MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Zot la honte koz fransé ou koué ?


Par Jules Bénard - Publié le Dimanche 18 Janvier 2015 à 09:03 | Lu 865 fois

Zot la honte koz fransé ou koué ?
Je rencontrai récemment mon vieux pote Idriss Issa, une des meilleures "plumes" ayant fait les beaux jours du Quotidien, où nous avons effectué ensemble nos premiers pas en journalisme en 1976. Nous avons devisé longtemps sur le bord du trottoir, constatant entre autres que notre population réunionnaise semblait avoir honte de parler français. Avec mille exemples à l’appui. Cette constatation n’a fait que se conforter hier.

Ce samedi, nos chaînes de télévision ont présenté d’émouvants reportages sur les orphelins et d’autres milliers de gosses haïtiens abandonnés par leurs parents depuis le terrible drame d’il y a peu.

Interrogés au sein même de leurs orphelinats, ces jeunes de 5 à 15 ans ont répondu aux reporters dans un très bon français. Pourtant, cette république antillaise n’est plus française depuis 1804. (P.S. : Pour la petite histoire, le 2è Président de la république d’Haïti s’appelait… Jean-Pierre Boyer. Attende pas li lé mort po dire à li !)

Les Haïtiens ont pourtant leur langue, le créole haïtien. Autres exemples : les Guyanais, Guadeloupéens et Antillais, qui ne sont pas peu fiers de leur créole à eux, le sont tout autant de s’exprimer en un excellent français devant micros et caméras. Il en va de même en Nouvelle-Calédonie, à Tahiti.

Dans l’océan Indien, Rodriguais, Mauriciens, Seychellois et Malgaches n’agissent pas autrement. Interrogés en français, ils ont la courtoisie (et la fierté) de répondre de même, et de fort belle manière. Même les Vietnamiens, Laotiens et Cambodgiens les plus âgés se font un devoir de répondre en français à nos journalistes.

Pourquoi faut-il alors que La Réunion, département français, s’inscrive en faux ? Comme si les Réunionnais en avaient honte…
Depuis que des "ultras" Créoles ont mis cette pratique en usage, beaucoup se font un devoir de faire comme s’ils ne parlaient pas le français. Mais c’est une question de génération ; nos Vieux se font un plaisir de répondre en français. Quant aux jeunes… ils répondent comme ils peuvent, hélas.

Et qu’on ne me dise surtout pas (oui, on me l’a déjà jeté à la figure) que je suis anti créole ! De la trentaine de livres que j’ai écrits, seul le deuxième, "Une fois de trop", n’a pas La Réunion pour décor.

Voici 15 ans, j’ai même écrit un Petit glossaire créole publié par Azalées et récemment réédité. Précisément parce que je constatais que non seulement nos jeunes ne savent plus parler français mais, en plus… i gaingn pu koz kréol in merde ! Ils naviguent dans l’existence avec 200, 300 mots à tout casser et massacrent allègrement le peu de langage qu’ils manipulent.

Je dis et répète qu’on ne dit pas "mi lé là" mais "moin lé là". Il y a un vocabulaire, une grammaire et une syntaxe créoles qu’on ne peut démolir sous peine, alors là vraiment, de voir disparaître la langue chère à Fourcade et Jules Joron.

D’où viennent ces paradoxes, dans une île où les moyens d’enseignement existent à foison ? Laxisme des programmes ? Faible engagement des enseignants ? M’en-foutisme des élèves (et de leurs parents) ? Difficile à dire mais le constat n’en est pas moins affligeant.

Jules-Charlie Bénard




1.Posté par KLD le 18/01/2015 18:23

peut etre parce que les années "goyaves de France" ont complexé le créole, c'est une spécificité réunionnaise , sa c'est sur , et que maintenant c'est effectivement la seul ile on ne parle pas bien français et ou également le créole parlé est pauvre et a perdu de sa richesse d'antant . Merci les "années "goyaves de France " !!!!!!!!

2.Posté par la mère guepe le 18/01/2015 18:52

0n ne dit pas non plus " mi lé Charlie" en créole réunionnais ...

3.Posté par Laïcien le 18/01/2015 20:32

Mr l'article ,, à l'heure actuel na in pé plis de 100 000 milles illétrés à la REUNION ,, et en tan ke journaliste , oula oubli mèt in ti mot po CHARLIE ,, lé normal sà ,, oubien envoy in dessin ,, parce que le DESSIN c'est un language commun ,, les valeurs de la RÉPUBLIQUE ousa i
lé dans out l'article .

4.Posté par ... le 18/01/2015 21:17

Et ou meme ou la honte koz kréol koé

5.Posté par Jules Bénard le 19/01/2015 07:33

à posté 3 "Laïcien" : désolé de vous contredire mais ce mot pour Charlie, je l'ai écrit ; il s'intitule "Ami entends-tu ?... La haine de la différence".
à posté 4 : je dis précisément (vous avez peut-être lu trop vite ?) que je suis un défenseur de notre langue créole. Si ou koz créole èk moin, mi réponde à ou en kréol. Si vous me parlez en français, je vous répondes de même. Vous jugez trop vite, très cher.

6.Posté par vu de mon fauteuil le 19/01/2015 08:49

autre exemple combien de politiques meme quand ils s'expriment en français ne sont pas capables de dire la REUNION mais la renion ou les REUNIONNAIS par les reyonais il en va de meme pour les journalistes, les syndicalistes et beaucoup de mr toutlemonde ,mais comment faire la promotion de la reunion si on n'est pas capable de prononcer correctement le nom du pays dans lequel on vit

7.Posté par Laïcien le 19/01/2015 10:00

Mr l'article , chaque chose a son temps , les chiffres et des lettres va sortir bientôt ,, oula oubli ékri le nom de CHARLIE dans l'article ,, mais oula mèt dan lo komentèr ,, lé déjà bien oula ratrap à où ,,,,mais par kont en 1976 ou lété en avance ,, mais en 2015 na in bonpé L'HISTOIRE lé entrèn ratrap à zot ,, VIVE LA VÉRITÉ LA LIBERTÉ EN FRATERNITÉ .

8.Posté par la crise le 19/01/2015 10:22

à Laïcien:
Que voulez-vous dire par " l'histoire lé en trèn rattrape à zot" J'aimerais en savoir un peu plus.

9.Posté par " VIEUX CREOLE" le 19/01/2015 18:50

Monsieur Jules Bénard, votre courriel est "criant " de vérités ! ! J'ai fait le même constat que vous( au cours d'un séjour, avec mon épouse) dans les 2 Îles des Antilles : la Martinique et la Guadeloupe . C'est exact : l'Antillais lambda qu'on rencontre, dans les rues , maîtrise parfaitement le français tout en maniant avec facilité " sa langue vernaculaire" (: "le créole " )! ! Cela me rappelle les paroles qu'aurait prononcées Aimé Césaire qui avait demandé son avis à l'une de ses administrées de Fort-de France (après le vote sur les langues régionales ) .Cette Dame lui répondit qu'elle était d’accord que le créole soit reconnu comme "langue" mais ajouta -t-elle , " je souhaite qu'à l’école mes enfants apprennent ,surtout , à maîtriser le français et à bien l'écrire ,quant au" créole " ,ils l’apprennent dans la famille et dans la rue "! Le grand poète et écrivain martiniquais aurait acquiescé et déclaré être d'accord avec sa compatriote ! On oublie souvent que Césaire fut non seulement " le Chantre de la négritude "mais aussi "le Chantre de la francophonie "avec son ami le Sénégalais Senghor ! Le constat que vous faites ,que beaucoup de compatriotes font est le résultat d'une longue campagne qui a débuté dans les années 59-60 avec la revendication : "un pays" , "un État "(une nation) ,"une langue spécifique" ( qui n'aurait rien à voir avec ce qui nous est officiellement enseigné! )...C'était insidieux mais guidé par une idéologie affirmée !!! Je pourrais développer plus longuement ce que j’affirme: mais pas dans un simple courriel de quelques lignes ... Le résultat actuellement constaté ? Les jeunes ne savent ni parler français , ni parler créole"Vous avez sans doute vu aussi ce slogan : "MI lé Charlie " !!

10.Posté par la crise le 19/01/2015 21:51

Laïcien me fait penser à un autre posteur qui a l'art de lancer une phrase comme cela et qui se dérobe lorsqu'on lui demande d'expliciter. Par exemple , à propos de Sarda qui l'aurait traîné dans la boue. J'ai bien l'impression qu'il s'agit du même bonhomme.

11.Posté par Laïcien le 19/01/2015 23:16

@8 , toutes lé dèn la dernièr phrase de@7, mais
par kont concernant Sarda , Ziskakan la ékri une chanson la dsu ,, oula du entendre ça sur disc 33 ou 45 ou sur cassette davoir ,, ésèy rapèl à ou .

12.Posté par la crise le 19/01/2015 23:43

post 11:C'est bien ce que je dis: vous répétez une phrase sans trop savoir ce que cela signifie. Quand on vous demande d'expliquer , vous esquivez: vous n'avez aucune explication personnelle à fournir. D'ailleurs vous n'êtes pas le seul. (n'a un autre l'a esquivé)
Au fait j'ai visé juste:même façon de s'exprimer et de prendre la tangente.

13.Posté par Jules Bénard le 20/01/2015 06:26

à VIEUX CREOLE : bien d'accord avec vous SUR L'ESSENTIEL MAIS... dire que les jeunes apprennent suffisamment le créole à la maison me laisse grandement sur ma faim.
Dans ce cas, on peut dire aussi que les jeunes Parisiens, ou Lillois, ou Strasbourgeois, etc. n'ont pas besoin d'apprendre le français puisqu'ils le parlent à la maison.
Pourquoi alors payer des enseignants en langue française ?
Nos jeunes Réunionnais ne parlant plus que très mal notre langue si colorée, il est important de la leur enseigner sous peine qu'elle ne meure lamentablement !
Quant au sinistre "mi lé Charlie", vous avez raison : on dit "moin lé Charlie" ou, comme le suggère joliment notre amie Nathalie Legros, "a moin minm Charlie". Bien à vous.

14.Posté par la crise le 20/01/2015 23:01

té la court cachiette?
Change de pseudo encore une fois; mais inquiète pas nou artrouve. Na un boug la fait comme ça ec moin n'a quelques années, moin la piste à li; la décourage net le pauvre boug!

15.Posté par Laïcien le 21/01/2015 00:26

@10 ,nou té bozoin trouv à ou mêm là ,,,, concernant Sarda :
-Avant 1848 = reconnu crime contre l'humanité
-Entre 1848 juska 1946 : la population dans les plantations , navé poin lo droit à l'éducation NATIONAL .
-Entre 1946 DEPARTEMENT FRANÇAIS ÎLE DE LA RÉUNION JUSKA 1981 : DROIT DES VOTES BAFOUÉES ,,kom le fouet .
-Entre 1981 juska 2015 : na in pé plis 100 milles illétré à la REUNION ,, et maintenant les responsables lé au pied du mur de ce cas agravante .
-Et pour finir ,, maintenant ,, son zoli kozman trèn à nou dans la crise .

16.Posté par la crise le 21/01/2015 08:15

Té ou fait rire seulement: ou l'avait besoin trouve à moin? Moin té la , moin l'a questionne à ou; ou l'a défilé.
Tout ce temps pou réponde su Sarda? Et coça ou dit : avant 1848, crime reconnu contre l'humanité mais ou ça ou la tire ça; moin lé curieux de lire la même chose que toué!
Mais touours rien su Sarda.
C'est Sarda la trène à ou dans la boue? Explique un peu,ou fait que répéter les mêmes affirmations.
Concerant l'éducation: d'abord té dit l'Instruction Publique; dans ma jeunesse moin la retrouve des gens que l'avait connu Paul Hermann comme instituteur aux Avirons ou bien même mon grand-père que l'a enseigné un peu partout dans l'île à la même époque que le célèbre Hermann. Dire que le petit peuple l'avait point le droit à l'instruction, lé complètement faux; les gens que mi parle, l'été bien des gens de milieux très pauvres. Est-ce que ou connaît que l'avait un peu partout des écoles; allez aux archives, ou va trouve par exemple le plan d'une école en bois, l'école de Salazie classe en bas, logement de l'instituteur en haut); ce plan l'a été reproduit un peu partout; personnellement moin l'a eu le temps de voir un bâtiment comme ça ( détruit en 1972 par sécurité).
Alors, dire que le peuple n'avait pas le droit à l'instruction, c'est aller vite en besogne mon p'tit gars. Il faut chercher ailleurs les raisons pour lesquelles, les enfants fréquentaient peu l'école.
Mais, quel rapport avec Sarda? c'était ça la question. En quoi Sarda la trène à ou dans la boue?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes