Education

Zinfosblog d'Albert Ramassamy : "Le créole à l’école"

Vendredi 21 Janvier 2011 - 14:10

Albert Ramassamy nous propose cette semaine sa contribution au débat du créole à l’école.
A l’occasion de la rentrée 2003, l’Association Réunion Département Français (ARDF) rappelle la motion qu’elle a votée à l’unanimité, le 12 Juillet 2000 sur "Le créole à l’école".


Ange AMADAT
Lu 2079 fois



1.Posté par noe974 le 21/01/2011 16:29

Non , le Français à l'école

Elevez le réunionnais de son trou et laissez-le aller vers le Monde : Qu'ils parlent le Français !

2.Posté par David Asmodee le 21/01/2011 16:33

"Elevez le réunionnais de son trou et laissez-le aller vers le Monde : Qu'ils parlent le Français !"

Dans ce cas faut parler anglais et/ou chinois. Le français est comme le latin : une langue morte...

3.Posté par Armand GUNET le 21/01/2011 17:50

Monsieur le Sénateur,
Pouvez-vous obtenir du recteur une réunion de travail avec les détracteurs du kréol kwyz ?
Depuis 30 ans, les recteurs ne reçoivent que les mêmes : les kwyzeurs à qui ils prêtent une oreille particulièrement attentive.

4.Posté par noe le 21/01/2011 19:53

Il est vrai que les langues les plus parlées sont le Mandarin et l'anglais ou l'indish (orth)

Les réunionnais devraient les apprendre ou faire apprendre à leurs enfants pour qu'ils puissent aller bosser ailleurs !

Le créole c'est une langue trop indigène et inutile de par le Monde !

5.Posté par Pierre Frédéric dupuy le 21/01/2011 20:49

2.Une langue morte encore très utilisée dans les instances internationales (ONU, UE, ... ) et en Afrique, ce qui n'est pas négligeable, quand même, sans même évoquer le fait qu'il s'agit d'une des dix plus grosses économies mondiales (même si effectivement, l'anglais, l'allemand, l'arabe, l'espagnol et le chinois par exemple sont des plus certains.)

6.Posté par Tanbi le 21/01/2011 22:06

Monsieur le Sénateur,
Tant que vous y êtes pouvez-vous obtenir du recteur une réunion de travail avec les détracteurs de la langue créole ?
Depuis 30 ans, les recteurs ne reçoivent que les mêmes : les vrais kréolophones à qui ils prêtent une oreille particulièrement attentive. C'est chiant à la fin...


7.Posté par Tanbi le 21/01/2011 22:10

Post5

Le latin a fini exactement comme ça...dans la plus grande prétention...à la fin... encore utilisé par une poignée de nostalgiques coupés de la réalité...

8.Posté par 97400 le 21/01/2011 23:51

mwin mi enfout mi batt mon kreol partou mi gagne

9.Posté par Lo Diab le 22/01/2011 03:39

M. Ramassamy, mi réspèk out gramounté, mé kit a mwin di a ou dé 'ti mo.

88 an si out tèt, ou la si tèlman an profit lo tourné-viré (fonksionér in côté, politik lot koté), ou la si tèlman frékant do moun i anfou la lang kréol, mi krwa byin ou divag in pé.

Zordi, kiswa pou vant nout kozé, kiswa pou rabès nout lékri, out kozman lé tort. A-la kosa mi réponn a ou.

- Tout langaz néna son zoli, nout kréol lé pa méyér in 'ot pou di sa k li vé di.

- Nout kréol néna son bann règ, son gramér, son konzigézon... Si ou lavé ansérv a li dann out bann diskour politik, ou noré koni !

- Si pou ou, nout langaz lé zis bon pou marsé forin avèk folklor pou touris, pou mwin li lé dos osi dan la bous in fonnkézér, in maloyér, in kréolér.

- Mwin la apran fransé lékol, zordi mi amont fransé mon bann zélèv, mé mon mounté, mon dédan, mon trip lé kréol. Mi kitar pa pérson' anplas a li.

Mé sakinn son bon, M. Ramassamy, in pé, lo san i pérd, in pé, lo san i koz !




M. Ramassamy, le respect que je dois à votre grand âge ne saurait me priver de vous contredire.

A 88 ans, vous avez tellement profité du système (fonctionnaire et politique), vous avez tellement fréquenté de gens qui n'avaient que faire de la langue créole, que vous finissez par vous égarer.

Aujourd'hui, que ce soit pour vanter notre langue ou pour récuser ses graphies, vos propos sont infondés. Voici mes réponses.

- Toutes les langues ont leurs richesses et notre créole n'est pas supérieur dans son expression.

- Notre créole a ses règles, sa grammaire, sa conjugaison... Si vous l'aviez utilisé dans vos discours politiques, vous l'auriez su !

- Si pour vous, la place du créole est au marché forain et dans le folklore pour touristes, pour moi, il a aussi toute sa place dans la bouche d'un poète, d'un maloyér, d'un kréolér.

- J'ai appris le français à l'école, aujourd'hui je l'apprends moi-même à mes élèves, mais ma personnalité, mon for intérieur, mes tripes sont créoles. Et je ne laisserai personne les remplacer.

Mais à chacun son choix, M. Ramassamy, certains oublient leurs racines, d'autres les conservent !

10.Posté par Kat le 24/01/2011 18:28

Elevez le réunionnais de son trou et laissez-le aller vers le Monde : Qu'ils parlent le Français !

Le français est comme le latin, c'est une langue qui change qui évolue, qui se triture dans le temps.

C'est une langue qui, comme toutes les langues d'aujourd'hui, tend à disparaitre ou plutôt à renaitre à travers d'autres langues.

Les créoles et je dis bien les créoles en sont une option. Le créole existe aux États Unis ( Louisiane) , dans la caraïbe (Guadeloupe, Martinique, Haïti, St Vincent, La Dominique, La Jamaïque, la Barbade etc......), dans l'océan Indien (Réunion, Maurice, Rodrigue), en Amérique du Sud (Guyane).

Le créole est issue de l'une des pages les plus sombres de l'humanité, l'esclavage et la colonisation. Le créole est parlé par une population métissée, d'origine noire africaine, européenne, amérindienne. En Guadeloupe, elle est parlée par des personnes d'origine syrienne à la Réunion par des Pakistanais, des chinois cantonnais, des indiens.
Elle est finalement le socle commun d'une population déracinée.

Je suis de la Réunion, en ce moment je suis en vacances en Guadeloupe. J'ai fait la Dominique, Montserrat, Marie Galante et la Désirade. Ils parlent tous un créole différent du mien mais nous nous comprenons .

Ce qui m'a le plus marqué c'est qu'en Guadeloupe, comme à Maurice, comme aux Seychelles, le créole n'est pas considéré comme un danger pour l'éducation et l'instruction de la population locale. Les hommes politiques, à la poste, à la télé, les personnes s'expriment aussi bien en français, en anglais et en créole sans complexe.
A Maurice, les chaines de télévision sont en français, anglais, créole, hindi.......

J'ai visité Pointe à Pitre en Guadeloupe, le panneau à l'entrée de la ville est bilingue, en français et en créole et cela ne choque personne. Dans les écoles, il y a des panneaux en créole qui accueillent les parents ( c'est pas une blague).

Je suis d'accord avec Tanbi, de plus ce débat existe uniquement à la Réunion.

Pourquoi ?

Je pense que la vraie question est là. Pourquoi dénigrer notre créole, le considérer comme un moyen de "sous expression", le mettre en concurrence avec le français ? je ne comprends pas.

Les réunionnais devraient les apprendre ou faire apprendre à leurs enfants pour qu'ils puissent aller bosser ailleurs !

Cette phrase me choque particulièrement, surtout par rapport au contexte historique. Quand je pense aux populations africaine, malgache, indienne que l'on fait venir à la Réunion pour travailler, le plus souvent dans des conditions ignobles. J'ai l'impression que certaines personnes regardent
toujours le monde sous l'angle colonialiste et impérialiste au sens strict du terme.

Le créole c'est une langue trop indigène et inutile de par le Monde !

Ces propos sont .......flippant !!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >