Revenir à la rubrique : Santé

Affaire du Médiator : En appel, victoire judiciaire pour les victimes

En première instance, les laboratoires Servier ont été reconnus coupables de tromperie aggravée, d'homicides et blessures involontaires. Le procès en appel du scandale du Mediator que s'est ouvert en janvier dernier à Paris connait aujourd'hui son dénouement judiciaire. Près de 200 victimes réunionnaises étaient représentées.

Ecrit par Isabelle Serre – le mercredi 20 décembre 2023 à 10H14

En septembre 2019, les laboratoires Servier ont été condamnés lors d’un premier procès dans l’Hexagone pour tromperie aggravée, homicides et blessures involontaires. Ils avaient obtenu la relaxe du chef d’escroquerie. Ce mercredi s’achève le marathon judiciaire avec la décision de la cour d’appel de Paris après appel du parquet.

Le médicament commercialisé par Servier, le Médiator, est un antidiabétique, prescrit comme coupe-faim, et qui a entraîné de graves effets secondaires sur des milliers de patients allant dans certains cas jusqu’à provoquer jusqu’à la mort. A la Réunion, environ 200 parties civiles ont été représentées dans leurs intérêts par Me Alain Antoine. En 2011, les victimes de l’île s’étaient regroupées en un collectif « Mediator Réunion ». En 2012, la robe noire demandait que des expertises soient réalisées à La Réunion. En 2016 et 2017, les membres du collectif  ont régulièrement fait entendre leur voix pour obtenir réparation ainsi que la condamnation des Laboratoires Servier.

« Je suis particulièrement ému ce soir », confie Me Alain Antoine à Zinfos974 depuis Paris où il a assisté au délibéré de la cour. La robe noire insiste sur le fait que les laboratoires Servier spéculait sur l’espérance de vie des victimes. « En effet, certaines des personnes que j’ai pu représenter ne sont plus là aujourd’hui », regrette l’avocat saint-paulois qui se dit cependant satisfait des décisions de la cour. Sur l’aspect pénal, les laboratoires Servier relaxé de ce chef en première instance sont désormais condamnés pour le délit d’escroquerie. « La cour a monté le curseur » se félicite le conseil.

Petit bémol cependant, le parquet général avait requis une peine complémentaire concernant les bénéfices réalisés par Servier dans cette affaire, soit deux millions d’euros. La cour n’a pas suivi cette proposition. Concernant le côté civil, les victimes avaient été largement entendues lors du premier procès. La cour d’appel de Paris a confirmé ce qui avait été alloué.

En France, l’Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps, devenue ANSM) avait recommandé de ne plus prescrire le Médiator  comme coupe-faim en 2007. Il a fallu attendre 2009 pour qu’il soit retiré du marché français, après avoir été prescrit à environ cinq millions de personnes.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Fin de la vente d’alcool réfrigéré dans les grandes surfaces de La Réunion

La préfecture de La Réunion, l’ARS et les acteurs économiques ont signé une charte pour lutter contre les consommations à risque d’alcool. Parmi les nouvelles mesures qui seront mises en place, l’arrêt de la vente d’alcool réfrigéré dans les grandes surfaces réunionnaises, mais aussi des 4×3 et des couvertures de catalogues de vente une semaine avant les fêtes des mères et des pères.