Société

Volcan : La fréquence des séismes et des éboulements a diminué

Mercredi 4 Avril 2018 - 16:35

Photo : © Fabien B - Air Dimitile
Photo : © Fabien B - Air Dimitile
L'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise fait le point sur la situation ce mercredi après-midi, suite à l’arrêt de l’activité éruptive de surface au Piton de la Fournaise.

Une activité sismique est toujours enregistrée sur les appareils de l’observatoire, notamment dans le secteur de Piton Crac. 10 séismes ont été enregistrés entre 04h et 09h (heure locale).

Des éboulements au niveau du Nez Coupé de Sainte Rose sont également toujours enregistrés (12 événements entre 04h et 09h, heure locale).

La fréquence de ces séismes et de ces éboulements a tendance néanmoins à diminuer avec 3 éboulements au niveau de Nez Coupé de Sainte-Rose et 0 séisme enregistrés entre 09h et 15h30 (heure locale).

Aucune déformation majeure de l’édifice n’est enregistrée. Les mesures de concentration en CO2 dans le sol réalisées dans le secteur du Gîte du volcan ce matin montrent une baisse progressive depuis la journée d’hier. Les teneurs en SO2 dans l’atmosphère sont revenues à leur niveau de bruit de fond ce matin.

Aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation (arrêt définitif de cet épisode, reprise de l'activité sur ce site ou plus en aval que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Enclos Fouqué).

Pour rappel l'éruption du Piton de la Fournaise commencée hier à 11h, s'est finalement terminée à 4h ce mercredi. La préfecture a décidé à 8H30 d'un passage  en alerte 1 : "éruption probable ou imminente" du plan ORSEC* Volcan.

Une éruption reste donc probable ou imminente à plus ou moins brève échéance.

L'accès du public à l'enclos Fouqué, que ce soit depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier, ainsi que le poser d'aéronefs dans la zone du volcan, restent interdits jusqu'à nouvel avis. Le sentier du Nez Coupé de Sainte-Rose est actuellement interdit à la circulation pédestre à partir du Piton Partage en raison d'un danger réel et imminent d'effondrement.

La gendarmerie nationale et l'office national des forêts ont été chargés de veiller à l'application de ces mesures de sécurité sur le site.
A.D
Lu 1671 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter