MENU ZINFOS
International

Vladimir Poutine mis sous pression par le G7


Par S.I - Publié le Jeudi 5 Juin 2014 à 09:12 | Lu 358 fois

Vladimir Poutine mis sous pression par le G7
Deux jours avant sa venue en Normandie pour les célébrations du Débarquement, le président russe, Vladimir Poutine, a taclé les chefs d'État et de gouvernement du G7, réunis hier à Bruxelles, sans sa présence.

C'est la première fois depuis 17 ans que les dirigeants ne sont que sept autour de la table, après la décision d'exclure la Russie pour protester contre l'"annexion" de la Crimée.

"Le G7 a indiqué que le dialogue et la désescalade devaient être encouragés", a déclaré François Hollande à l'issue du dîner entre les dirigeants des pays les plus industrialisés de la planète. Mais "les pays du G7 sont prêts à intensifier les sanctions ciblées et à les mettre en oeuvre pour faire en sorte qu'il n'y ait pas de nouveaux affrontements", a-t-il ajouté.

Si la tension ne baissait pas, "nous sommes prêts à intensifier les sanctions ciblées et à mettre en oeuvre des sanctions supplémentaires pour imposer de nouveaux coûts à la Russie", ont averti les chefs d'État de ce G7 restreint.

Dans un entretien diffusé par deux médias français (Europe 1 et TF1) à l'heure où les dirigeants du G7 se mettaient à table, Vladimir Poutine a répondu à distance à ces menaces.

Il a vivement dénoncé les Américains, qu'il a mis au défi de présenter des "preuves" de l'implication militaire russe dans l'Est de l'Ukraine. "Des preuves, mais qu'ils les montrent !", a-t-il lancé.

"Nous avons vu, tout le monde a vu, comment le secrétaire d'Etat américain (Colin Powell, ndlr) avait montré des preuves de la présence d'armes de destruction massive en Irak", a ironisé le chef de l'Etat russe, faisant allusion aux accusations infondées lancées en 2003 par les Etats-Unis pour justifier l'intervention militaire en Irak

Le maître du Kremlin a surtout appuyé ses attaques sur la personne d'Hillary Clinton, l'ancienne secrétaire d'État américaine, qui "n'a jamais été trop subtile dans ses déclarations". "Vous savez, il est préférable de ne pas débattre avec les femmes", a-t-il déclaré.

Vladimir Poutine a par ailleurs indiqué qu'il était prêt à rencontrer le nouveau président ukrainien, Petro Porochencho : "Je ne compte éviter personne et parlerai, évidemment, à tout le monde".




1.Posté par LOR-HEIN le 05/06/2014 10:46

Sous la pression d'une vrai fausse bombe !

2.Posté par Choupette le 05/06/2014 13:20

Bigre. Ils comptent attaquer la Russie, maintenant ?!

Comme on dit "Le chien à Blois, le car à Vannes passe ..."

3.Posté par DES COUPES ET UNE TRADUCTION SCANDALEUSES le 06/06/2014 10:37

Vladimir Poutine n'a jamais dit "Vous savez, il est préférable de ne pas débattre avec les femmes"
Ceci est une erreur volontaire de la traduction française car tout est bon pour le discréditer et c'est parfaitement scandaleux.

La traduction juste est : "Vous savez, il est préférable de ne pas se chamailler avec les femmes" ce qui est complètement différent. A noter que la traduction anglaise a été correcte, elle.

Il faut aussi signaler que l'interview présentée par TF1 n'est qu'une partie de l'interview totale qui a subi une censure là où ça arrangeait les censeurs !

Olivier Berruyer (les-crises.fr) qui fait un excellent travail pour dénoncer toutes ces manipulations donne ici l'intégralité de l'interview où on peut voir les passages supprimés.

4.Posté par Dimitri ALAIN le 07/06/2014 07:41

qui a besoin plus de l'un ou de l'autre je me pose la question ??????

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes