MENU ZINFOS
Société

Violences faites aux femmes: Une baisse "alarmante" des appels aux forces de l'ordre


Les appels aux forces de l'ordre sont en baisse depuis deux semaines, mais cela ne veut pas dire que les femmes sont plus en sécurité dans leur foyer. Au contraire, cette baisse est "alarmante" selon la préfecture, qui faisait le point au 15ème jour de confinement.

Par - Publié le Vendredi 3 Avril 2020 à 14:27 | Lu 1694 fois

Covid-19 et les femmes victimes de violences : accueil, orientation, accompagnement et protection des femmes victimes

Les mesures sanitaires en vigueur instaurées par le gouvernement sont essentielles pour faire face à la pandémie du Covid-19. Cependant, la promiscuité, l'isolement sont des terreaux favorables aux actes de violence à l'égard des femmes et des enfants.

Après 15 jours de confinement, une vigilance accrue est de mise, alors que nous constatons une baisse préoccupante des sollicitations et des appels aux forces de l’ordre. Il est essentiel d'assurer une continuité du service public pour détecter les nouvelles situations, orienter, accueillir, accompagner, protéger et mettre à l'abri les femmes souhaitant révéler des faits.

I. La situation des violences conjugales constatées

Constat de baisse

Alors qu’il n’y a aucune raison objective d’observer une telle dynamique, la baisse des sollicitations est manifeste et alarmante.
• Selon les forces de l'ordre, le nombre de faits déclarés et le nombre d'interventions sont en diminution.
  • La police nationale révèle 38 plaintes pour violences conjugales du 17 au 24 mars 2020, contre 58 cas sur la même période en 2019 (soit une diminution de 34 %).
  • La gendarmerie annonce une baisse du nombre d'interventions pour les différends familiaux depuis le début du mois : 117 interventions sur la semaine du 2 au 8 mars, 102 du 9 au 15 mars (-12,8%), et 99 du 16 au 22 mars 2020 (- 2,9%).
  • Les associations d'aide aux victimes signalent qu'elles ne reçoivent quasiment plus d'appels des victimes (une quinzaine de situations traitées en une semaine). Quelques unes tentent de garder le contact avec les situations en cours de suivi. Les relations sont plus aisées pour les victimes déjà séparées des auteurs. A contrario, elles semblent impossibles lorsque la victime se retrouve confinée avec l'auteur.


Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Bleu outre mer le 03/04/2020 17:52

Le 114 fonctionnel à La Réunion, contre les violences intrafamiliales

Pour contacter par SMS les forces de l'ordre.

2.Posté par radical le 04/04/2020 07:23 (depuis mobile)

Je veut d''abord dire que je suis contre ces violences , mais pourquoi écrire tout sa , si vous comparez entre 2019 et aujourd''hui il est normal de constaté une hausse ou une baisse !!! contentez vous de gerer ces problèmes et c tout .

3.Posté par radical le 04/04/2020 07:30 (depuis mobile)

Pourquoi ne pas envisager que ces personnes ont pu trouvé une entente dans leur couples lors du confinement ? Vous n''avez donc plus rien a ecrire au lieu de dire "une baisse alarmante " en gros titre ?
Arrêtez d''essaye de manipulé la population !!!

4.Posté par Justin le 04/04/2020 16:16

Et si les portables ou téléphones etaient confisqués ou détruits dans les foyers?
ou vive dans la plus grande intelligence tout ces couples
issus de plus pur amour platonique totalement désintéréssé
comment tirer la sonnette d alarme en cas de bessoin pour les victimes?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes