MENU ZINFOS
AFP

Virus: les Américains face à "l'horrible", Elisabeth II s'adresse aux Britanniques


- Publié le Dimanche 5 Avril 2020 à 12:52 | Lu 561 fois

Contrôle de température dans la province de Aceh (Indonésie), le 5 avril 2020 - CHAIDEER MAHYUDDIN / ©AFP

(AFP)

Frappés de plein fouet par la pandémie de coronavirus, les Américains doivent se préparer à "l'horrible" et à "beaucoup de morts" a prévenu le président Trump, à quelques heures d'une allocution rarissime de la reine britannique Elisabeth II sur ce "défi" planétaire du Covid-19.

A Rome, sur une place Saint-Pierre déserte de fidèles, le pape François devait également célébrer dans la matinée, au cours d'une cérémonie totalement inédite, une messe du dimanche des Rameaux marquant le début de la semaine de Pâques, plus importante fête chrétienne de l'année.

A ce jour, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 63.437 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 19h00 GMT, alors que plus de la moitié de l'humanité vit désormais confinée.

- We need you! -

Nouvelle ligne de front de la maladie, les Etats-Unis ont enregistré le plus de nouveaux décès en 24 heures, avec 1.399 victimes supplémentaires, dont 1.905 pour la seule ville de New York.

Le nombre des cas confirmés de contamination sur le territoire américain dépasse déjà les 300.000, et Donald Trump a prévenu que les Etats-Unis entraient dans "une période qui va être vraiment horrible", avec "de très mauvais chiffres". "Ce sera probablement la semaine la plus dure", a déclaré M. Trump lors d'un briefing à la Maison Blanche, "il va y avoir beaucoup de morts".

Les Américains se préparent donc au pire, bâtissant des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation et un gigantesque navire-hôpital à quai à New York, ville dont le maire Bill de Blasio a lancé un vibrant appel à l'aide. "Médecins, infirmiers, spécialistes de la respiration... à tous ceux qui ne sont pas déjà dans la bataille: nous avons besoin de vous", a lancé l'édile démocrate.

L'Europe reste cependant à ce jour le continent le plus touché, avec plus de 46.000 décès. Avec 15.362 morts, l'Italie est actuellement le pays qui compte le plus grand nombre de décès, suivie de l'Espagne (12.418), des Etats-Unis (8.098), de la France (7.560) et du Royaume-Uni (4.313).

Et "le plus dur est probablement de ne pas encore pouvoir imaginer le bout du tunnel", confiait un réanimateur dans un hôpital de la région parisienne.

- "La loi l'exige" -

Dans une allocution télévisée exceptionnelle - la quatrième depuis le début de son règne il y a 68 ans -, la reine d'Angleterre doit saluer dimanche soir la réponse des Britanniques à la crise sanitaire lors d'une adresse solennelle. "J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", doit dire Elisabeth II, 93 ans. Son fils héritier Charles (71 ans) a contracté la maladie, mais est récemment sorti de quarantaine et se trouve en bonne santé.

L'intervention royale intervient au lendemain de l'annonce d'un nouveau record quotidien de 708 morts en Grande Bretagne, parmi lesquels un enfant de 5 ans.

Trés critiqué pour la gestion de la crise, le gouvernement a une nouvelle fois exhorté dimanche les Britanniques à respecter le confinement. "C'est n'est pas une demande, c'est une exigence inscrite dans la loi", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock.

Une note d'espoir est toutefois venue samedi d'Italie, où le nombre d'hospitalisations en soins intensifs a diminué pour la première fois depuis que l'épidémie y a explosé il y a plus d'un mois.  

"C'est une nouvelle importante parce que cela permet à nos hôpitaux de respirer. C'est la première fois que ce nombre est en baisse depuis que nous avons la gestion de cette urgence", a déclaré le chef de la protection civile, Angelo Borrelli. 

L'Espagne a enregistré ces dernières 24 heures la mort de 674 personnes, un nombre en baisse pour le troisième jour consécutif, selon le bilan officiel de dimanche. Madrid a annoncé une prolongation du confinement de deux semaines, jusqu'au 25 avril.

Ces baisses très relatives du nombre de décès ou de contaminations laissent entrevoir un léger espoir de ralentissement de la propagation du virus, après des semaines de confinement quasi généralisé auquel ont dû se résoudre les pays les plus touchés. 

Les motifs d'inquiétude restent néanmoins très nombreux, dans les pays pauvres, en crise, ou pour les populations particulièrement à risque. En Grèce, un deuxième camp de migrants près d'Athènes a été placé dimanche en quarantaine par les autorités, après un test positif sur un ressortissant afghan.

- Le Covid-19 pire que l'EI?-

Partout dans le monde, la maladie continue de sévir, parfois de façon particulièrement dramatique. Les autorités équatoriennes ont présenté leurs excuses après des images terribles diffusées sur les réseaux sociaux montrant des cadavres laissés à l'abandon dans les rues de Guayaquil, ville de la côte Pacifique frappée par la pandémie.

Les conséquences sociales et économiques sont également catastrophiques, et parfois inattendues. 

En Thaïlande, le coronavirus a ainsi mis au chômage des dizaines de milliers de travailleuses du sexe, qui ont déserté bars, discothèques et salons de massage et doivent se prostituer dans la rue. 

"J'ai peur du virus, mais j'ai besoin de travailler pour pouvoir payer mon logement et ma nourriture", a confié Pim, transgenre et ex-employée d'un "go-go bar", qui chasse désormais le client dans les artères vides de la capitale thaïlandaise. 

En Irak, où confinement rime là aussi avec chômage forcé, les bénévoles se mobilisent pour distribuer gratuitement riz, sucre et autres denrées alimentaires. L'Irak fait aujourd'hui face "à un danger plus grand que" les jihadistes du groupe Etat islamique" (EI) ayant un temps tenu sous leur coupe un tiers du pays, estime Moustafa Issa, un Bagdadi de 31 ans qui, avec d'autres bénévoles, aide désormais plus de 450 familles.

En Angola, à l'image d'une grande partie de l'Afrique, la population supporte avec appréhension et difficultés l'état d'urgence et autre couvre-feu anti-coronavirus. "Comment pourrait-on rester à la maison sans rien manger?", s'écrie Garcia Landu, chauffeur de mototaxi dans la capitale Luanda.

Autre ambiance, mais même isolement pénible, au sanctuaire catholique de Lourdes, dans le sud-ouest de la France, où l'on s'apprête à une semaine de Pâques sans aucun fidèle, avec des "pélerinages spirituels" et cierges symbole de lumière. "Nous allons vivre la semaine sainte grâce aux retransmissions. Nous sommes en communion avec des milliers de pélerins qui nous regardent dans de nombreux pays", a assuré le recteur du sanctuaire marial, Mgr Ribadeau Dumas.

Aux Philipines, des prêtres masques sur le nez bénissaient les fidèles en confinement depuis les véhicules. "La fête (de Pâques) se poursuivra malgré la propagation du virus", assurait l'un d'entre eux.



Source : ...


Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes