Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Air Austral, une société privée très très particulière !

Dans notre économie libérale marchande française, les entreprises, dans leur très large majorité, sont privées. Il se peut quelques reçoivent des aides publiques, donc de l’argent public et à ce titre elles doivent respecter les raisons qui leur ont fait bénéficier de cet argent. Pour le cas d’Air Austral, son statut juridique de Société Anonyme […]

Ecrit par zinfos974 – le lundi 01 décembre 2008 à 09H17

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Dans notre économie libérale marchande française, les entreprises, dans leur très large majorité, sont privées. Il se peut quelques reçoivent des aides publiques, donc de l’argent public et à ce titre elles doivent respecter les raisons qui leur ont fait bénéficier de cet argent. Pour le cas d’Air Austral, son statut juridique de Société Anonyme à Conseil de Surveillance en fait une société de droit privé que ses actionnaires privés initiaux ont doté d’un capital de 1 000 000 FF en décembre 1981 composé d’un apport de 921 000 FF de l’époque par l’apport d’une société, Réunion Air Service, et d’une somme en liquide de 79 000 FF. Par diverses augmentations de capital successives, leur capital est passé à un peu plus de 10 000 000 FF en 1991 par de l’argent de divers investisseurs publics et pas du tout celui des actionnaires privés initiaux. Ce capital, converti en euros, devenu 1 640 000 €, s’est à nouveau vu augmenté de 4 150 000 € ( 27 222 755 FF) moitié de la région, moitié du conseil général. D’où provient l’argent de la région et du conseil général si ce n’est des impôts locaux ou de l’octroi de mer qui sont aussi des impôts. Par ailleurs les 3 Boeing 737 et les 2 ATR 72, cela fait beaucoup, beaucoup, d’argent, ont été achetés en défiscalisation donc l’ont été pour une bonne part, là encore, par de l’argent de contribuables. Ainsi ils n’ont payé leurs avions que moins de 65% de leur valeur ! Avons-nous eu sur leurs prix l’aubaine de la défiscalisation qui est de l’argent qui n’a pas été remis au Trésor Public ! Quand enfin une subvention de la région en février 1998 paie cash 3 200 000 FF (487 836 €), une bagatelle, un réacteur de Boeing 737 sur de l’argent européen du fonds REGIS II, donc là encore de l’argent de contribuables européens, ce n’est toujours pas de l’argent privé mais bien de l’argent public. En conclusion voilà quelques politiques habiles et quelques amis qui avec 79 000 FF créent en 1981 une société  à laquelle ils n’ont jusqu’à ce jour plus apporté aucun centime, et se retrouvent à la tête d’une société avec un capital de 1 640 000 € + 4 150 000 € = 5 790 000 € (37 979 991 FF) dans sa grande majorité constitué d’argent de contribuables, un fonds résultant des reports à nouveaux d’environ 30 000 000 € ( 196 796 100 FF), un chiffre d’affaires d’environ 266 000 000 € ( 1 744 845 620 FF ) toutes ces sommes astronomiques comparées aux 79 000 FF  initiaux ayant largement été financés par les Français, les Européens, les Réunionnais contribuables et les Français et Réunionnais usagers ! D’où diable peut-on affirmer que les Réunionnais contribuables n’ont rien à redire !!! Quand aux comptes qu’Air Austral ne publiaient pas depuis plusieurs années, la transparence n’étant pas sa qualité première, il a fallu à COLL’AIR, le 1er avril 2003, porter plainte auprès du Procureur pour exiger qu’ils le soient comme la Loi l’exige. La plainte ayant été égarée par la Justice, elle a dû être réitérée le 1er août 2003 pour qu’enfin au 3 janvier 2004 ils soient enfin publiés nous permettant de mesurer, comme nous venons de vous l’apprendre ci-dessus, combien cette société est peu « privée et combien elle appartient en fait aux  « CON tribuables » !!!

COLL’AIR mène depuis plus de 5 ans déjà son combat face à un lobby qui représente à la Réunion toutes compagnies confondues plus de 1 000 000 000 €. Les chiffres et les éléments apportés au débat prouvent à tous ceux qu’une bonne foi sincère anime, que la situation paradoxale de la compagnie Air Austral, qui se réclame « des Réunionnais », ce qui est vrai quant à leur généreuse implication financière, en refusant toute transparence sur ses comptes, en ne sollicitant ni les Elus qui s’en désintéressent totalement puisque certains en usent abondamment aux frais encore des contribuables, ni les personnels, ni les Réunionnais leurs principaux bailleurs de fonds, est une terrible atteinte à la démocratie, à la justice à l’honnêteté d’un pays qui se réclame de la devise républicaine « LIBERTE EGALITE FRATERNITE ».    

S’il est normal de réclamer des comptes aux compagnies pétrolières, n’est-il pas tout aussi normal et légitime d’en réclamer aux compagnies aériennes, et plus particulièrement à la prétendue compagnie réunionnaise qui, au lieu d’être au service de TOUS les REUNIONNAIS, met surtout et d’abord TOUS les REUNIONNAIS à son service en leur gagnant sur les dos chaque année des MILLIONS € avec ses prix abusifs, comme on peut le constater sur les prix des vols régionaux notoirement connus parmi les plus chers du monde.

Avec tous les Réunionnais, avec le Président de la République, avec le Délégué Interministériel, avec le Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, avec tous les Elus Réunionnais qui se situent aux côtés de leurs concitoyens, réclamons TOUS ENSEMBLE avec COLL’AIR que vous pouvez rejoindre le respect de l’intérêt général des 790 000 Réunionnais contre les intérêts d’un millier de personnes d’Air Austral et de quelques Elus ! OUI à la baisse des prix ! NON aux bénéfices scandaleusement injustifiables !
          
www.collair.org

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?