Revenir à la rubrique : Politique

ADI : Le SAFPTR écrit à la présidente du Conseil général

Le rapport concernant l’application du RSA, que le député René-Paul Victoria a remis au Premier ministre François Fillon, soulève une interrogation particulière au Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion : Que va devenir l’ADI ?

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 01 juin 2009 à 10H53

Le devenir de l’Agence départementale d’insertion (structure spécifique au Dom) est contenue dans le chapitre 4 du rapport de René-Paul Victoria concernant le RSA : “Faut-il conserver les agences départementales d’insertion ?”

Créée le 25 juillet 1994 (L. 522-1 à L. 522-13 du code de l’action sociale et des familles) l’ADI, structure Etat/Département, a vu ses compétences en matière d’action sociale et d’insertion professionnelle, accroître avec la loi du 1er décembre 2008.
Cette modification législative et l’instauration future du RSA posent la problématique de l’évolution de l’ADI. Dans son document de 130 pages, René-Paul Victoria fait plusieurs propositions en ce sens.
Il y a d’abord la possibilité d’intégrer l’ADI au Département :
– affectation de tous les personnels au Conseil général avec requalification et professionnalisation des agents ;
– mise à la disposition des agents au profil adéquat ;
– création d’un établissement public de formation pour répondre aux nouveaux besoins des politiques d’insertion.

Toutefois, selon René-Paul Victoria, “il a été constaté une volonté très ferme des présidents du Conseil général de se rapproprier le noyau dur de la politique d’insertion. Pour Patricia Doxiville, délégué syndicale de la SAFPTR, « ce ne sont que des préconisations ou de bonnes intentions. A ce jour, nous n’avons aucun élément précis sur ce qui va être fait. L’arrivée du RSTA à La Réunion puis peut-être du RSA, complique un peu plus un quelconque scénario”.

Dans son courrier à Nassimah Dindar, la syndicaliste souhaite un rendez-vous pour “au moins connaître la position du Département sur ce dossier. Cela pourra ainsi nous permettre de travailler sur des données valides et pérennes”.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?