Société

Yann de Prince : "Et si on remplaçait requins par huitres ?"

Lundi 26 Juin 2017 - 16:49

Yann de Prince : "Et si on remplaçait requins par huitres ?"
Ma vision de la crise Requin de La Réunion illustrée par l'exemple :

C'est l'histoire d'un type qui mange des huîtres sur une plage de Madagascar et qui décède quelques heures après son repas.

Aucune autopsie n'est pratiquée pour s'assurer de la cause réelle du décès (souffrait-il d’intolérance ou avait-il une autre maladie, les huîtres étaient-elles fraîches, avait-il mangé autre chose ? etc...) mais cela n’empêche pas un Préfet brestois qui a eu vent de l’accident survenu à Madagascar où il n’a jamais mis les pieds, vivement encouragé en cela par des écologistes très actifs, de décider que, au motif du sacro-saint principe de précaution, il faudra désormais interdire toute commercialisation des huîtres en France.

Il promulgue donc aussitôt un arrêté en ce sens.

Dès lors, la filière économique ostréicole se meurt et, faute d'être ramassées, les huîtres se mettent à proliférer à tel point qu'elles envahissent lentement mais sûrement et progressivement le littoral Atlantique puis dégagent des toxines rendant la baignade et les activités nautiques très dangereuses pour l’homme dans les zones où elles sont les plus concentrées. Les baigneurs et les pratiquants d’activité nautiques sont invités à la prudence...

Suite à des décès inexpliqués survenus lors de baignades en mer, le successeur de notre brave Préfet est sommé par la population de régler le problème. Certains le menacent d’engager sa responsabilité. Tout un ensemble de personnes soutiennent que les baigneurs décédés ont commis des imprudences et qu’il n’existe aucun lien démontré avec la prolifération des huîtres. Selon eux, les victimes se seraient baignées trop tard le soir ou bien encore après une grande marée…, tandis que les ostréiculteurs et les habitués des activités nautiques soutiennent que ce sont des toxines dégagées par les huîtres qui prolifèrent hors de tout contrôle qui sont responsables des décès.

De vifs débats, stériles et sans fins, ont lieu. Des gens meurent à nouveau…

Sous la pression des écologistes appuyés par des scientifiques qui affirment tous en chœur que les huîtres sont dans leur milieu naturel et qu'il faut les préserver plutôt que les "détruire aveuglement" pour permettre aux têtes blondes bretonnes de se baigner, le Préfet décide d'interdire totalement la baignade en mer sur l'ensemble du littoral Atlantique sous peine de recevoir une contravention. Ce faisant, il répond à la menace qui lui était faite et pense dégager l’Etat de sa responsabilité. Des panneaux d’interdiction sont disposés partout et chaque touriste étranger qui se rend en France est averti du danger et de l’interdiction de baignade dans l’avion au moment d’atterrir.

Des scientifiques sont mandatés à grands frais par l'Etat pour conduire des études sur les raisons pour lesquelles ces satanées huîtres se seraient mises à produire des toxines de manière inexpliquée. Des sondes sont positionnées, des caméras sous-marines disposées ici et là et des résultats promis au plus tôt dans 3 ans. Des huîtres dégageant d’importantes quantités de toxines mortelles sont prélevées mais tout de même remises dans leur milieu naturel pour permettre le bon déroulement de l’étude. Il est vrai qu’une étude sérieuse, c'est long et ça se doit d’être rigoureux ; tant pis si des vies humaines sont en jeu, la rigueur scientifique et le droit à la vie des huîtres sauvages priment et justifient bien de tels sacrifices humains, d’autant qu’il ne s’agit que d’inconscients plaisanciers.

L’opinion publique est prise à partie : "Aimez-vous la nature ?" - "Etes-vous pour la destruction massive des huîtres pour le simple plaisir égoïste des baigneurs ?" leur demande-t-on. "Bien sûr que oui j’aime la nature et bien entendu je suis opposé à toute destruction massive et aveugle" répondent-ils spontanément de toute bonne foi à la question pernicieuse qui leur est posée. Il n’a bien entendu jamais été question de destruction massive mais simplement de gestion, de régulation et de protection des vies humaines.

Malheureusement, quelques passionnés enfreignent tout de même la consigne et décèdent. Ils sont montrés du doigt, traités d'irresponsables et leurs familles sont vilipendées. Un touriste tombe accidentellement de son embarcation dans la mer et décède sous l'effet des toxines. Les écologistes et les scientifiques préconisent d'étendre l'interdiction de baignade pour proscrire toute navigation plaisancière en Bretagne, ce qui est aussitôt décidé.

A aucun moment, jamais (!), aucun représentant de l'Etat n'envisage d’évaluer ou de remettre en cause la décision de départ (vous connaissez l'effet papillon ?) qui a conduit un jour un Préfet à décréter arbitrairement l'interdiction de toute commercialisation d'huître en France suite au décès d'un consommateur à Madagascar ! Jamais l’Etat n’envisage que la situation ne posait pas de problème particulier avant et qu’il serait bon d’y revenir. Les élus locaux font profil bas, la cause écologiste étant populaire, ils ne veulent surtout pas se mettre à dos cette part de leur électorat.

Pendant ce temps, d’autres pays continuent de cultiver les huîtres sans encombre et sans connaître de problème similaire à celui de la France. Les gens se baignent normalement dans la mer en Espagne, au Portugal et ailleurs.

Et la situation dure ainsi des années, s'accentuant et s'aggravant au point de devenir quasi-irrémédiable et sans qu'aucune mesure corrective ne soit prise si ce n'est la mise en place de bassins artificiels sur les côtés Atlantiques françaises pour que les gens puissent se tremper occasionnellement.

Surprise !

Un beau matin, une coquille d’huître canadienne est retrouvée sur une plage bretonne et les scientifiques en déduisent que certaines huîtres pourraient migrer sur de longues distances, si bien que le problème serait bien plus vaste et complexe qu’attendu.
Saperlipopette ! Qui l'eut cru ?

Selon eux, il va falloir leur allouer davantage de moyens et proroger les délais d’études initialement envisagés tout en maintenant les interdictions en cours.

Toute la filière économique ostréicole française est décimée, toute baignade dans l'océan Atlantique est formellement interdite en France et des gens continuent de mourir après s'être baignés.

Bien sûr, il s'agit là d'une pure fiction et connaissant nos amis bretons, nous pouvons être certains que si de telles décisions avaient été prises par un Préfet, les choses ne se seraient pas du tout passées comme cela en métropole.

Comment expliquer alors un pareil "traitement de faveur" pour La Réunion ? Je ne saurais pas vraiment le dire mais force est de constater encore une fois que La Réunion n’est pas logée à la même enseigne que la métropole.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il suffit de remplacer huîtres par requins (bouledogue ou tigre), Bretagne par La Réunion, Atlantique par Océan Indien et filière ostréicole par petits pêcheurs réunionnais dans cette folle fiction pour comprendre la gravité et mesurer l'absurdité de la succession de décisions inconséquentes prises par l'Etat français depuis des années à La Réunion avec tous les drames que cela continue d’engendrer.

Jean-Paul Virapoullé s’est exprimé publiquement hier et c’est encourageant. Je lui en suis personnellement très reconnaissant comme je tiens à saluer l'engagement sans faille de Jean-François Nativel, un réunionnais qui s'est mobilisé dès la première heure. Mais où sont les autres responsables politiques réunionnais ? Que comptent-ils faire ? Jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer ?

Malheureusement, un requin est autrement plus mobile et plus dangereux qu’une huître et la résolution du problème de la prolifération des requins à La Réunion sera désormais bien plus difficile à régler que ne le serait celui des huîtres dans mon exemple. La faute à l’immobilisme, au manque de courage et au déni de réalité de l’Etat (toutes majorités confondues) dont la population réunionnaise est victime depuis des années maintenant. Parce qu’ils y ont été invités, des requins féroces ont élu domicile sur nos côtes. Ils marquent leur territoire en tuant les humains qui s’y aventurent. Le mal est devenu très profond.

C’est un euphémisme de dire qu’il est plus qu’urgent de traiter ce problème sérieusement en le prenant à bras le corps et à la racine. Des mesures ont été faites et jamais la toxicité de la chair des requins bouledogue et tigre n’a pu être démontrée mais le principe de précaution demeure et les pêcheurs réunionnais ont toujours l’interdiction de vendre du requin tandis qu’on en mange régulièrement aux Seychelles et ailleurs.

Et s’il c’était s’agit d’un thon ? Quelqu’un peut-il sérieusement croire ou soutenir que la commercialisation de thon aurait été interdite arbitrairement de manière généralisée et définitive en France sur la base d’un seul accident survenu à Madagascar, au demeurant sans que les causes réelles n’aient été analysées ?

Bien sûr que non !!

Quelle douloureuse question que celle qui doit nous hanter tous. Combien de morts auraient pu être évitées ?

Je suis meurtri par ce nouveau drame qui frappe La Réunion et j'adresse mes pensées les plus chaleureuses et compatissantes à la famille d’Alexandre, aux autres victimes ainsi qu'à toutes les familles et aux amis des personnes victimes d'attaques de requins et j'implore les autorités françaises pour qu'elles daignent enfin affronter les véritables problèmes avec honnêteté et en apportant enfin la preuve qu’elles sont désormais prêtes à assumer loyalement leurs responsabilités.
Pierrot Dupuy
Lu 2091 fois



1.Posté par klod le 26/06/2017 17:33

et le pov bougue insiste .................... mégalo ?????????????????? reste out kase , occupe out jardin , au lieu de bassine do moune ek la couillonisme.

2.Posté par kersauson de (P.) le 26/06/2017 17:46

faut l interner ce gugusse !!!

deja en affaires il vaut rien !!

3.Posté par Ti créol le 26/06/2017 17:48

Ou sont les preuves qu'il prétend.
Il essaye de noyer le poisson avec ses huitres

4.Posté par Choupette le 26/06/2017 17:59

Pas con.

Et si on remplaçait huîtres par moules ... ? Hein ?

Avant, on allait ramasser des moules sur les rochers du cap La Houssaye. Petites mais quel goût ! Rien à voir avec les moules de Zélande cultivées en eau glaciale.

Des parcs à moules et à huîtres ! Que toutes les classes de la population puissent en déguster.

5.Posté par JORI le 26/06/2017 18:12

Il y a plus de mort par piqûres d'insectes, de la grippe, causés par des crocodiles, sur nos routes etc, que fait on P.Dupuy?.

6.Posté par JORI le 26/06/2017 18:16

Au prochain décès par requin en Australie, en Afrique du sud ou Hawaï, voire ailleurs dans le monde, on vous enverra exposer votre raisonnement aux dirigeants de ces pays, puisque vous êtes devenu un spécialiste es requins!!.

7.Posté par Neptune le 26/06/2017 18:41

Malheureusement, les prochaines élections, ou ils seront sans doute sévèrement sanctionnés par les électeurs n'ayant lieu que dans deux ans, il n'y a pas grand chose à attendre de nos fiers zélu-e-s réunionnais qui sont fermement accrochés à leurs fauteuils et leurs privilèges, comme vos huitres sur les rochers !!!

A moins que ....

8.Posté par thierrymassicot le 26/06/2017 18:48

Pour le coup YDP n'a vraiment plus rien à faire! Il s'ennuie, mais alors il s'ennuie!!!! Pourrait-t-on pas lui trouver un petit casting pour un télé réalité qui recycle les anciennes gloires locales? Je sais pas moi une "Ferme célébrités pey"?

9.Posté par GIRONDIN le 26/06/2017 18:53

Alors on fait dans les fonds de tiroir ?

http://www.zinfos974.com/Et-si-l-on-remplacait-requins-bouledogues-par-huitres_a111358.html
Yann de Prince
Jeudi 23 Février 2017 - 06:25
Yann de Prince
Lu 994 fois

10.Posté par Intelligent le 26/06/2017 19:08

C'est un peu long à lire comme texte mais ce qu'il dit est très intelligent. Je ne comprends pas pourquoi l'état est enfoutant avec les réunionnais et il fait des choses ici qu'il ferait pas en Bretagne

11.Posté par Yes ! le 26/06/2017 19:09 (depuis mobile)

Excellent. Perso les requins ne me manqueront pas et nous pourrons enfin tous retrouver le plaisir de la baignade en famille après tant d''années perdues et un tourisme en berne du fait de la totale inaction de nombreux élus...

12.Posté par Couillonisse le 26/06/2017 19:56

Les spécistes radotent toujours ... ils essaient de faire du neuf avec du vieux ! Au fait on attend toujours les preuves irréfutables qui devaient faire trembler la planète Réunion :) ça prend du temps de les imaginer et les mettre en musique sans passer pour un gros manipulateur ... rappelons que ce monsieur est habitué aux condamnations pénales pour diffamation ... il ne pouvait que défendre des irresponsables ...

13.Posté par Ti créol le 26/06/2017 20:00

ils sont marrant ces gens qui croient détenir la vérité.

14.Posté par li le 26/06/2017 20:02

Mè docter zinfo nou la déjà eu droit à cette histwar de zuit.
A koz zot i ressorte à nou son délire autour des zuit.?ce ki par ailleurs met en évidence son papille kiltirel.
Nou si té falé remplacé rekin par in ot afèr, sé surmen pa zuit ke nou koseré.

Mè partaz nou lé.
Minm si lé pli zuit ke kokil
Sof komen fo nu aide à lu pou son relassmen.

15.Posté par Titi or not Titi le 26/06/2017 21:35

Un Jour Un Type M'A Dit : 😄😄

Et Si On Parlait Du Câble Edf + Câble Fibre Optique
En Mer Sur L'Ouest ? 😜

Edf À Récemment Remplacé Ce Câble En Passant
Par les Hauts De 3Bassins, Le Plate ...😜
Par Contre, Le Câble Fibre Optique ( Alim + Répéteurs ...) ??😜

En Conclusion : 😜
Pour Une Huitre : La Meilleur Défense, C'Est L'Attaque ! 😄😄

ANouLa©®

16.Posté par Ikki le 27/06/2017 00:11 (depuis mobile)

Et pendant que vous parlez on ne peut même plus se baigner dans le lagon. Les gars désolé il faut niker le requin au moins proche des côtes. Si le requin veut nous manger faut le langueter pas de pitié.

17.Posté par pfffffffffffffff le 27/06/2017 08:48

entre le VIRA qui devint sénile et celui là qui manifestement à un sérieux problème ben on est mal barré, ne peuvent t'ils pas s'occuper des choses pour lesquelles ils ont les compétences si par hasard ils en ont dans un domaine quelconque ce que j'en doute.....! et zinfos arrêtez de nous bassiner avec vos articles sur les requins et autres défenseurs de la cause des surfeurs!

18.Posté par vipére le 27/06/2017 09:46

à la lecture de cette prose (je ne suis pas allé jusqu'au bout) je comprends mieux les difficultés de connexion qui étaient les miennes lorsque ce monsieur étaient à la tête du FAI où j'étais client

19.Posté par maître Capello le 27/06/2017 09:47

Et s’il c’était s’agit d’un thon ?

Bravo pour cette forme de conjugaison très novatrice. Le texte avait déjà été publié en février, il aurait pu être corrigé pour l'occasion non?
Quelle connerie au passage ces histoires d'huîtres ! La pêche au requin est pratiquée depuis plusieurs années avec le système de drum-line, quels bienfaits pour les surfeurs baigneurs depuis sa mise en place ?
Il faut intensifier, éradiquer si j'ai bien compris puisque l'espèce pullule ? Pas assez intensive la pêche ???
Savez-vous que dans des centaines d'endroits dans le monde, si une telle pêche était pratiquée, ce ne serait pas quelques dizaines de requins qui seraient pêchés, mais des milliers. En Nouvelle Calédonie, à Mayotte, à Madagascar, mettez quelques Drum-lines comme les nôtres, vous comprendrez ce qu'est un endroit qui pullule de requins. A aucun moment vous ne vous posez la question de savoir pourquoi ces requins s'attaquent à des humains plutôt qu'à des poissons ? Vous parlez de la pêche, vous ne faites donc aucun lien entre la surpêche et ces attaques ? Vous ne comprenez pas que c'est parce qu'il y a surpêche que ces requins s'attaquent aux humains ?
En aucun cas ils pullulent, les usagers de la mer qui vont dans l'eau, pêchent, regardent ce qui s'y trouve vous le diront : il y a une raréfaction de tout le biotope marin, requins y compris. Alors la solution c'est quoi ? Finir le travail de destruction massive entrepris en rouvrant la réserve ? Misère !!! Pitoyable !!!

20.Posté par Kayam le 27/06/2017 10:35

Yann de Prince y di
Pierrot Dupuis y signe
? L'artik lé de ki o final ? Et Alexandre na poin in ti bout'tan li lé mor ?

La re-apui si bouton replay alors ?

21.Posté par NonoLeRobot le 27/06/2017 11:16

Oh, pauvre petit bébé... J'ai presque envie de pleurer en le lisant, je suis tellement tellement tellement triste pour lui, on le prive de son joujou. Saperlipopette, pourquoi on est si méchant ? La vie est si injuste avec le petit Yannou.
Idée lumineuse : et si on se cotisait tous pour lui acheter un cerveau ?

22.Posté par Nivet Alain le 27/06/2017 15:07

Cet article est bon, le parallèle avec les huitres osé mais réaliste. Comme je l'écrivais à Yann de Prince, sans prendre position : à l'heure où l'on met les moyen financiers pour défendre l'écosystème dans l'environnement de la NRL, on est capable d'avoir un engagement politique ferme avec les moyens d'étude conséquents.

A.N

23.Posté par Silence radio sur la ciguatera? Il y a quelqu'un dans la cabine de pilotage préfectoral? Houston, on a un problème.... le 27/06/2017 22:58

J'approuve globalement le point de vue de YDP, bien qu'il soit difficile dans l'absolu de dire quelle est la cause précise. Mais faute de mieux, et vu les données du problème, on peut supposer que la cause première et principale semble provenir de l'arrêt officiel de la commercialisation et donc l'arrêt de la pêche des requins par arrêté préfectoral de 1999. Même si d'autres facteurs aggravants existent. D'ailleurs, dès 2015, la préfecture a autorisé la pose des palangres et la reprise de la pêche "subventionnée"...

Un article de Réunion 1ère du 14 mai 2013 confirmait déjà ce point de vue de YDP par beaucoup de monde avant lui: http://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/2013/05/14/ile-de-la-reunion-la-prefecture-relance-la-peche-des-requins-35051.html://

L'arrêt de la commercialisation et donc de la pêche a en tous cas certainement permis depuis10 à 15 ans aux bouledogues et tigres de proliférer, tranquillement, sans être inquiétés, au bord de nos côtes. Qu'on s'étonne de les voir partout, et même dans le lagon, à présent....

Ceci étant, se pose à nouveau (et en face: l'Etat, la préfecture, c'est plutôt le silence...) la question des raisons de cette interdiction et du problème ciguatera. Où en est-on? Apparemment nulle part !

Article d'Imazpress du 14/04/2015, citant le directeur de l'ARVAM:

http://www.ipreunion.com/requins/reportage/2015/04/17/la-commercialisation-des-tigres-et-bouledogues-reste-interdite-a-la-reunion-ciguatera-la-maladie-qui-empoisonne-la-crise-requin,30303.html://

""Oui, il y a un risque, mais le niveau d’évaluation n’est pas clair et la dénomination ciguatera englobe beaucoup de choses", explique le biologiste. "C’est un sujet qui empoisonne la réflexion depuis 1993 mais qui n’a peut-être pas été traité comme il aurait dû l’être. Sur la période 2004-2012, il n’y a plus eu d’intérêt sur le sujet, il n’y a pas eu d’études du tout. Et aujourd’hui, la seule certitude, c’est qu’on ne sait pas grand-chose...", déplore-t-il."b

Pire, les essais semblent finalement peu probants voire négatifs, quant au risque ciguatérique: extrait d'un avis de AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

[https://sauvegardedesrequins.wordpress.com/2014/09/17/etat-des-connaissances-relatives-a-la-contamination-des-requins-notamment-tigre-et-bouledogue-par-des-ciguatoxines/
://

"Concernant les requins tigre et bouledogue prélevés à La Réunion en 2012 et 2013
Les résultats d’analyses de 24 échantillons de chair de requins pour la recherche de ciguatoxines par bio-essai sur souris ont été transmis à l’Anses dans le cadre de la saisine par la DGAl. Tous ont produit un résultat négatif. Toutefois, ce test n’est pas suffisamment sensible pour détecter des concentrations de ciguatoxines considérées sans risque pour l’Homme.

Considérant les recommandations précédentes sur les méthodes analytiques, le CES ERCA estime que la seule analyse par bio-essai sur souris ne permet pas de produire des résultats suffisants pour conclure à la salubrité des 24 spécimens de requins quant à la présence de ciguatoxines.

L’Anses a donc engagé une convention de recherche et de développement (CRD) avec l’Arvam (Agence pour la recherche et la valorisation marines, La Réunion), en collaboration avec l’IRTA (Instituto de Investigación y Tecnología Agroalimentaria, Espagne) afin que ces échantillons soient analysés par test de cytotoxicité sur cellules Neuro-2a. Le rapport final a été transmis à l’Anses le 21 juillet 2014.

Les résultats n’ont pas montré la présence de toxines de type ciguatoxines au-delà de la limite de détection de 0,04 µg eq P-CTX-1 kg-1 de chair. Il convient de noter que cette limite de détection est supérieure à la concentration considérée sans risque pour l’Homme de 0,01 µg eq. P-CTX-1 kg-1de chair de poisson.
"

Ne parlons pas de l'arrêté préfectoral pris en 2015 à Mayotte d'interdiction de commercialisation pour les mêmes raisons (voir article du blog de zinfos974:

http://www.zinfos974.com/Un-courrier-officiel-de-l-Etat-dit-qu-aucun-argument-sanitaire-ne-justifie-l-interdiction-de-consommation-de-requin_a85891.htm

"Daniel Laborde est directeur de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt à Mayotte. Dans un courrier sur papier à en-tête de son service adressé le 29 avril dernier à l'administrateur des Affaires maritimes Nicolas de Roland, il donne officiellement son avis concernant le récent arrêté préfectoral interdisant la commercialisation de viande de requin à Mayotte, sous prétexte du principe de précaution, histoire de se protéger de la ciguaetera."

Pourquoi alors l'interdiction de commercialisation des requins tigres et bouledogues n'est pas levée à la Réunion ?

Voilà LA question qui pose problème. Sachant que même si la pêche artisanale reprend, il faudra quelques mois ou années avant que la présence des bouledogues et tigres redevienne rare, comme avant 2000...

Désolé d'avoir été un peu long, mais j'espère que, vu le sujet, mon commentaire passera.
.

24.Posté par Igardpaou le 28/06/2017 22:48

Ce mec a plus de couilles que tous les commentateurs en pantoufles de cet article. Il fait front et prend le problème (d'intérêt public) à bras le corps. Je soutiens et le remercie pour sa démarche.

25.Posté par surfeurs pei rigolos nombrilistes le 01/07/2017 09:42

Merci de défendre les "exploitants de la mer"! Sympa votre manif hier avec 5 collégiens et leurs parents à St-Paul. Si je ne bossais pas je serai bien venu me balader aussi. Ou plutôt si j'étais payé par des fonds publics, je serai bien venu au soleil.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 16:24 Civis : Le premier village solaire lancé à Cilaos