Revenir à la rubrique : Société

? »Ça déménage » : Un déménagement rapide et gratuit pour les femmes victimes de violences

L'association CEVIF collabore avec la société AGS Déménagement pour permettre aux femmes victimes de violences conjugales de pouvoir déménager dans l'urgence et sans frais.

Ecrit par zinfos974 – le mardi 09 mars 2021 à 01H33

Il est menaçant, voire violent. Elle a peur pour sa vie et celle de ses enfants. La police lui suggère de déménager et une association l’aide à trouver un logement d’urgence. Mais la précipitation et la peur ne lui ont permis que de s’emparer du strict minimum : le reste de ses affaires sont toujours au domicile familial. Y retourner la mettrait en danger.
 
C’est pour cela que le CEVIF, le Collectif d’élimination des violences intrafamiliales, travaille en partenariat depuis 2019 (suite au[ triple infanticide de la Rivière-des-Galets]urlblank:https://www.zinfos974.com/Riviere-des-Galets-Un-pere-tue-ses-trois-enfants_a138708.html ) avec le groupe AGS Déménagement pour récupérer les affaires de ces femmes et leur permettre de rester en sécurité. Objectif : qu’elles puissent quitter les lieux gratuitement et le plus rapidement possible. Pour le CEVIF, le déménagement s’inscrit, comme la rupture, dans cette « fenêtre de tous les dangers ».
 
Ce lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, a été l’occasion pour la sous-préfète en charge de la cohésion sociale Camille Dagorne, de remettre 5000 euros à la société et l’association. Un coup de pouce destiné à renforcer leur action mais aussi et surtout un éclairage sur leur collaboration en faveur de ces publics pris au dépourvu.

Des témoignages qui confirment l’intérêt de ce protocole
 
« Le CEVIF nous appelle une fois que tout est réglé et le lendemain on peut procéder au déménagement. On trouvera toujours une place », assure le directeur d’AGS Déménagement, Philippe Giordanella. Depuis 2019, la société a procédé à 7 déménagements, dont un en janvier dernier. Une initiative qui débute à La Réunion mais qui pourrait être adoptée ailleurs. « C’est notre cœur de métier, ce que l’on sait faire et c’est quelque chose qui nous permet de passer vite à l’action ».
 
La vidéo d’une victime ayant bénéficié du protocole « Ça déménage » a été diffusée avant la remise du chèque. « Quand j’ai déménagé, j’ai quitté mon passé pour me reconstruire, raconte-t-elle, j’ai décidé de m’en sortir. Traverser l’île avec ses affaires ça coûte cher, je suis très reconnaissante », affirme cette bénéficiaire prise dans le tourbillon d’un conflit conjugal.

 

?

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Baccalauréat : Début des épreuves ce mardi

Après le passage des épreuves écrites anticipées de français le vendredi précédent, l’attention se tourne désormais vers les élèves de Terminale des filières générale et technologique, qui s’apprêtent à débuter leur marathon d’examens pour décrocher le baccalauréat général et technologique.

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.