Faits-divers

Vol, outrage, rébellion et menaces de mort... Il s'enfuit menottes aux poignets

Jeudi 4 Juillet 2019 - 10:02

Vol, outrage, rébellion et menaces de mort... Il s'enfuit menottes aux poignets
Jonathan.D, un jeune homme de 26 ans, a été interpellé le 30 juin dernier à La Plaine des Palmistes pour violences avec arme, rébellion et menaces de mort envers des agents dépositaires de l'autorité publique. Le parquet en a également profité pour remettre son casier à jour en ajoutant des faits de vol remontant à mars 2019 pour lesquels il avait été confondu par son ADN ayant oublié ses gants sur place. Connu des services de police avec 7 mentions à son casier, il a la fâcheuse habitude de ne pas se présenter aux convocations du tribunal, il aura donc droit à un prix de gros pour cette audience.

Tout part d'une altercation sur fond d'insulte qui se termine en bagarre. Jonathan, éméché, repart chez lui après la bagarre, prend un sabre à canne et profère des menaces sur ceux qu'ils l'ont agressé. Fatalement, les gendarmes interviennent, reconnaissent Jonathan et l'interpellent. Se sentant lésé d'avoir été le seul interpellé alors qu'il estime être la victime, il s'enfuit menottes aux poignets. Aussitôt rattrapé, il profère des menaces aux gendarmes arguant que leurs têtes sont mises à prix. Il refuse de monter dans le véhicule faisant acte de rébellion. 

"J'étais victime, ils n'ont pas interpellé les personnes qui m'ont frappé"

"J'étais victime, ils n'ont pas interpellé les personnes qui m'ont frappé, j'ai pas accepté. J'ai dit les menaces, mais j'étais ivre", explique-t-il au tribunal. Il dément fermement avoir pris un sabre et menacé tout le monde au même titre qu'il ne reconnaît le vol qu'à demi-mot se fendant d'un "sûrement" malgré la présence de son ADN.

"Il est à l'origine de la bagarre, mais il ne veut pas l'entendre alors qu'il avait bu, trois témoins en attestent. Il était particulièrement menaçant", affirme la procureure qui parle de violences psychologiques malgré l'absence de blessures physiques. Elle requiert 12 mois, dont 4 avec sursis ainsi que le maintien en détention. À noter que les gendarmes, présents à l'audience, n'ont pas souhaité se constituer partie civile. 

La défense note le côté obscur sur l'origine de l'altercation et avance un sentiment d'injustice ayant entraîné la colère pour justifier l'outrage et la rébellion. Vol, outrage, rébellion et menaces de mort font un total de 10 mois de prison avec maintien en détention. 
Regis Labrousse
Lu 3595 fois




1.Posté par Martine le 04/07/2019 12:20 (depuis mobile)

Excellent ! une cure sans alcool à la geôle devrait lui purifier le foi bien gras

2.Posté par lemaçon 61 le 05/07/2019 21:26

Voilà ou mène l'enfant roi , interdiction de le toucher lorsqu'il est petit et lorsqu'il grandit , il prend un sabre ou un fusil pour tuer tout le monde même ses parents .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie