Courrier des lecteurs

We have a (yellow) dream ...

Samedi 24 Novembre 2018 - 21:11

We have a (yellow) dream ...
Je vous préviens tout de suite ! Pour la grande majorité d'entre vous, vous allez sourire à ce texte devant son innocence, sa candeur, voire sa naïveté ! Quelques-uns par smartphone interposé grinceront des dents ! 
 
A l'aube d'une nouvelle semaine agitée à la Réunion autorisons-nous à rêver un peu ... d'un monde meilleur ! Prêchons l'espace de cette lecture, le droit à la communication non violente, et responsable c'est-à-dire le pouvoir de prendre soi-même des décisions (je vois certains d'entre nous commencer à sourire... je vous avais prévenu pourtant !).
 
Une partie d'entre nous, la nuit tombée, manifeste violemment s'en prenant tantôt aux biens publics, tantôt aux biens privés pour saccager, voler, piller, brûler, détruire. Personne ne peut, et ne doit d'ailleurs, cautionner cela ! Aucune circonstance dans l'histoire de notre humanité n'a autorisé ces actes. Personne n'en tire profit, à commencer le « cagnard » lui-même.  
 
Alors pourquoi le fait-il ? 
 
Un ami me disait récemment, sur un tout autre sujet, « si au boulot un collègue t'agresse c'est qu'il répond, quelque part, à une agression ». Et il m'incitait alors à questionner mon attitude pour y déceler cette agressivité implicite qu'a parfaitement ressenti mon interlocuteur, qui y a répondu par... l'agressivité ! En clair quelle est ma responsabilité dans cet état de fait ? Oui je sais cela fait sourire...
 
Quelle est donc l'agressivité latente de notre monde pour qu'un individu désœuvré de nos quartiers, s'en prenne avec une telle violence à des biens ?
 
C'est probablement la même agressivité latente qui a incité une autre partie d'entre nous à enfiler un gilet jaune, puis son courage, pour aller manifester et barrer les routes. 
Oui il faut du courage pour s'afficher, et exprimer son opinion. Pour ma part, je n'ai pas eu le courage d'affronter le regard des autres (famille, amis, employeur, collègues). 
 
Car au final, que puis-je y changer moi à tous ces débordements, manifestations ?
J'ai 50 ans, et je suis un obscur fonctionnaire, manager d'une petite équipe de 20 personnes, sans grand pouvoir dans les faits. Chaque jour j'obéis aux injonctions d'une puissance tutélaire qui s'exprime à travers les mots de mon Directeur. Et je perçois un salaire que 5 concitoyens au Smic ne pourraient égaler en se regroupant (ça fait grincer les dents hein ?)
Et je me souviens alors de mon ami, qui prône cette communication non violente.
 
Et si au final cela dépendait de moi aussi ? 
 
Je pourrais chaque jour m'astreindre à appliquer scrupuleusement un management bienveillant à mon équipe de collaborateurs, et bâtir chaque jour de la Qualité de Vie au Travail (la fameuse QVT que l'on bassine chaque jour).

Je pourrais par l'exemple donner une place équivalente aux femmes, vraies autres victimes de notre monde. Je pourrais le soir chez le chinois, donner 6 euros de plus pour un repas « suspendu » de temps en temps. Je pourrais accepter plus facilement des stagiaires ou alternants dans mon service, afin d'aider les jeunes à se faire une expérience, et non le travail d'un emploi titulaire, sans oublier de le rémunérer correctement. Je pourrais rouler « propre », acheter localement, dans une économie de proximité, et circulaire. Prendre mes congés à la Réunion, plutôt que dépenser dans les casinos et hôtels de Maurice. Manger les fruits et légumes de mon pays, de préférence issus d'une agriculture raisonnée, voire bio. Je pourrais consacrer du temps dans l'association de mon quartier, pour aider les jeunes scolarisés à comprendre Pythagore. Je pourrais aussi être ponctuellement un écrivain public pour la gentille mamie du voisinage qui ne comprends rien aux « papiers » qu'elle doit remplir. Je pourrais aussi covoiturer les deux ados du voisin d'en face qui chaque jour descendent à pied au collège d'en bas. Je pourrais aussi passer un coup de fil à une amie qui traverse une période difficile, après s'être prise une claque sentimentale. Donner mes anciens et bons meubles quand je renouvelle la déco de ma maison, ou organiser une soirée dons de vêtements dans la ville que je squatte.
 
Oui je pourrais ... œuvrer chaque jour pour que ce monde donne la meilleure version de lui-même. J'ai un long chemin devant moi.
 
Quant aux impôts qui prélèvent chaque année plus de 37% de mes revenus, en attendant le prochain vote, je caresse l'espoir qu'ils sont bien utilisés.
Quant au jeune casseur las d'être inaudible, que lui reste-t-il pour s'exprimer ? je vous laisse deviner...
 
Quant au plus sarcastique d'entre vous, qui me dira en commentaire, et « ça change quoi de faire ça ? » ; je répondrais par avance, probablement pas grand-chose à la société actuelle.
Mais probablement un peu le quotidien, du jeune stagiaire, de l'alternant, de la mamie, des deux ados d'en face, des agriculteurs de mon pays, des hôteliers et casinos de la Réunion, de mon équipe de 20 personnes, du « boug » devant le chinois, des jeunes qui comprendront Pythagore, et surtout, va savoir lecteur sarcastique, peut-être la journée, voire le week-end de ma meilleure amie. Quant à ceux qui ont récupéré mes anciens meubles...
 
Je vous l'ai dit ! Tout cela aller vous faire sourire ... Et si on s'y mettait hein ? 
F.F
Lu 518 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Septembre 2019 - 17:51 Lettre ouverte à Didier Robert