Société

Violences sexuelles, intra-familiales, atteintes à la probité... Le TGI de St-Pierre revient sur les chiffres-clés de 2017

Samedi 17 Février 2018 - 09:22

Ce vendredi s’est tenu l’audience solennelle de rentrée du Tribunal de grande instance de St-Pierre. Une cérémonie qui permet de faire le bilan chiffré de l’année judiciaire qui vient de s’écouler et pour Valérie Lebreton, présidente du TGI, permet de donner le la pour l’année 2018. 

En 2017 sur la juridiction de St-Pierre, les plaintes déposées et les faits constatés par les forces de l’ordre ont baissé de 6 % par rapport à 2016. Le taux d’élucidation des atteintes volontaires à l’intégrité physique a augmenté pour atteindre les 74% contre 17 % pour les atteintes aux biens. Le nombre de garde à vue a également augmenté, en moyenne un peu plus de trois par jour, soit 1 283 en 2017. 

Le parquet a, lui, traité 14 370 affaires dont 2 686 ont fait l’objet de poursuites. "Les autres étant soit classées sans suite pour des motifs divers tels que auteur inconnu, infraction insuffisamment caractérisée, prescription ou encore orientées vers des mesures alternatives aux poursuites", a précisé le procureur de la République, Laurent Zuchowicz. 

Les plaintes pour violences sexuelles en augmentation

"Même si il reste toujours beaucoup à faire" et les chiffres encore importants, les délits commis par conjoint sont en léger recul par rapport à l’année dernière. Le procureur note également un nombre important de plaintes pour des faits de "revenge porn", la diffusion de photos ou vidéos intimes sans le consentement de la personne sur la toile. 

Autre sujet de préoccupation pour le parquet, les plaintes pour violences sexuelles en augmentation de 8,21 %. L’alcool n’est nullement en cause, a souligné Laurent Zuchowicz mais l’explication viendrait plutôt "d’une approche déviante de la sexualité, beaucoup d’enfants et d’adolescents ayant désormais, via leur smartphone, un accès direct et sans contrôle à la pornographie sans que précisément elle ne soit dissociée de la sexualité". 

Le tour d’horizon de l’activité judiciaire 2017 ne pouvait également passer sans aborder les lois pour la "moralisation de la vie publique". Pour sanctionner les atteintes à la probité dans un contexte où les moyens humains font défaut , "les échanges d’information entre le parquet et le Chambre régionale des comptes se sont intensifiés, et des formations à destination des officiers de police judiciaire organisées".

Valérie Lebreton a terminé cette audience solennelle de rentrée en fondant ses espoirs sur une année 2018 à "effectif normal afin de continuer à oeuvrer pour une justice de qualité, humaine et de proximité". 
PB
Lu 885 fois



1.Posté par MICHOU le 18/02/2018 15:41

Hélas encore une fois le constat est affligeant. Il manque ces fameux lieux d'échanges et d'écoutes comme il en existe au CC de Rosny ss Bois ou de façon informelle, on reçoit le public, jeune ou moins jeune pour échanger sur des sujets aussi graves.Il serait temps qu'on s'y mette chez nous aussi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter