MENU ZINFOS

Visite de la délégation des députés européens membres de la Commission du développement régional (REGI)

Une délégation de quatorze députés européens, membres de la commission du développement régional (REGI), a été reçue ce jour à l'Université de La Réunion, sur le campus du Moufia.

Mardi 18 Septembre 2018

Cette visite, qui s’inscrit dans un contexte de renégociation des crédits européens alloués à la politique de cohésion pour la période 2020-2027, a été l'occasion pour l'équipe du Président Frédéric MIRANVILLE et tous les acteurs de la formation, de la recherche et de la mobilité internationale de l'établissement de présenter les projets réalisés et en cours, les grandes réussites et les défis à relever, avec l'aide de l'Europe.
Seule université réunionnaise, française et européenne de l’océan Indien, l'Université de La Réunion bénéficie d'un soutien constant de l'Union Européenne depuis 1980. D'à peine 1000 étudiants à la fin des années 70, La Réunion en compte aujourd'hui près de 20 000 dont les 3/4 sont inscrits au sein de notre établissement.

Dans le même temps, d'un unique laboratoire au début des années 80, le territoire s'est doté de près de 30 unités de recherche, dont 21 à l’Université de La Réunion, accueillant près de 600 chercheurs et enseignants-chercheurs. Le financement de la recherche par les divers dispositif européens, compétitif (H2020) ou régionaux (FEDER) ont représenté 26,5 M€ pour la période 2008/2018. Ces crédits ont permis de financer d'importantes infrastructures de recherche comme les plateformes de l'Université de La Réunion (observatoire du Maïdo, SEAS-OI, station d'observation de Saint-Philippe) mais aussi de nombreux projets de recherche (PLATIN-OI, ZIKA-ALLIANCE, Projet Océan-Métiss...) et plusieurs programmes de mobilités. ERASMUS+ a notamment bénéficié de plus d'1,5 millions d'euros en 2018.

" Si cette politique a permis un essor considérable de l'Enseignement supérieur et de la recherche à La Réunion, force est de constater que des changements restent à opérer, pour une meilleure prise en compte des spécificités des territoires aux plus hauts niveaux de décisions (...) Le temps est désormais venu, à l’image des mutations des écosystèmes nationaux, de penser collectivement une véritable politique de site de la France et de l’Europe dans l’Océan Indien, afin de constituer un point d’ancrage solide de l’espace européen de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation " , a souligné M. MIRANVILLE.





 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes