MENU ZINFOS
Politique

Yves Jego: 'La remise en cause des bonifications de retraites n'est plus à l'ordre du jour'


L'annonce de la réforme de l'ITR était relativement bien passée et les manifestations de protestation organisées par les syndicats avaient été des échecs. Et voilà qu'apparait un projet de loi remettant en cause un système très avantageux de bonification des retraites pour les fonctionnaires exerçant outre-mer.
Yves Jego a senti le danger et a compris que ce nouveau cheval de bataille risquait de permettre aux syndicats de se remobiliser. Marche arrière toute. Dans une interview réalisée ce mardi, le Secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer nous déclare: "La remise en cause des bonifications des retraites n'est plus à l'ordre du jour. Il n'est plus question de toucher aux droits acquis".

Par - Publié le Mardi 14 Octobre 2008 à 23:00 | Lu 2784 fois

Yves Jego: 'La remise en cause des bonifications de retraites n'est plus à l'ordre du jour'
Les syndicats ne pouvaient espérer meilleure aubaine. Alors qu'il avaient énormément de mal à mobiliser plus de quelques centaines de manifestants à chacune de leurs manifestations contre la réforme de l'ITR (Indemnité Temporaire de Retraite), voilà que le gouvernement leur offre sur un plateau une nouvelle revendication susceptible cette fois de mobiliser l'ensemble des troupes de la fonction publique.
Ce sont des syndicalistes particulièrement vigilants qui ont découvert le pot aux roses. Au détour d'un banal article d'un projet de loi portant sur le financement de la Sécurité sociale, ils ont découvert que le gouvernement envisageait de remettre en cause la bonification d'un an de retraite pour trois ans travaillés à la Réunion pour les fonctionnaires civils, et de un an de retraite pour un an de présence outre-mer pour les militaires. En remplaçant le système actuel par un an de bonification tous les dix ans.
Branle-bas de combat chez les syndicats, ravis d'avoir mis la main sur une réforme mobilisatrice, susceptible de toucher un maximum de fonctionnaires, et donc de les inciter à descendre dans la rue.
Du côté du gouvernement aussi, on n'est pas resté les bras croisés. Surpris dans un premier temps par une proposition qui ne venait pas de son ministère, Yves Jego découvre le problème au moment de son départ pour les iles Marquise. Dans un premier temps, il réagit en annonçant que la réforme ne touchera pas les fonctionnaires déjà en fonction, histoire de calmer le jeu, le temps de trouver la parade. D'autant plus difficile qu'il est à des milliers de kilomètres de Paris.
Mais, une fois rentré et les arbitrages effectués, il n'est pas peu fier d'annoncer ce soir, à la veille de la manifestation de toute la fonction publique, qu'il "n'est plus question de toucher aux droits acquis". "On va simplement saisir le Conseil d'orientation des retraites. Il va y avoir une concertation avec tous les syndicats. On est partis pour un an de procédures. Je veux qu'on aboutisse à une réforme consensuelle".
Reste maintenant à savoir comment va être perçue cette mise au point par les fonctionnaires qui s'apprêtent à manifester mercredi. Vont-ils être incités à rester chez eux? Ou alors iront-ils malgré tout grossir le cortège des manifestants? Réponse dans quelques heures...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes