MENU ZINFOS
Société

Vous pouvez donner votre avis sur la règlementation de la pêche des bichiques


À partir de ce lundi 8 novembre et pour 21 jours, le projet de nouvelle réglementation sur la pêche des bichiques, en mer et en rivière, est soumis à la consultation du public. Toute la population, pêcheurs ou non, est invitée à donner son avis sur : www.reunion.gouv.fr. Le communiqué de la préfecture :

Par LG - Publié le Lundi 8 Novembre 2021 à 15:33

La pêche des bichiques à La Réunion est une activité pratiquée de longue date et considérée comme traditionnelle. Elle s’exerce en mer et dans les embouchures des rivières de l’île. Elle consiste en la capture des alevins de deux espèces de cabots bouche-ronde : le « gros bichique » (Sicyopterus lagocephalus, répartition zone indo-pacifique) et le « bichique fine » (Cotylopus acutipinnis, endémique des Mascareignes). Ces deux espèces sont aujourd’hui gravement menacées, en particulier le bichique fine qui pourrait rapidement disparaître des rivières réunionnaises.
 
Plusieurs actions sont menées par les services de l’État et leurs partenaires afin de permettre aux bichiques de remonter les rivières pour y grossir et s’y reproduire : lutte contre le braconnage, restauration de la continuité écologique au niveau des obstacles dans les cours d’eau, encadrement de la pratique de la pêche... Elles ne permettent cependant pas à elles-seules une restauration des stocks.
 
Concertation publique
 
Dès février 2021, l’État a mené une phase de concertation avec les pêcheurs de bichiques. Plus de 150 pêcheurs, en mer et à pied, ont été impliqués lors de nombreuses réunions publiques en présence des sous-préfets d’arrondissement et d’élus locaux.
 
Ces réunions ont permis de proposer des mesures de gestion permettant la reconstitution des populations des deux espèces et d’ajuster ces propositions en fonction des retours des pêcheurs.
 
Le nouveau projet d’arrêté est une synthèse entre des mesures fortes d’encadrement pour protéger la ressource, préserver des pratiques traditionnelles respectueuses du milieu et la volonté de nombreux pêcheurs de se professionnaliser pour dégager un revenu légal de leur activité.
 
Les propositions d’évolution réglementaire
 
Les principales mesures proposées sont :
 
- la fermeture de la pêche pendant 6 mois de l’année : la pêche sera autorisée uniquement de septembre à février inclus. La pêche de nuit sera interdite pour les non-professionnels ;
 
- la limitation des zones de pêche avec l’obligation de mise en place d’un canal libre dans les rivières, tout le long des pêcheries et l’interdiction de pêche en mer dans des zones définies sur les  embouchures de 12 rivières à enjeu pour les bichiques (rive droite et rive gauche) ;
 
- la limitation et le marquage des engins de pêche : maximum 1 filet de 40 m² en action de pêche en mer, 4 vouves pour les pêcheurs à pied professionnels, 2 vouves pour les pêcheurs de loisir en rivière ;
 
- la limitation des captures pour les pêcheurs de loisir : 3 kg/jour/pêcheur (pas de limitation de prises pour les pêcheurs professionnels) ;
 
- le suivi des populations de bichiques dès 2022 pour vérifier l’efficacité de ces mesures, et ajuster ces règles au plus tard d’ici 3 ans selon l’évolution des stocks.
 
A l’issue de la consultation, un rapport des avis reçus sera établi et rendu public. Cette synthèse indiquera la manière dont ces avis seront pris en compte avant la finalisation de l’arrêté attendue pour fin 2021 en vue d’une entrée en vigueur de ces mesures au 1er janvier 2022.

Lien vers le site.




1.Posté par justedubonsens le 08/11/2021 16:04

De 2 choses l'une ou la denrée est rare et il faut de vrais mesures restrictives de pêche ou elle ne l'est pas et tout ce tintouin ne sert à rien ! Dans le premier cas d'où la raison de ces mesures limitatives, je ne comprends pas pourquoi les professionnels ne verraient pas leurs pêches soumises à quotas comme le sont de nombreuses pêches professionnelles. Cette absence restrictive tend à donner le monopole aux professionnels sans ou peu de contraintes compte tenu du mode de pêche et des frais inhérents.
Le prix de vente du kilo quand les bichiques ne sont pas mélangés avec de l'importation leur laisse une marge plus que généreuse !

2.Posté par Chabouk le 08/11/2021 16:55

Trop de concessions aux pêcheurs dits " professionnels "...
Il serait bon de savoir si déjà ces professionnels paient des impôts, ce dont on est moins sûr !
Il faudrait déjà avoir une transparence totale sur cette pêche en déclin dans notre département..
Pourquoi les pros auraient ils le droit de pêcher la nuit ?
Je dis non !
Pourquoi n'ont-ils pas de quotas ? Je dis non !
La pêche devrait être interdite au moins 2 années
.

3.Posté par titi45 le 08/11/2021 18:56

tant il ora des acheteurs le kilos bichiques reste à 50€😋

4.Posté par PIPO 🙈🙉🙊 le 08/11/2021 19:14

Pas si chiques que ça!

5.Posté par Taloche le 08/11/2021 19:38

Si on veut que nos descendants connaissent ce que c'est une bichique, il faut interdire la pêche de ces alevins autant en mer qu'en rivière pour au minimum 2 à 3 ans. Surtout renforcer la garde aux abords de nos rivières.

6.Posté par Espoir le 08/11/2021 19:45

Je suis pour l'interdiction de la pêche en mer aux filets, pour un quota pour les professionnels et que l'état gère le prix de vente comme pour le carburant

7.Posté par Grangaga le 08/11/2021 23:06

Et sa la pa in..." sinbol' " La Rényion zot' la po tyié là, èk' zot' réglémantacyion......
A l'èrr' y rodd' "sinbol'", péssèrr' golètt' nou la pi, kanott' la pi ossi....kaz' an tol' y vé pi, séga, maloya y santt' pi...
Y arètt' pli ke lo pay' an ké, tèk'tèk, l'andor'mi, margouyia y "disparu"....
Apré sa, va arètt' a nou pou alé......

8.Posté par Cloclo⁶ le 09/11/2021 06:50

Il y a eu trop de massacres. Il faut carrément interdire la pêche en mer et dans les canaux dans les 2 prochaines années. La 3 ème année autoriser la pêche uniquement à des périodes de remontées des alevins avec les restrictions citées. Autoriser uniquement des pêcheurs déclarés qui ont reçu une attestation sur la biologie des bichiques, sur la biodiversité et la protection de l'environnement. Renforcer la surveillance des embouchures et des rives sur au moins 2 km. Interdire des engins mécaniques dans les embouchures et l'usage de plastic pour les canaux....Reglementer la vente : qualité et prix et obligation de déclaration. Les bichiques n'appartiennent pas à quelques pseudo pêcheurs, elles appartiennent à nous tous et font partie de notre patrimoine.

9.Posté par À l’eau ? 🐟 le 09/11/2021 09:40

Sur les étalages au bord des routes sous la chaleur, à force de vider de l’eau dessus pour donner une impression de fraîcheur les petits poissons suffoquent et changent de couleur sur l’étalage. Le prix est très cher pour ce que c’est. Pour ramener de la vie dans les rivières, les brigades de la pêche devraient commencer par là, au lieu de scruter les rivières et compter les quelques menus fretins rescapés dans les zerbes do lo.
Il faudrait déjà interdire la pêche des bichiques en mer et une réglementation beaucoup plus stricte à terre. Par exemple la pêche un jour sur deux toute l’année pour donner une chance aux rivières de se repeupler en bichiques et ainsi équilibrer et maintenir la biodiversité endémique des espèces menacées de nos rivières ( poissons, crevettes, anguille etc...)

10.Posté par Il faut interdire cette peche le 09/11/2021 10:00

On pille la nature sans contrainte. Bientot il n'y aura plus de bichiques. Les enfants ne sauront plus ce que c'est les alevins.
Pareil pour les autres ressources naturelles: palmistes, langoustes, tangues, zourites ....

11.Posté par polo974 le 09/11/2021 11:20

et rien sur la construction de canaux ? ? ?

12.Posté par Un moratoire de 5 ans de la pêche aux bichiques le 09/11/2021 12:57

en rivière et en mer est une solution pour sauvegarder ces espèces !

13.Posté par Kwekinsoz le 09/11/2021 22:41

Je suppose que ce problème touchant un monument de notre culture réunionnaise est en train d’être solutionné par des personnes dont la connaissance de notre culture est proche du vide intersidéral. Qui dirige ces travaux? Quand on voit les propositions qui sont faites il serait étonnant qu’elles proviennent d’un réunionnais.
J’ai la chance d’habiter un quartier de pêcheurs de bichiques, d’avoir vu cette activité évoluer dans le temps, d’avoir connu des montées de bichiques qui passeraient aujourd’hui pour miraculeuses, d’avoir connu les bichiques à 20 francs le kilo… ( ça fait rêver…)
Il est primordial de s’interroger sur ce qui a changé.
1) A l’époque il n’y avait pas de pêche en mer: il y avait 2 types de pêcheurs: le professionnel à la vouve et le non pro à la poche.Les choses ont commencé à dégénérer quand cette nouvelle façon de pêcher est arrivé. Des groupes de pêcheurs arrivaient avec leurs énormes filets, leurs palmes et leur tuba et remontaient des bichiques par tonnes… C’est là une pratique de pêche non raisonnée ( seul mot d’ordre le profit et je me tairai sur les déclarations d’impôts…) qui nous amène à la situation d’aujourd’hui. Cette pêche doit être interdite, elle est responsable de la quasi disparition des bichiques: il n’y aura pas de sauvetage de ces alevins sans cette interdiction. Croire le contraire est utopique! De plus, au niveau sécurité on court à la catastrophe. Des drames humains vont se jouer car les requins ont mis les hommes grenouilles à leur menu et Dieu sait qu’ils pullulent lors des montées de bichiques.
2) Le pêcheur de canal ( à la vouve ) voyant décroître de plus en plus ses prises a modifié sa stratégie de pêche pour tenter de l’optimiser. Il s’est mis à ne plus laisser de canal libre et à rajouter des filets tout autour des vouves pour ne laisser aucun autre passage à nos alevins si appréciés. Du coup plus aucun alevin qui passe les canals (oui les canals et pas les canaux) sauf à la marge ( le temps d’une crue). Cela fait maigre pour renouveler le cheptel…
Aujourd’hui il faut donc des actes forts pour sauver cette part de notre patrimoine. Oui au pêcheur canal qui toute l’année entretient son canal, trime, s’échine et pratique une pêche raisonnée et raisonnable, qu’il sera possible de contrôler.
Et surtout NON à la pêche au filet en mer, ni raisonnable, ni raisonnée, pratiquée par des gens qui en quelques minutes vont dilapider les derniers bichiques, sans état d’âme et sans transpirer plus que ça…
Il en va de notre culture, notre réunyonésité et de la faune de nos rivières…

14.Posté par Vince le 10/11/2021 07:05

Bonjour,
C'est comme pour les tangues, a trop capturé et bien tôt ou tard ça disparaîtra totalement et les perdants seront les pêcheurs même nous les consommateurs. Quand j'avais 10 ans le nombre de kilos de pêche cavale, sardines... ne pouvait se compter mais aujourd'hui 😓

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes