Revenir à la rubrique : International

Accord trouvé entre les ministres de l’Eurogroupe sur le financement des banques en faillite

Après plus de six heures de discussions, les ministres européens des Finances ont trouvé cette nuit un compromis pour restructurer ou liquider les banques en difficultés tout en épargnant les contribuables. Autrement dit, ils ont trouvé les dispositions pour éviter la situation vécue par les Chypriotes qui avaient été ponctionnés pour sauver le secteur bancaire. Ces nouvelles […]

Ecrit par S.I – le jeudi 27 juin 2013 à 10H51

Après plus de six heures de discussions, les ministres européens des Finances ont trouvé cette nuit un compromis pour restructurer ou liquider les banques en difficultés tout en épargnant les contribuables. Autrement dit, ils ont trouvé les dispositions pour éviter la situation vécue par les Chypriotes qui avaient été ponctionnés pour sauver le secteur bancaire. Ces nouvelles règles devraient entrer en vigueur à partir de 2018.

« C’est un succès, un succès arraché de haute lutte », a réagi le ministre des Finances français, Pierre Moscovici, estimant que cet accord était « très important pour la stabilité financière de l’Union européenne. »

L’Allemand Wolfgang Schäuble a salué « une avancée importante » en ce sens. C’est « un jalon majeur dans nos efforts pour briser le cercle vicieux entre les banques et les dettes des États », a renchéri l’Irlandais Michael Noonan, qui présidait la réunion.

De son côté le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, par ailleurs président de l’Eurogroupe a précisé que « si une banque a des problèmes, nous aurons désormais un ensemble unique de règles dans toute l’Europe pour décider qui paie la facture. »

Afin d’éviter de faire payer les contribuables quand une banque doit être restructurée ou liquidée, les Européens s’étaient déjà mis d’accord pour faire payer, dans l’ordre : les actionnaires, puis les créanciers les moins bien assurés, puis, le cas échéant, les détenteurs d’obligations dits « seniors » et en dernier recours les déposants, au-delà de la somme de 100.000 euros.

Même si le recours à l’argent public est donc encore possible, « c’est un changement majeur qui fait qu’on passe de l’argent public, celui du contribuable, à celui du secteur financier lui-même, qui va devoir dans une très large mesure régler ses propres problèmes », a souligné Jeroen Dijsselbloem.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Manu Payet offre La Réunion au Pape

Manu Payet faisait partie de la centaine d’humoristes à être convié au Vatican pour rencontrer le Pape vendredi dernier. L’humoriste originaire de La Réunion lui a donné un souvenir de l’île.