MENU ZINFOS
Patrimoine

Wetzell, méthode scientifique et rigueur mathématique


Joseph Martial Wetzell, Polytechnicien ingénieur français, célèbre à La Réunion pour ses recherches, méthodes et machines axées sur le développement de l'industrie du sucre. Le nom de l’inventeur de la chaudière à basse température et à rotateur, est marqué à jamais dans le milieu de l’industrie sucrière.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 27 Juin 2009 à 08:01 | Lu 1922 fois

Vestiges - Usine du Baril
Vestiges - Usine du Baril
Alors que l’île Bourbon se met à la culture et à l’exploitation intensive de la canne à sucre (1783-1848), Joseph Martial Wetzell  nait à Arras le 27 octobre 1793. Il grandit à Paris où il est inscrit au lycée en 1808-1809. Reçu à l’école Polytechnique en 1812, il suit des cours de mathématiques, de physique, de chimie et de dessin industriel. Diplôme en poche, Wetzell débarque à Bourbon le 3 avril 1815 où il exerce les fonctions de professeur d'hydrographie et de mathématiques au Lycée de Saint-Denis.  Malade, Wetzell rentre en métropole en 1819.  Pour compléter sa formation scientifique, il visite près de 14 raffineries et fabriques, s’intéresse aux machines à sucre et aux presses à levier et prend des notes précises.

Usine Desbassayns -St-Gilles les hauts
Usine Desbassayns -St-Gilles les hauts
En 1828, Joseph Martial Wetzel décide de revenir à Bourbon où les moulins à vapeur sont en augmentation (en 1822, ils concernent 12 % des moulins ; en 1836, 65 %, en 1842, 72 % des moteurs et en 1847, 78 %). Wetzell demande  une mission officielle au ministère de la Marine et des Colonies. Demande accordée.  Il revient sur l'île le 11 janvier 1830. L’essor de la culture et de l’exploitation de la canne à sucre ont été secouées par des évènements comme le cyclone de 1829, la crise de 1830 et encore l’interdiction de la traite des esclaves en 1831. Plusieurs usines ferment ou changent de propriétaire. Chacun sait qu’une réforme des techniques de fabrications est nécessaire.  L’administration coloniale ne recrute pas l'ingénieur qui lance alors une souscription pour ses travaux. La famille Desbassayns, Bellier et Rontaunay répondent favorablement, il se met donc à la disposition de ses souscripteurs. Les résultats positifs d’extraction de sucre et de mélasse des campagnes sucrières suivantes encouragent les autorités coloniales à lui proposer un accord.

canal d'alimentation en eau - Usine Eperon
canal d'alimentation en eau - Usine Eperon
En février 1831, Wetzell est attaché au Conseil Général en qualité d'ingénieur chimiste. Mais ses travaux ne sont pas suffisamment financés et il n’est pas rémunéré. A partir de 1834, à Saint-Gilles les Hauts, dans la sucrerie de Mme Desbassayns,  en qualité d’ingénieur libéral, il  met en marche un appareil à 4 chaudières pour cuire le sucre à basse température au moyen de la vapeur du vesou,  une amélioration à la fabrication du sucre tant en gain de temps que  de main-d’œuvre.  Le sucre de Bourbon va devenir le meilleur sucre colonial français. Dans les travaux de Wetzell, on perçoit son approche globale et moderne de la question du sucre.

Machine Wetzell
Machine Wetzell
En 1839, il est nommé par le gouverneur, membre du Comité d’Agriculture. Le 7 septembre, l’ingénieur assidu au travail, pose un brevet pour ces machines inventées après 1836, nommées "basses-températures, rotateurs, rotateurs-évaporateurs, chaudières Wetzell ou  Wetzell" ou machine de fabrication à filtre ou encore nouveau système de purgerie. Il a aussi adapté des nouveaux procédés de presse et rentabilisé  celui de la cuite du sirop.
Techniquement, la méthode de Wetzell est d’assécher le vesou en le chauffant, puis le faire cristalliser en évitant de trop chauffer, éviter de caraméliser le sucre et de manquer la cuite. D’après J-F Géraud, docteur en histoire, à l'Université de La Réunion : "Comment évaporer sans trop chauffer ? Wetzell propose  à cuire le vesou épuré dans une chaudière à basse température. La chaudière de Wetzell associe deux éléments essentiels : un bac demi-cylindrique de cuivre, peu profond, qui reçoit le vesou, maintenu en principe à la température de 63° ; au-dessus, et dans l’axe longitudinal de la chaudière, un tambour cylindrique garni de baguettes, est animé d’un lent mouvement de rotation ; le tambour plonge légèrement dans le sirop, et par cette agitation favorise l’évaporation alors que la partie du liquide qui est entraînée retombe en gouttelettes refroidies qui empêchent la température de s’élever au-dessus de 60/63°. On peut ainsi achever l’évaporation sans trop chauffer". Il s’agit d’un procédé solide, efficace, adapté aux conditions climatiques tropicales et moins cher que les machines importées. Le succès est  immédiat, l'île est  à la pointe de la technologie sucrière mondiale.  De plus, ces machines à vapeur peuvent être conduites sur place par des esclaves qui assurent aussi bien la manœuvre que la maintenance. Par ailleurs, à partir de 1837, ils savent aussi réparer et fabriquer les rotateurs de Wetzell dans des ateliers locaux.

Huile sur toile - S.T.
Huile sur toile - S.T.
Les travaux de Joseph Wetzell, par une approche scientifique et mathématique, révolutionnent l'industrie sucrière à La Réunion. Il modernise et améliore les usines, conseille avantageusement les usiniers, assure la formation les utilisateurs des nouvelles machines. Ses avancées permettent de produire un sucre de qualité en  réduisant la main-d’œuvre et  le coût de fabrication. En 1841, la direction de l’Intérieur, sentant l’abolition proche, lui commande une enquête et une liste d’usines pour un regroupement des productions. Wetzell rejette tout choix fait précédemment par les mairies qui ne privilégient pas les critères de progrès techniques. De même, l’ingénieur voulant garder le contrôle de la modernisation des sucreries, refuse tout regroupement. Il écrivait : "La nature des choses et les circonstances fera seule les sucreries modèles, indépendamment de toute volonté ou désignations particulières". La crise des années 1860 rendra la concentration des moyens inévitable.
 

Nommé  à la Chambre Consultative d’Agriculture en 1852, puis en 1854, à la présidence de la Commission des Sucres à la Chambre d’Agriculture, il est chargé par Charles Desbassayns,  président de la Chambre, d’une enquête sur les procédés de fabrication de sucre par usiniers. 21 établissements utilisent  la cuite à basse température. En 1858, le système Wetzell est employé par 84 % des sucriers. Ces appareils fonctionnent jusqu’au début du XXe siècle à Mayotte, à Maurice ou aux Seychelles.  
Le 10 décembre 1855, Wetzell a 60 ans, il se marie à Marie Henriette Louise Enault âgée de quatorze ans  pour qui son père a demandé une dispense d’âge.
Joseph Martial Wetzell décède deux ans plus tard, le 6 décembre 1857 à Saint-Denis de La Réunion.

Sources : - Jean-François Géraud , Wetzell : une révolution sucrière oubliée à la Réunion, Revue historique des Mascareignes n° 1 p,113-156 AHOI/ Archives départementales de la Réunion 1998 .
- Sudel   FUMA , Une colonie île à sucre-économie de La Réunion au XIXème siècle, La Réunion, Océan éditions,1989.




1.Posté par Charpentier Dominiuqe le 28/06/2009 20:56

Article très intéressant que nous aimerions bien partager avec les lecteurs de notre revue 'Le Monde des Moulins' si vous le voulez bien.
Les colonnes de cette revue vous sont ouvertes.
Merci et Bravo

Madame Dominique CHARPENTIER
secrétariat
Fédération Des Moulins de France
14, l'Escale
33580 Monségur
09 63 27 96 90

(Réponse de Pierrot Dupuy : Je ne vois aucun inconvénient à ce que vous reproduisiez l'article, en citant la source bien entendu...)
06 21 68 41 07
www.fdmf.fr

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes