Revenir à la rubrique : Social

ADEP: Les employés obtiennent gain de cause

Les employés de l’ADEP (Association dionysienne d’éducation populaire) sortent la tête de l’eau. Ce matin un compte-rendu de la rencontre entre le conseil d’administration et la mairie de Saint-Denis a donné un nouvel espoir aux 40 salariés.

Ecrit par Melanie Roddier – le lundi 03 novembre 2008 à 17H24

Ils attendaient de nouer un dialogue depuis huit mois avec leur hiérarchie, la semaine dernière ils bloquaient l’entrée des locaux à leur directeur. Les employés de l’ADEP sont aujourd’hui satisfaits de la première étape qui vient d’être franchie.
La prise en main du dossier par la mairie de Saint-Denis a permis, selon les employés, de débloquer une situation gelée depuis plusieurs semaines. « Sous les quinze jours qui viennent, le directeur doit partir. Nous attendons désormais de savoir s’il a démissionné ou pas. Le président nous a déjà laissé entendre que le Conseil d’Administration partira avec son directeur« , explique Raymond Berianayagom, animateur social. Rassurés, les employés attendent désormais de voir ce qu’il adviendra du personnel dans son ensemble: un transfert aura-t-il lieu? Réponse dans quelques jours.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.