Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

A Salazie, il y a mère et maire et 12 familles à la rue

Ma mère qui est décédée à plus de 90 ans et m’avait appris le devoir de rendre service, le respect  de la parole donnée, l’honneur d’être à la disposition des gens…. C’était une bonne Ch’ti, c’était une mère comme tant d’autres mamans. Monsieur le Maire de la bonne ville de Salazie n’est pas de la […]

Ecrit par – le mercredi 19 novembre 2008 à 10H11

Ma mère qui est décédée à plus de 90 ans et m’avait appris le devoir de rendre service, le respect  de la parole donnée, l’honneur d’être à la disposition des gens…. C’était une bonne Ch’ti, c’était une mère comme tant d’autres mamans.

Monsieur le Maire de la bonne ville de Salazie n’est pas de la même cuvée. La semaine dernière j’avais l’honneur de conduire une délégation d’administrateurs bénévoles de notre association pour mettre à plat la situation de l’auberge de jeunesse d’Hell Bourg.

Après discussion deux décisions importantes ont été prises: de mon coté je devais organiser une table ronde avec différents partenaires pour racheter cet équipement. En effet, contrairement à tous les autres équipements collectifs de la réunion et de France : piscine, terrains et salles de sports ces structures ne sont pas payante pour les associations utilisatrices.

A Salazie le loyer de l’auberge est de 1 500 euro par mois( 18 000 par an). A cela il faut ajouter les frais de personnel, l’eau et l’électricité, les consommables et nous voici dans un château impossible à gérer.

Cette situation ne date pas d’hier, pendant de longs mois la maison Morange à été fermée pour des travaux de remise aux normes, aujourd’hui il faudrait la refermer pour la traiter contre les rongeurs de boiserie…( en plus de la période du chik ce n’est pas un cadeau )

J’ai pris la présidence du Conseil d’Administration depuis quelques semaines et nous avions au début de nos Conseils d’Administration un représentant du maire de Salazie qui venait à toutes nos réunions pour partager tous nos problèmes de fonctionnement et trouver des solutions locales pour les deux parties. Monsieur le Maire qui est administrateur de cet équipement municipal ne venait pas en personne.

Lundi dernier, le 3 novembre, j’avais le plaisir de conduire une délégation d’administrateurs des auberges de jeunesse de l’océan indien et de pouvoir faire connaissance avec le responsable de cette bonne ville de SALAZIE qui venait de nous saisir les comptes…

Si l’accueil fut chaleureux, les engagements du maire de faire la main levée sur notre compte financier demandé par le Trésorier payeur de Saint André n’a pas été suivit d’effet  et nous nous retrouvons avec 12 familles qui n’ont pas reçu leurs salaires de novembre que nous avons pourtant provisionnés.

Je pense qu’il n’est plus possible pour nous de gérer cet équipement collectif de l’est car c’est au détriment des autres structures mais je supplie monsieur le Maire de faire un petit effort et de nous maintenir encore quelques semaines pour répondre aux engagements que nous avons sur les activités des groupes que nous plaçons sur Hell Bourg régulièrement. Ensuite nous serons dans l’obligation de licencier du personnel local et de trouver d’autres solutions pour l’avenir prometteur de notre structure.
.
Fait à Saint Gilles les hauts  le 18 novembre 2008

Jean Claude BOLDODUCK
Président du Conseil d’Administration

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une journée solidaire

Le 15 février 2024 l’association solidarité réunionnaise pour un meilleur lendemain a fait une distribution de denrées alimentaire d’envergure.

Pathétique Poutine ou la maladie du pouvoir

Si je devais évoquer le flair d’un animal face à Poutine, je m’identifierais à un vieux « renard » afin de me rendre compte de sa structure psychologique névrotique complexée sous-jacente. Biden et...

Groupes électrogènes : « Un audit est nécessaire »

Cette lettre s’adresse aux responsables de la Sécurité Civile : l’Etat et les Collectivités. Lors du dernier phénomène cyclonique, des commerçants ont fait la promotion de groupes électrogènes. Anticipant des coupures d’électricité prolongées, des clients faisaient la queue devant certains magasins. La peur des avaries alimentaires a poussé de nombreux Réunionnais à se doter de ce moyen de secours.