une panne des "sondes Pitot" qui auraient donné une vitesse erronée de l'avion au cockpit.

Ecrit par Karine Maillot – le lundi 08 juin 2009 à 07H48

Le secrétaire d’Etat français aux transports Dominique Boussereau s’est exprimé hier sur la radio RTL, suite aux premières observations de l’enquête technique française, dirigée par le Bureau d’analyses (BEA) concernant l’Airbus A330 qui a péri dans l’Atlantique le 1er juin 2009, faisant 228 morts dont 73 Français. Les premières indications de l’enquête s’orientent vers une défaillance des « sondes pitots » qui servent à calculer la vitesse des avions.

En effet, selon Dominique Boussereau, les Airbus, et peut-être même d’autres avions, ont déjà révélé des problèmes avec leur système de calcul de vitesse lorsque ces derniers traversent des zones très humides, des zones à fortes turbulences ou encore des zones très dépressionnaires où les capteurs givrent et n’indiquent plus la vitesse réelle. Dans ce cas, « évidemment, les pilotes en cockpit n’ont plus la bonne vitesse affichée ».

Toujours d’après les déclarations de Dominique Boussereau, une panne des sondes pitots peut entraîner deux fâcheuses conséquences pour l’avion: « Une sous-vitesse, qui peut entraîner un décrochage, ou une survitesse qui peut entraîner une déchirure de l’avion parce qu’il s’approche de la vitesse du son et que la membrane de l’avion n’est pas faite pour résister à de telles vitesses ».

Pour le moment, dix sept corps ont été repêchés ce week-end par l’armada internationale, mais aucun n’a été identifié. Un fauteuil d’avion de couleur bleue et une mallette contenant un billet d’Air France ont été récupérés parmi les objets repêchés.

Selon le Journal du Dimanche, un premier problème de sonde a déjà été observé par Airbus il y a douze ans, faisant référence à un document interne daté de novembre 1996. Selon ce document dont le Journal du Dimanche a obtenu une copie, les paramètres que mesurent le détecteurs de vitesse « pourrait être sévèrement dégradés même si le dégivrage de la sonde fonctionne correctement, lorsque l’avion se trouve dans de puissant cumulo-nimbus, particulièrement dans la zone de convergence intertropicale ». Le journal affirme que le vol A447 se trouvait justement dans ce type de zone le soir de la catastrophe.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Agression sexuelle sur mineur : Un multirécidiviste condamné à 14 ans de prison par le tribunal correctionnel

Des faits d’une particulière gravité étaient jugés ce vendredi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis dans le cadre d’une comparution à délai différé. Un homme né en 1970 avait à répondre d’agression sexuelle sur une enfant de 9 ans. Connu de la justice pour des faits similaires, il a déjà écopé de 26 ans de prison dont 12 pour des faits de viol sur mineur.

Disparition inquiétante à Saint-Paul : Un homme de 74 ans introuvable

La gendarmerie a ouvert une enquête pour la disparition inquiétante d’une personne majeure. Il s’agit de Jean Georges Gamin, 74 ans, qui n’a plus donné signe de vie depuis mercredi. Il avait quitté le domicile de sa sœur à la Possession pour se rendre en bus à la maison de la justice et du droit de La Saline les Hauts. Toute personne ayant des informations est priée de contacter la gendarmerie de Plateau Caillou au 02.62.93.75.42 ou hors des heures ouvrées, le 17.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant retourne en prison

Amjad G. s’en était pris à un agent de la prison de Domenjod le 17 juillet dernier alors qu’il venait d’être jugé pour des faits d’exhibition sexuelle. Relâché après sa détention provisoire, il a été arrêté pour répondre cette fois des faits de violence sur l’agent pénitentiaire. Une information Zinfos974.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant a été interpellé

Comme nous vous l’indiquions le 17 juillet dernier, les agents pénitenciers avait fait part de leur inquiétude suite à la libération d’un prévenu en détention provisoire qui avait agressé violemment un agent de la prison de Domenjod. L’homme a finalement été interpellé pour ces faits et placé en garde à vue.