Revenir à la rubrique : Social

AESH sans salaire : « Inacceptable » pour la CGTR Educ’Action

" Les AESH n’ont pas à faire les frais du manque d'organisation de l’autorité académique: 'employer des personnels c'est bien, les payer dans les délais réglementaires prévus c'est mieux' ". Dans un communiqué la CGTR Educ’Action s’insurge contre le non paiement des salaires des accompagnements d'élèves en situation de handicap alors que leur contrat ont été signés le 3 septembre. Le syndicat demande le versement en urgence d’un acompte légal de 80%.

Ecrit par N.P – le samedi 29 septembre 2018 à 14H38

« L’attention de la CGTR EDUC’ACTION a été appelée sur le non versement des salaires de septembre 2018 de plusieurs personnels AESH contractuels (accompagnants élèves en situation de handicap) alors même que des contrats ont été signés vers le 3 septembre 2018.

La Cgtr Educ’action note la désinvolture de l’autorité académique qui n’exerce pas son travail de contrôle alors que le service payeur est localisé au rectorat. 

Le dit service, premier interface des salariés, n’a même pas à minima daigné prévenir les personnels concernés du non versement de leur salaire de septembre.

Avant de nous alerter ces collègues ont pris l’attache du rectorat et ont reçu une information bancale « vous aurez seulement une partie de votre salaire » sans donner aucun montant.

Quel mépris envers nos collègues !!!!

Les AESH n’ont pas à faire les frais du manque d’organisation de l’autorité académique: « employer des personnels c’est bien, les payer dans les délais réglementaires prévus c’est mieux ». Une telle situation place nos collègues qui ont déjà des salaires au rabais dans de graves difficultés financières.

En conséquence, nous demandons à l’autorité académique de prendre les mesures d’urgence qui s’imposent afin de remédier à cet inacceptable état de fait.
Notre protestation est d’autant plus vive que ce n’est pas la première fois que des AESH ne sont pas payés dans les délais réglementaires.

Nous avons encore en mémoire, les nombreux incidents de paiement qui avaient abouti, selon les dires du rectorat, à ce que les services académiques s’engagent « en étroite concertation avec la direction régionale des finances publiques à mettre en place une procédure adaptée afin d’éviter la répétition, notamment pour les années à venir de ce type d’incident de paiement des traitements ».

Afin d’amortir le préjudice financier occasionné, la CGTR Educ’action exige du rectorat que soit versé sans délais une avance de 80% du traitement (dispositif de secours existant) dans l’attente de la régularisation complète de la situation des personnels concernés.

Ce problème de paiement renvoie inévitablement à la question de la précarité. Des AESH victimes d’incidents de paiement, des AESH dont les missions sont trop souvent détournées. Cela suffit !!! 

La CGTR EDUC’ACTION demande au rectorat :

– le règlement urgent des salaires de septembre des personnels concernés (dans l’attente le versement immédiat légal d’un acompte de 80%).
– de prendre en charge les éventuels incidents financiers (agios bancaires, frais de rejet de chèque défaut d’approvisionnement…), auxquels pourraient être confrontés nos collègues suite au retard de paiement de leur traitement, et de procéder au versement d’intérêts moratoires ou indemnités de retard sur la base du taux de l’intérêt légal (Circulaire du Budget n° 140 du 24 octobre 1980 / RLR 332-0-d) ».

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.