MENU ZINFOS
Social

Violences faites aux femmes : Traiter le mal par le mâle


Le Collectif pour l'élimination des violences intrafamiliales (CEVIF) annonce le lancement de son projet "les hommes parlent aux hommes" dont l’objectif est de redéfinir une stratégie pour lutter contre les violences faites aux femmes. Ce programme d’alerte et d’information vise à analyser la condition masculine afin de comprendre ses répercussions sur les relations entre hommes et femmes et dans l’espace des conflits domestiques.

Par - Publié le Mardi 24 Novembre 2020 à 15:42

Les 25 novembre, journées internationales pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, se suivent et malheureusement se ressemble. Pire, depuis que les féminicides sont comptabilisés, les chiffres ne font qu’augmenter année après année. En 2019, 146 femmes sont mortes en France sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon, soit une augmentation de 21% par rapport à l’année précédente. À La Réunion, chaque jour, 6 femmes vont porter plainte pour des violences conjugales.

En 2016, Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes avait souligné que "le seuil de tolérance dans la population à l’égard des violences conjugales/familiales a baissé". Cependant, le CEVIF rappelle que les modes d’organisation de la société qui les permettent et parfois les déclenchent n’ont eux toujours pas évolué. 

L’émancipation féminine malheureusement au coeur du problème

Si depuis 80 ans les femmes ont rattrapé les hommes en termes de droits et de champ d’action dans la société, le chemin reste encore long pour que les violences à leur égard s’arrêtent. Car si le statut égalitaire entre hommes et femmes est officiellement adopté, son acceptation dans la conscience collective est loin d’être une évidence. L’ampleur de l’effet #MeToo en 2017 en a été la parfaite illustration.

Pour le psychosociologue Arnold Jaccoud qui collabore avec le CEVIF dans le projet, l’émancipation féminine entraîne un surcroît de problèmes et conflits dans le monde domestique. "Quand la relation change, le positionnement change et ça produit une réaction, car l’homme est l’héritier d’un monde passé. Le phénomène ne peut que s’accentuer, car les hommes doivent se repositionner et malheureusement c’est souvent dans la violence", précise-t-il.

Selon le psychosociologue, il existe au coeur des problèmes persistants de violences avérées ou d’agressions dans la relation domestique plusieurs facteurs. Ainsi, à la source de ces comportements, on retrouve souvent des héritages sexistes patriarcaux, des frustrations affectives et sexuelles, de l’immaturité émotionnelle, des tendances addictives et peut-être la conscience difficile à supporter de ne plus trouver sa place et son rôle dans les évolutions actuelles.

Changer d’approche 

Après plusieurs années à lutter contre les violences intrafamiliales, le CEVIF a fait un constat : les campagnes de prévention s’adressent toujours aux victimes. Les femmes sont interpellées pour repousser les agresseurs et faire cesser les menaces qui planent sur elles, mais aucune campagne ne s’adresse aux agresseurs. De plus, les actions multiples de secours et de soutien sont proposées une fois les violences commises.

Pour le CEVIF, ces exemples sont des aveux d’impuissance à agir auprès des instigateurs des violences, à changer les évènements et à prévenir les drames avant qu’ils ne se produisent. Les campagnes ne s’adressent qu’à la femme, en tant que potentielle victime, comme s’il n’y avait aucune prise possible sur le "prédateur".

Le CEVIF souhaite donc changer son fusil d’épaule et s’adresser aux hommes. Mais cela pour cela, il faut comprendre le noeud du problème. L’association va donc lancer dès l’année prochaine des messages en direction des hommes, construits à partir d’ateliers où toutes les bonnes volontés sont appelées à participer. Des ateliers sur l’estime de soi seront donc proposés aux hommes, souvent à l’origine de cette violence.

L’association souhaite avant tout comprendre le problème à sa racine et également les réorganisations dans les rapports entre hommes et femmes dans le couple, la famille et plus généralement dans la vie domestique et sociale. Le message veut inciter à une réflexion multiple à propos des hommes, de leur condition et de leur place dans les évolutions présentes. Pour compenser son manque de moyens, le CEVIF lance un appel à "un mécénat de compétences" pour tous ceux qui souhaitent contribuer à cette action. 

Pour mettre fin à ce cercle vicieux qui légitime les violences faites aux femmes, Frédéric Rousset, l’administrateur du CEVIF, affirme que "les hommes vont devoir accepter de perdre du pouvoir".


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ma sonnerie le 24/11/2020 16:41

Quid des violences faites aux hommes..???

2.Posté par J Hoarau le 24/11/2020 20:39

Il y a beaucoup de violence envers les hommes, mais elle n'est pas reconnue. On dit aux hommes qu'ils doivent être durs. Même l'ARAJUFA ne l'accepte pas. L'égalité ?

3.Posté par philippe.run le 24/11/2020 20:47

Moi c'est le titre qui me choque : que n'aurait on dit et écrit si vous aviez parlé de "l'émancipation des femelles" ??? Le moins qu'on puisse dire, c'est que vous n'aidez pas à l'évolution des mentalités quant au respect entre les genres....

4.Posté par mangceriz le 25/11/2020 03:30

Enfiiiin!!!!! ce à quoi je pense depuis des années va enfin être mis en place !!!! c'est effectivement l'action de changer la mentalité des hommes qui va faire évoluer les violences envers les femmes !!! car très souvent ce qui se passe avec les femmes violentées , c'est qu'elle retourne avec leurs conjoints violents non pas par peur ou faiblesse mais justement pour TENTER d'aider cet homme FAIBLE car la société ne fait rien pour cela mis à part de le mettre en prison !!!! les hommes doivent changer leur mentalité et c'est avec des campagnes de sensibilisation qui leur seront adressées quils vont commencer à se poser des questions sur eux mêmes !!! car l'homme est faible grâce à une sociéte qui lui a donné tous les pouvoirs en raison de son genre depuis qu'il a compris que la femme avait la puissance de donner la vie et qu'il a compris que sans elle il.ne pouvait exister .

5.Posté par claire le 25/11/2020 10:42

Les violences faites aux hommes existent aussi et il faut les pointer du doigt. Une femme peut être aussi violente qu'un homme, voire plus, parce qu'à la base beaucoup plus cruelle. Regarder le nombre d'infanticides, la plupart des petits sont tués par leur mère, pas par leur père. On parle pas de ça?
L'homme tape quand il est amené au bout des nerfs par des années d'insultes et de mépris de sa compagne. Qui, si elle en a envie, peut tout lui enlever ou détruire: maison, enfants, voiture, carrière, voilà, juste par une simple (souvent fausse) accusation. L'homme cède plus vite à ses impulsions, c'est vrai. Mais une femme infiniment plus dangereuse, voilà.

6.Posté par je n''''ai pas reçu d''''éducation, comment puis-je réparer cet handicap ??? le 25/11/2020 11:29

Si les femmes se font violenter et c'est un fait, beaucoup d'hommes se font aussi manipuler et subissent une violence psychologique...Il y en a qui un est allé récemment jusqu'à détourner de grosses sommes d'argent pour satisfaire Madame....
La Caf met en place des séances de coaching parental pour les pères de famille à l'arrivée d'un nouveau né. Peut-être que c'est une démarche sur laquelle il faudrait mettre l'accent dans notre société (où l'on a le droit de blasphémer, mais s'adresser à son partenaire de vie nécessitant plus de retenue).

7.Posté par Mondon le 25/11/2020 14:28

Les émasculer et des moignons au bout des avant-bras.
Pas de prison, pas de psychiatre : ça coûte cher aux contribuables.

8.Posté par " VIEUX CREOLE " le 25/11/2020 20:12

.IL Y A UN CONSTAT Patent que chacun d'entre nous peut faire objectivement . . . . Pendant longtemps ,chez nous à La Réunion , le "dicton" 'Fammes i commandent PAS lo z 'Homme" faisait sourire et était considéré comme "une bonne blague piquant" qu'on lançait à "la gent féminine " qui s'en offusquait parfois mais qui savait aussi comment répondre à cette affirmation décochée pour "détendre l' atmosphère d'une conversation entre Hommes et femmes ! ! ! MAIS AU FIL DES ANS ON S'EST RENDU COMPTE QUE LE NOMBRE DE VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET AUSSI LE NOMBRE EN AUGMENTATION constante DE " FEMICIDES" chaque année (mot nouveau apparu dans la langue française ! ) PROUVAIT QU' iL S'AGISSAIT D' UN '"PHÉNOMÈNE NOUVEAU DE SOCIÉTÉ" TRES INQUIÉTANT dans le monde entier et dans notre Pays ( notamment à la Réunion) Les causes en connues : l'abus de l'alcool et de" zamal " ou autre drogue ,les conditions difficiles d'existence. . . . Chez nous tout le monde connaît la chanson "le rhum Bon Diié créole" QU'ON N' ENTEND PLUS , HEUREUSEMENT, sur les ondes ! ! ! ------- IL FAUT SALUER L ' IINITIATIVE DU CEVIF" QUI MÉRITE D’ÊTRE CHAUDEMENT ENCOURAGÉE PAR L' ADHÉSION DE TOUS ( Hommes et femmes ) pour la réussite des actions à mener de façon à éradiquer " ce phénomène de Société " qui devient de plus inquiétant et intolérable ! ! !

9.Posté par lorema le 26/11/2020 05:19

Comme le recommande un certain monsieur si on doit émasculer les hommes violents envers leurs femmes, que doit on faire dans le cas inverse? Avez vous cher Mondon une réponse pour punir les violences faites aux hommes par leurs femmes ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes