Faits-divers

Week-end du 31: 100 conduites sous l'effet de l'alcool relevées par les gendarmes

Lundi 2 Janvier 2017 - 10:24

Sans surprise, les gendarmes étaient présents sur nos routes pour ce week-end du 31 décembre. Les compagnies de Saint-Benoît, Saint-Paul et Saint-Pierre ont effectué plusieurs contrôles avec le soutien de l’Escadron départemental de sécurité routière.
 
En deux jours, les militaires ont été appelés à intervenir sur 31 accidents de la circulation, "la plupart matériels heureusement, mais dont de nombreux conducteurs étaient sous l'empire de l'alcool, précisent-ils, les conséquences auraient pu être bien plus graves".
 
Les gendarmes ont relevé 100 conduites sous l'empire d'un état alcoolique, dont 
49 délictuelles (taux supérieur à 0,80 g/l d'alcool dans le sang), taux allant jusqu'à 2,14 g/l d'alcool dans le sang, entraînant une rétention immédiate du permis de conduire pour les conducteurs et l'immobilisation du véhicule.

Les militaires ajoutent également que sur 51 alcoolémies contraventionnelles, 8 infractions étaient spécifiques aux jeunes conducteurs avec des taux d'alcoolémie situés entre à 0,20g/L et 0,79 g d'alcool pur par litre de sang. Ils ont donc perdu la totalité de leurs points, ainsi que leur permis de conduire.
Lu 6803 fois



1.Posté par La vérité vraie... le 02/01/2017 11:12

Du très bon travail !
Félicitations !

2.Posté par tete pioche le 02/01/2017 13:13

C lest J A C K , c est le S P O T


3.Posté par :-)) le 02/01/2017 16:22 (depuis mobile)

Parfait !! Très très bien !!! Bien fait pour votre G....

4.Posté par GRV le 03/01/2017 02:35

100 seulement. ..
chez mon voisin n'avez au moins 50.
Toute la rentre zot case saouls en loche personne la perde lo point orozment la pas tué personne.

5.Posté par Sully M. le 03/01/2017 22:04

Je me demande si les mesures prises par le législateur en matière de sécurité routière ont un réel impact sur le comportement de certains conducteurs. Autrement dit, n'avons-nous pas le sentiment que toutes les infractions sont traitées de la même manière ! En effet, on ne peut plus faire le moindre entrechat en matière de sécurité routière sans subir une sanction lourde. En revanche, s'agissant des faits plus graves, on peut se demander si l'on va assez loin dans la sanction car, de nos jours, les comportements dangereux sont devenus monnaie courante, et donc criminels. La palme revient à l'intoxication alcoolique, mais pas seulement, car la toxicomanie est un phénomène de plus en plus rencontré sur nos routes. Ces deux comportements, associés ou non, conduisent inévitablement à l'homicide... involontaire nous dit-on... ! Eh oui, ils ne savaient pas qu'ils allaient trop consommer... c'est la meilleure !

À mon avis, tout l'arsenal juridique devrait faire l'objet d'un gros lifting afin que les auteurs de ce type de faits soient traduits non plus devant le tribunal de police, mais en correctionnelle. Car on oublie trop souvent que l'on a affaire à de véritables assassins. La différenciation devrait être plus franche, en tout cas clairement établi, entre les conducteurs coupables d'infractions mineures et ceux qui, en état d'ivresse manifeste, ont ôté la vie à plusieurs personnes... ça n'est pas le cas aujourd'hui vu qu'ils se retrouvent tous devant le même juge.

Pourquoi alors ne pas alourdir les peines, avec à la clef le retrait de permis, à vie, à l'égard de ceux qui ont des comportements routiers criminogènes ! Car dans ce domaine, il faut mettre comme priorité la protection de la société plus que la liberté individuelle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 07:52 Il reconnait son agresseur au couteau 2 ans après