Revenir à la rubrique : Social

A 10 heures, les lycéens Saint-Paulois devant la Sous-Préfecture

Les élèves du lycée Evariste de Parny, Louis Payen et Louis IV de Saint-Paul ont entamé leur marché à 9 heures et sont arrivés devant la Sous-Préfecture de Saint-Paul. Ils espèrent qu’un représentant de l’Etat va accepter de recevoir une délégation afin de faire entendre leurs revendications. La circulation est perturbée à cet endroit où […]

Ecrit par Melanie Roddier – le mardi 09 décembre 2008 à 09H45

Les élèves du lycée Evariste de Parny, Louis Payen et Louis IV de Saint-Paul ont entamé leur marché à 9 heures et sont arrivés devant la Sous-Préfecture de Saint-Paul. Ils espèrent qu’un représentant de l’Etat va accepter de recevoir une délégation afin de faire entendre leurs revendications.
La circulation est perturbée à cet endroit où les autorités ont fermé les voies environnantes.
De même, le lycée Pierre Poivre à Saint-Joseph manifestent aussi… Lycéens et professeurs discutent devant les grilles du lycée.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.

Une « déficience de l’organisation générale » à l’origine des problèmes de l’association Croix Marine

Dans un rapport de la Direction du travail daté du 24 mai, les manquements de la direction et les mauvaises relations avec l’ancienne présidente de l’association figurent au premier plan des explications sur les dysfonctionnements de la Croix Marine. La mission d’inspection a ainsi constaté un nombre élevé de démissions ou d’arrêts maladie dans les différents services, avec pour conséquence la difficulté que rencontrent les majeurs protégés pour joindre leur tutrice.

Les salariés de la Croix Marine alertent sur l’abandon par l’Etat des 1.500 personnes placées sous leur protection

En grève depuis ce vendredi, les salariés de l’association la Croix Marine ont témoigné des situations parfois dramatiques de personnes dont ils sont les mandataires et qui se retrouvent désormais privées d’accès à leurs ressources financières. Pour l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, les services de l’État ont failli à leur mission de contrôle, conduisant à la mort annoncée de l’association.

Le syndicat UR974 manifeste contre le licenciement d’un ex-salarié de Nicollin

Licencié en mai 2023, l’ancien responsable de la section syndicale UR974 de l’entreprise Nicollin Réunion a contesté cette procédure devant le tribunal administratif ainsi qu’aux prud’hommes. Ce vendredi matin, l’UR974 est venu manifester bruyamment son désaccord devant les grilles de la société d’enlèvement d’ordures à Sainte-Marie, estimant qu’il s’agissait d’une atteinte délibérée au droit syndical.